Pétition en ligne en 2022 by@nerv
351 lectures

Pétition en ligne en 2022

2022/10/19
26 min
par @nerv 351 lectures
tldt arrow
FR
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

Cet article porte sur l'impact des outils numériques dans la société en ce qui concerne les questions politiques. Quel est aujourd'hui le rôle du e-petitioning, ou devrions-nous dire du citizensourcing ou plutôt encore du crowdsourcing ou peut-être même du vote électronique à distance, des signatures numériques ? L'utilisation d'outils numériques n'est pas quelque chose de nouveau et pour défendre ces pratiques, il peut être intéressant de noter que la recherche suggère qu'en règle générale, des niveaux de numérisation plus élevés ont tendance à réduire la corruption en politique.

Companies Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail

Coin Mentioned

Mention Thumbnail
featured image - Pétition en ligne en 2022
Network Emergency Response Volunteers HackerNoon profile picture

@nerv

Network Emergency Response Volunteers

We are a DAO committed to help societies become less...

Credibility

react to story with heart

Cet article porte sur l'impact des outils numériques dans la société en ce qui concerne les questions politiques ; quel est aujourd'hui le rôle du e-petitioning, ou devrions-nous dire du citizensourcing ou plutôt encore du crowdsourcing ou peut-être même du vote électronique à distance, des signatures numériques ? Nombreux sont les termes et définitions qui pointent essentiellement vers le même : la capacité pour les citoyens de s'exprimer sans équivoque sur Internet, par exemple en répondant à un sondage ou en signant une pétition particulière de leur propre ordinateur dans n'importe quel endroit et avec effet immédiat . L'utilisation d'outils numériques en politique, comme nous l'avons précédemment[ 1 ] couvert, n'est pas quelque chose de nouveau et pour défendre ces pratiques, il peut être intéressant de noter que la recherche[ 2 ] semble suggérer qu'en règle générale, des niveaux plus élevés de la numérisation tend à réduire la corruption en politique.

A titre d'exemple, NosDéputés[ 3 ], un observatoire de l'activité politique en France, a constaté que les parlementaires (MP) étaient extraordinairement absents des séances plénières obligatoires et en conséquence de la visibilité mise en avant sur la plateforme, l'Assemblée nationale française a commencé à infliger des amendes aux prévaricateurs. Après une deuxième publication d'une étude sur l'absentéisme sur la même plateforme, les députés qui ont enfreint les règles ont augmenté à plusieurs reprises leur présence à l'assemblée. Cela montre que les nouveaux outils numériques ne se limitent pas à fournir aux institutions publiques une image unique des sentiments et des pensées de leurs électeurs, mais vont plus loin en fournissant des boucles de rétroaction dynamiques qui survivent aux événements participatifs initiaux ; de nouvelles formes de contrôle de la mise en œuvre effective par les gouvernements des politiques approuvées par les citoyens.

Expérimenter

Une petite lecture diagonale[ 4 ] des recherches académiques sur l'e-gouvernance semble indiquer qu'à partir du milieu des années 2000, de telles initiatives ont un peu augmenté partout dans le monde. Cette période est connue sous le nom de démocratie de la troisième vague ; La compréhension par les masses qu'Internet peut jouer un rôle central dans la politique a entraîné des efforts réels pour créer de tels cas d'utilisation innovants. George Soros (un milliardaire douteux) et les États-Unis, par l'intermédiaire de la Commission de la démocratie de l'ambassade des États-Unis, ont rapidement adhéré à cette nouvelle tendance en finançant bon nombre de ces projets, de la Lettonie à la Mongolie, comme indiqué dans les recherches citées ci-dessus.

Fin 2004, dans la ville de Göteborg, en Suède, les autorités locales (la municipalité) ont lancé un forum en ligne dans le cadre de l'urbanisme autour du renouvellement d'une partie importante de la ville.[ 5 ] Les attentes étaient élevées et comme le projet développé l'activité sur le forum était en hausse. En novembre 2006, il comptait 980 postes dans les domaines de la vie urbaine, du logement, des transports, de l'environnement et du processus de participation lui-même. Ces discussions se sont également traduites par des activités au musée de la ville. Cependant, à un moment donné de l'expérience, certains défauts liés à la manière dont les décideurs et les utilisateurs interagissaient ont commencé à apparaître. Les responsables ont estimé que les utilisateurs ne faisaient pas de « propositions réalistes » en ce qui concerne les ressources limitées du budget du projet et les électeurs ont estimé que leurs opinions n'étaient pas prises en considération. Vue sous cet angle, la participation citoyenne ressemblait plus à un partage de préoccupations et de souhaits qu'à un partage de pouvoir réel. En 2008, 4 ans plus tard, un deuxième projet est également lancé en Suède, cette fois à Malmö[ 6 ], et s'oriente davantage vers les pétitions électroniques en général que vers l'urbanisme en particulier. Il a réalisé 200 pétitions électroniques la première année. Pourtant, là encore, du moins au moment de la publication de l'étude autrichienne citée plus haut, en 2011, les décideurs politiques et administratifs étaient réticents à apporter des réponses directes. Un autre projet similaire avec relativement plus de succès évalué dans l'étude était le britannique Bristol e-Petitioner[ 7 ] :

"Cependant, même si Bristol e-Petitioner montre un certain degré de réactivité politique, dans l'ensemble, il est plutôt limité ; selon la page d'accueil du Bristol Council, seules cinq des 210 pétitions ont eu un impact au cours des sept années d'activité du projet."

LiquidFeedback était un autre de ces systèmes conçu et conçu par des militants du Parti Pirate d'Allemagne et publié en tant que logiciel open source à la même période. Peu de temps après le lancement, la plateforme a été répliquée dans deux autres contextes ; ProposteAmbrosoli, lors des élections régionales en Lombardie, et TuParlamento, un effort pour approcher les électeurs et les parlementaires, tous deux en Italie[ 8 ] (aujourd'hui la technologie de pétition électronique est utilisée partout dans le monde, voir Taiwan[ 9 ] par exemple).

Ce que tout cela montre, c'est qu'il y a eu de nombreuses tentatives pour faire le pont entre la participation civique et la politique à l'aide d'outils numériques, à différents niveaux, le cas de ProposteAmbrosoli comme moyen d'auto-promotion ; monsieur Ambrosoli était candidat à l'élection alors qu'à TuParlamento les députés essayaient de légitimer leurs actions en créant un canal de communication plus direct que les moyens traditionnels avec l'électorat. Cependant, dans ce dernier cas, les publications sur la plateforme ont été ignorées pour la plupart et peu de retours ont été donnés aux utilisateurs. ProposteAmbrosoli obsolète après l'élection. Dans ces deux derniers exemples, peut-être parce que ces outils étaient connectés à des personnalités particulières, ils n'ont pas gagné suffisamment de terrain et leur succès a été temporaire.

Une leçon à tirer de ces essais au cours des premières expériences de démocratie de la troisième vague est que pour engager et intégrer de nouveaux utilisateurs, ils doivent sentir que leur activité sur la plate-forme est conséquente. Parce que le vote en ligne (qui revient presque à dire de signer une pétition en ligne) ne remplace pas vraiment le vote papier mais plutôt une toute nouvelle forme d'expression politique, les plateformes doivent concevoir et fournir un lien direct entre les décideurs, les institutions et les utilisateurs finaux. Les moyens d'y parvenir sont multiples mais, en général, nécessitent une population éduquée et politiquement active.

Mais parmi toutes les applications possibles d'externalisation citoyenne, attirons notre attention sur un sous-ensemble plus petit, la pétition électronique.

Plus de contexte

La pétition remonte loin dans l'histoire humaine et dans de multiples endroits du globe. [ 10 ] Elle a joué un rôle important à la fois dans les phases de troubles sociaux et dans les périodes de prospérité. En France et aux USA, elle est étroitement associée à ses constitutions révolutionnaires du XVIIIe siècle. Au Royaume-Uni et au Portugal, cela remonte au moins à l'époque médiévale. Des preuves anecdotiques suggèrent même qu'à des époques antérieures telles que la Perse du Ve siècle, les pétitions jouaient un rôle important: "répondre aux pétitions aidait les anciens dirigeants à paraître prudents et réactifs. Cela fournissait également un moyen efficace et simple de renforcer leur autorité et leur pouvoir." Bien que les pétitions aient aujourd'hui des caractéristiques différentes, par exemple, peuvent même être faites numériquement, leurs conséquences sont toujours similaires : montrer la réactivité des autorités envers le public et légitimer le pouvoir des parlements.

"L'importance des pétitions, qu'elles soient présentées sous forme numérique ou sur papier, est multiple ; elles peuvent fonctionner comme une sorte de soupape de sécurité politique ou d'alarme incendie, utilisées pour communiquer des informations en informant sur l'élaboration de politiques ou même orienter vers un changement de politique. Cela peut être utilisé comme lien entre les parlements et les citoyens en donnant la parole au public et en contrôlant l'exécutif. " [ 11 ]

Dans cet article, nous allons étudier certaines des plateformes de pétitions électroniques existantes aujourd'hui, un sujet que nous avons déjà partiellement couvert. Des sites Web officiels nés d'institutions publiques telles que l'initiative citoyenne de l'UE à des initiatives privées telles que Petição Pública au Portugal, différentes plateformes à travers le monde ont été créées pour améliorer la participation des citoyens aux discussions pertinentes dans la sphère politique. Certaines des questions que nous allons nous poser sont; quels sont les types de propositions soumises par les utilisateurs de ces plateformes ? Et quelle est leur portée, sont-elles populaires ou méconnues ? Ont-ils un impact réel sur la prise de décision ou finissent-ils par être laissés de côté ou ignorés ? Et pourtant, ces plateformes sont-elles cybersécurisées ou sujettes à manipulation ?

Nous le peuple

We the People [ 12 ] (WTP), lancée seulement 11 jours après le 11 septembre, est une plate-forme de pétition électronique désormais obsolète, auparavant accessible via le site Web officiel de la Maison Blanche, whitehouse.gov (de même, Citizinvestor[ 13 ] était un plate-forme davantage adaptée au gouvernement local désormais également hors ligne). Dès que le président Trump a pris ses fonctions pour la première fois en 2017, son administration s'est empressée de mettre la main sur la plate-forme. [ 14 ] Plus tard dans la même année, il a annoncé que We the People serait temporairement fermé afin de le remplacer par un "une nouvelle plate-forme [qui] permettrait aux contribuables d'économiser plus d'un million de dollars par an". Pourtant, rien ne s'est passé. Pire encore, des "bugs" semblaient surgir de nulle part, comme l'a rapporté The Independent et republié sur le blog Disruptive Dissertation :[ 15 ]

"a reçu des centaines de tweets de fiers signataires mais le décompte officiel (au moment de la rédaction) se lit comme suit :" 27 signés "." Jillian Steinhauer a écrit pour Hyperallergic le 25 janvier qu'il "ne montre que 44 signatures, bien que des centaines de personnes aient tweeté qu'ils l'ont signé. Beaucoup ont remarqué l'écart, avec un tweeter affirmant que la pétition avait près de 100 000 signatures hier [24 janvier ]  ; un autre dit que le nombre était à l'origine dans les dizaines de milliers. L'autre pétition montre 734 signatures, une petite augmentation par rapport aux 724 répertoriées plus tôt dans la journée, mais ne semble pas compter avec précision ceux qui ont signé sur la base du taux de partage suggéré. par les médias sociaux. Il semble également avoir été mis en place seulement après la disparition d'une précédente pétition."

Les bogues auraient été corrigés peu de temps après ces découvertes. Cependant, pas plus tard que le 28 janvier 2017, une pétition intitulée "Mettre fin au black-out médiatique sur l'Agence de protection de l'environnement (EPA)" n'affichait qu'un seul signataire malgré les tentatives de signature de plusieurs personnes. Un porte-parole de la Maison Blanche a affirmé; « C'est une question de volume élevé en fin de compte, mais les signatures sont captées. En raison du volume élevé, ils doivent changer la façon dont ils sont capturés. »[16 ]

(Désolé de déclamer, mais Facebook, YouTube, Google, Reddit, TikTok, etc. semblent bien gérer quotidiennement des pétaoctets de données dans le monde entier, mais la Maison Blanche ne peut pas gérer quelques milliers de pétitions ? Nous parlons de moins plus de 1 Go de données brutes, comme semble le suggérer une publication[ 17 ] d'un chercheur de l'Université d'État du Dakota ; "L'étude a trouvé 3688 pétitions sur le système de pétition en ligne de la Maison Blanche, We the People, et n'en a trouvé que 252 (6 ,8 %) d'entre eux ont été examinés".)

Plus récemment en 2021, le jour même où la nouvelle administration de Joe Biden a pris ses fonctions, l'URL qui pointait vers la plateforme de pétitions électroniques WTP, https://petitions.whitehouse.gov/, a simplement changé et a commencé à rediriger vers la maison blanche principale. domaine .gov sans autre explication. Il n'a pas été relancé depuis et apparemment il n'y a actuellement aucun plan pour le faire. Alors, quel est exactement le problème avec la plate-forme WTP et la Maison Blanche ? Regardons une version archivée du projet, cela peut aider à élucider :

image

Archives de We The People[ 18 ]

Très médiocre est le bilan de la tentative de pétition électronique de la Maison Blanche ; des bogues aux promesses infructueuses de mises à jour et d'améliorations pour se terminer par un arrêt inopiné. En revanche, d'autres plateformes privées de pétitions en ligne ont jusqu'à présent eu plus de succès...[ 19 ] Qu'il s'agisse de faire pression sur les sociétés pharmaceutiques pour qu'elles reprennent la production de médicaments vitaux contre le cancer, d'amener TripAdvisor à prendre plus au sérieux les plaintes pour agressions sexuelles ou de revenir en arrière décisions prétendument médiocres du pouvoir judiciaire telles que les cas de Rodney Reed ou Cyntoia Brown, pour ne citer que quelques-uns des nombreux cas d'utilisation percutants. Ironiquement, Change.org, l'une des plus grandes plateformes privées de pétitions électroniques, contient une pétition demandant la restitution de We The People.[ 20 ],[ 21 ]

Je suis perdu maintenant, est-ce une bataille de pétitions électroniques publiques contre privées ?

image

Image d'une pétition électronique en cours au moment de la rédaction de SumOfUs, l'une des plus grandes plateformes de pétitions électroniques sur le marché[ 22 ]

Mais quel est le succès réel de ces plateformes privées de pétition en ligne ?

"Par exemple, sur Change.org, plus de 99 % des pétitions n'ont jamais été marquées comme "victoire". Une pétition est considérée comme une victoire si l'entité cible a répondu à la satisfaction du créateur. Sinon, la pétition est fermée. Par exemple, dans le but de protéger les animaux, une pétition pour l'interdiction du transport des trophées de chasse a été adressée à Delta Airlines sur Change.org. La pétition a recueilli 395 259 signatures en quelques mois et Delta Airlines a annoncé qu'elle « interdirait officiellement l'expédition de tous les trophées de lions, de léopards, d'éléphants, de rhinocéros et de buffles dans le monde en tant que fret. " Pendant la période de la pétition, neuf autres compagnies aériennes ont également pris des mesures similaires. "

Changer la politique de plusieurs compagnies aériennes concernant le commerce lié aux espèces menacées ? C'est puissant .

La cyber-sécurité

Le sujet a été largement présenté. Maintenant, pour discuter de la cybersécurité de chacune de ces plateformes, une petite analyse supplémentaire est nécessaire. La cybersécurité est un vaste domaine qui ne se résume pas à 4 ou 5 critères et nécessite sûrement une formation technique pour faire des évaluations précises. Mais il y a des choses trop évidentes qui sautent aux yeux, même pour les amateurs. Lorsque nous nous inscrivons sur une plateforme et que nous ne sommes tenus de présenter qu'un e-mail et rien d'autre, quelles conclusions devons-nous tirer des mécanismes (ou de leur absence) en matière de contrôle d'identité ? Qu'est-ce qui empêche un utilisateur dans ce cas de créer plusieurs comptes, voire de se faire passer pour d'autres personnes et d'influencer négativement les informations publiées sur la plateforme ?

De plus, si les plates-formes sont toujours sous le paradigme précédent du Web 2.0 où toutes les informations sont conservées sur des serveurs centralisés, dans quelle mesure les plates-formes risquent-elles d'être mal gérées par les administrateurs système responsables de l'exécution et de la maintenance des logiciels, du matériel et des bases de données , de la manipulation ou censurer des informations ? Utiliser correctement la blockchain dans des applications sensibles comme le e-petitioning en 2022 est une exigence de cybersécurité !

(Maintenant, veuillez patienter avec nous alors que nous présentons un aperçu de l'écosystème centré sur l'UE, mais il existe sûrement d'autres cas d'utilisation intéressants dans le monde entier, veuillez publier dans les commentaires si vous en connaissez !)

Pétitions, gouvernement et parlement britanniques[ 23 ]

La mise en œuvre la plus active et la plus interactive de la pétition électronique, entre les pétitionnaires et les fonctionnaires de l'État, semble être le cas au Royaume-Uni. La première expérience a été menée en 2006 et en moins de 6 mois, 2860 pétitions actives ont été créées et une a même reçu plus d'un million de signatures. [ 24 ] En 2018, plus de 30 000 pétitions électroniques avaient été soumises avec environ 14 millions de signataires différents. , ce qui en fait l'une des plateformes les plus utilisées au monde proposées par une institution publique. L'idée du système britannique n'est pas seulement que les citoyens signent et présentent un document numérique approuvant une opinion ou un projet politique particulier, mais qu'après avoir rassemblé un nombre minimum de partisans, ces textes soient présentés au parlement pour débat. Le système britannique a également l'avantage, par rapport à d'autres juridictions, que ces débats sont également publiés sur Internet. Alors, quel genre de pétitions peut-on y voir aujourd'hui ?

image

Dispense de visa pour les réfugiés ukrainiens[ 25 ]

image

EN DIRECT : Débat sur la pétition électronique sur les modalités d'entrée des réfugiés ukrainiens au Royaume-Uni - 14 mars 2022 sur YouTube[ 26 ]

Les citoyens utilisent la plateforme pour pétitionner sur d'autres sujets sensibles tels que "Ne pas obliger les travailleurs de la santé et des services sociaux à se faire vacciner contre le covid-19"[ 27 ] ou pour "Interdire la discrimination à l'encontre de ceux qui ne se font pas vacciner contre le Covid-19"[ 28 ].

Contrôle d'identité : Difficile à évaluer. Supposé être entre faible à modéré. Bien qu'il n'existe pas au Royaume-Uni de carte à puce d'identité nationale délivrée par l'État, les tableaux correspondant à l'identité des citoyens et les informations d'identification correspondantes sont en possession du gouvernement, en particulier du ministère de l'Intérieur.

Anti-censure : Les solutions hautement centralisées sont sujettes à la censure de par leur propre conception. A titre d'exemple, et non pour faire de l'exemple une preuve de mauvaise foi des admins système, loin de là, ...

image

Ne passant pas préjugé mais la plateforme a effectivement été bloquée pendant quelques jours. Des systèmes décentralisés correctement configurés peuvent empêcher ces situations de se produire à moins que la majorité ne soit d'accord.

Cryptographie avancée : Modéré. Il offre une cryptographie de base telle que l'utilisation de HTTPS par exemple. Et parce que le site Web traite des pétitions électroniques et non du vote en ligne, bien qu'il ne soit pas facilement accessible, les signatures numériques approuvant chaque pétition spécifique peuvent être en quelque sorte tracées par géolocalisation :

image

Ici[ 29 ] on voit par géolocalisation le nombre de signataires par pétition et par région. Bien qu'il ne soit pas vraiment auditable car nous ne pouvons pas voir les noms des signataires, il offre une certaine forme de traçabilité.

La cryptographie avancée dans les pétitions électroniques signifie simplement que les signatures numériques et le décompte final correspondant sont à la fois privés et vérifiables par les signataires eux-mêmes. Dans la littérature, il se lit auditable de bout en bout. Bien que cela puisse sembler contradictoire avec les mathématiques intelligentes, c'est possible.

De plus, aucune suggestion à aucun moment du site Web n'est faite aux utilisateurs d'utiliser des réseaux superposés pour masquer les adresses IP sources, de sorte que l'on pourrait affirmer que la géolocalisation des signataires de la pétition est vulnérable. Voter à plusieurs reprises sur la même machine et sur la même géolocalisation peut révéler l'identité et les intentions des signataires.

Initiative citoyenne européenne et forum

1. Forum européen de l'initiative citoyenne[ 30 ]

image

Comme on peut le voir sur la photo les sujets sont nombreux et relativement récents. Les utilisateurs et les discussions sur la plateforme sont pratiquement inexistants.

Contrôle d'identité : Incomplètement bon.

image

Lors d'une tentative de connexion sur le Forum de l'Initiative Citoyenne Européenne, le formulaire ci-dessus nécessitant eIDAS[ 31 ] (c'est-à-dire une eID adossée à des institutions publiques) est présenté

image

Alternativement, les nouveaux utilisateurs sont autorisés à s'inscrire en fournissant un e-mail uniquement

Il est possible de s'inscrire avec des méthodes de cybersécurité ou non sécurisées. C'est à l'utilisateur de choisir... Bien que ce ne soit pas le scénario idéal où seules les méthodes cybersécurisées seraient autorisées, il est bon de montrer à quoi ressemblerait réellement une plate-forme conçue pour la discussion politique. À l'heure actuelle, cependant, il est toujours vulnérable à la présence de bots.

Anti-censure : Aucune. Aucune utilisation de blockchain n'a été trouvée.

Cryptographie avancée : Faible. Encore une fois, la cryptographie avancée dans le domaine de la politique numérique signifie essentiellement que des outils tels que le vote en ligne sont non seulement disponibles mais construits de manière à être auditables par les utilisateurs finaux, les électeurs (vérifiables de bout en bout)[ 32 ] . Comme on peut le voir, la fonctionnalité de vote est disponible, ce qui est positif, mais aucune vérifiabilité publique n'est fournie, d'où la faible classification.

On peut citer la plateforme Debating Europe[ 33 ], autre site web créé par des ONG, pour toutes ses similitudes avec le Forum européen de l'initiative citoyenne en termes de design, de mise en page et de fonctionnalités où là encore, on retrouve l'empreinte de George Soros derrière ce plate-forme en partenariat avec les Open Society Foundations .

2. Initiative citoyenne européenne[ 34 ], [ 35 ]

L'ICE est la plate-forme officielle des pétitions électroniques au sein de l'UE. Au moment d'écrire ces lignes, il montrait 11 pétitions en cours avec un total de 93 jamais enregistrées. Un très mauvais bilan compte tenu de la taille et des ressources du syndicat et de l'ancienneté de la plateforme. En tout cas, la raison semble avoir déjà été indiquée.[ 36 ]

image

Capture d'écran de l'initiative citoyenne européenne en portugais. Il est disponible dans toutes les langues des États membres.

image

Le cycle de vie de la pétition est également accessible

image

Lors de la signature d'une pétition, les utilisateurs sont invités à remplir un formulaire ou à utiliser un certificat numérique (eID)

image

Même si le formulaire est choisi plutôt que la méthode du certificat numérique, les signataires sont priés d'envoyer des informations personnelles telles que le numéro de carte d'identité nationale. Pas aussi idéal que le certificat numérique mais quelque chose quand même. Il y a même un captcha pour empêcher les bots de signer.

Contrôle d'identité : Modéré.

Anti-censure : Aucune.

Cryptographie avancée : Aucune.

Alors, qu'est-ce qui inquiète les citoyens de l'UE et quel type de propositions sont avancées ? La fonction de recherche permet de filtrer les pétitions électroniques en cours[ 37 ] ou celles qui ont terminé leur cycle de vie[ 38 ], selon les règles qui fixent l'ordre du jour telles que les délais minimum et maximum de collecte de signatures ou le montant minimum de celles nécessaires, ainsi que les mesures à prendre une fois qu'une pétition atteint un certain seuil. Ces règles varient d'une plate-forme à l'autre et constituent un aspect important qui doit être pris en considération. Nous pourrons approfondir cet aspect dans un autre article qui lui est propre, le paramètre d'agenda .

Prenons l'exemple de l'initiative End the Cage Age[ 39 ], qui demande d'améliorer les conditions des animaux en légiférant contre certains types d'abus envers les animaux qui se produisent avec l'utilisation discrétionnaire de cages. Dans sa page citée [ 40 ], vous pouvez également consulter la réponse des autorités de l'UE et les travaux respectifs concernant la question, et vous pouvez également voir plus de détails tels que le nombre de signataires par pays, les auteurs, qui ont financé la pétition, etc. D'autres pétitions portent sur l'interdiction des pesticides toxiques[ 41 ] et les problèmes liés à l'environnement par exemple.

openPetition

openPetition[ 42 ] semble être une petite plateforme bien fondée et organisée créée il y a 12 ans mais qui a connu un succès relativement faible[ 43 ] (avec seulement 12 initiatives considérées comme réussies par leurs auteurs) mais avec beaucoup d'initiatives actives et en attente pétitions[ 44 ] en cours de traitement au moment de la rédaction, totalisant 1273 ! L'une de ces histoires "réussies" a été le retrait des équipes russes d'un simulateur de la FIFA chez EA.[ 45 ]

image

Pour signer une pétition, les utilisateurs sont priés d'envoyer leur nom complet, e-mail et adresse résidentielle

image

Après avoir signé une pétition, un message réussi s'affiche

Contrôle d'identité : Difficile à évaluer, probablement très faible. Considérant qu'openPetition n'est pas une institution publique, nous devrions supposer qu'ils n'ont pas de base de données avec les noms de toutes les personnes et leurs résidences. Alors, comment la plateforme peut-elle savoir quels utilisateurs sont réels et lesquels sont des robots ou des imitations ?

Anti-censure : Aucune. Aucune utilisation de blockchain ou d'autres outils Web3 tels que IPFS n'a été détectée.

Cryptographie avancée : La cryptographie avancée dans le contexte de la politique numérique signifie au mieux la conciliation de la vie privée et de la vérifiabilité lors du vote. Dans openPetition les signatures peuvent être rendues publiques ou privées au choix de l'utilisateur, ce qui est intéressant mais ne vérifie certainement pas les critères avancés . Ainsi, bien que non cryptographiquement, parce que les utilisateurs peuvent signer publiquement, nous classons comme faible.

image

Les signatures peuvent être publiques ou privées ; auditable dans une certaine mesure.

Pétition électronique, Parlement d'Australie[ 46 ]

En évaluant la plate-forme officielle de pétition électronique de l'Australie, nous devons montrer les conséquences d'une mauvaise mise en œuvre. Nous sommes en mesure de signer les pétitions même si nous ne sommes pas citoyens australiens et il n'y a en fait aucun moyen pour les signataires de comprendre si la signature a été correctement comptabilisée ou non. Cela ne veut pas dire que la plateforme n'a pas de cybersécurité ni qu'elle fonctionne ou non. Mais il est très opaque et difficile à évaluer, ce qui le rend plus vulnérable aux mauvais comportements des administrateurs système, l'équipe informatique. La plupart des plateformes sur le marché suivent aujourd'hui cette tendance, mais il est particulièrement inquiétant de voir cela sur les sites officiels gouvernementaux.

Contrôle d'identité : Difficile à évaluer. Supposé faible. Encore une fois, comme il s'agit d'un site Web officiel d'une institution publique, les administrateurs système ont probablement accès à une base de données contenant le nom de tous les résidents et citoyens du pays. Pourtant, ce que nous devons montrer, c'est ce que nous considérons comme une conception et une implémentation médiocres qui, même ajustées en croisant les données avec la base de données mentionnée, laissent à notre humble avis des vulnérabilités ouvertes.

image

Pétition électronique EN4426. Remarquez le nombre de signatures à 10.

image

Pour mettre le système à l'épreuve, j'ai inventé un faux nom et j'ai signé.

image

Le message réussi est affiché

image

Si nous revenons à la page de la pétition, le compteur de signatures a augmenté !

Pour la petite histoire, mon vrai nom n'est pas Anthony Fillinbert. J'ai signé la pétition bien que je ne sois ni citoyen ni résident en Australie. Cela a été fait à des fins de démonstration uniquement.

Anti-censure : Aucun outil Web3 détecté.

Cryptographie avancée : Pas d'auditabilité, vérifiabilité de bout en bout. Encore une fois, il est difficile d'évaluer ce qui se passe dans le backend, donc même la confidentialité de base est difficile à évaluer. Une déclaration du site Web indique que la base de données est cryptée et sécurisée. Mais la cryptographie avancée va au-delà de cela.

Change.org[ 47 ]

Fondée en 2007, aux États-Unis, Change.org est l'une des plateformes de pétition en ligne les plus populaires avec plus de 114 millions d'utilisateurs dans le monde et des centaines de milliers de pétitions. C'est aussi l'une des plus étudiées qui met en lumière de nouvelles données sur le type de problèmes qui inquiètent vraiment leurs utilisateurs ou, par exemple, qu'est-ce qui rend une pétition plus efficace que d'autres ? Qu'en est-il des disparités entre les sexes? Beaucoup reste à découvrir.

image

Un petit échantillon a été utilisé dans la recherche. [ 48 ] L'étude conclut que les gens sont davantage préoccupés par les sentiments et les facteurs émotionnels que par la morale et la logique. Semble remettre en cause notre rationalité !

L'impact de Change.org est si impressionnant qu'il nécessiterait un article ou même un livre à lui tout seul.[ 49 ] Et l'ironie est encore une fois qu'il n'offre que peu ou pas de cybersécurité ! Ce qui est de montrer que le vote en ligne ou la pétition électronique si vous voulez, est un cas d'utilisation naturel de l'informatique ! Bien sûr, il est sujet à manipulation, mais seulement si les administrateurs système se comportent mal ! En fait, même en l'absence de méthodes de contrôle d'identité solides, il existe des moyens d'atténuer les attaques d'acteurs malveillants. Si les administrateurs système le souhaitent et font du bon travail, les plates-formes fonctionnent en quelque sorte comme prévu, comme le montre clairement l'impact généralement positif de Change.org ! De plus, si les outils Web3 sont intégrés à ces systèmes, même les comportements inappropriés des administrateurs peuvent être détectés et sont plus difficiles à éliminer !

Contrôle d'identité : Aucun.

Anti-censure : Aucune. La plateforme est actuellement inaccessible en Algérie et probablement dans de nombreux autres pays ainsi que des pétitions controversées gagnent du terrain.[ 50 ] Nous avons évoqué dans un article précédent[ 51 ] la situation où le blocus de Wikipédia par les autorités turques a été contourné grâce à l'utilisation de IPFS, un outil Web3, et la même chose pourrait être faite ici, mais avec plus de difficulté car nous ne traitons pas de contenu statique.

Cryptographie avancée : Aucune.

Avaaz[ 52 ]

Avaaz est une autre énorme plate-forme de pétitions en ligne avec prétendument 68 millions de membres. Il emploie des militants de plus de 30 pays, dont le Royaume-Uni, l'Inde, le Liban et le Brésil, pour n'en citer que quelques-uns. Une mise en garde avec ces plates-formes est que même si elles prétendent être nées de la société civile et sont en quelque sorte enracinées dans un mouvement apolitique, la vérité est que dès qu'elles deviennent trop importantes, leur impact sur la politique mondiale devient inévitable.[ 53 ] In Wikipedia , il est indiqué par exemple que l'activité d'Avaaz a eu une influence sur des questions très sensibles telles que l'intervention militaire en Libye ou l'évacuation de journalistes britanniques et la mort de 13 militants syriens pendant le conflit dans le pays. Si d'une part, il a eu un impact positif sur nombre de ses campagnes comme la lutte contre le changement climatique, le parcours n'a pas été sans critiques. Il y a même des revendications d'un agenda caché lié à des milliardaires douteux, mais ceux-ci semblent lâches. [ 54 ] Quoi qu'il en soit, le manque apparent de cybersécurité est préoccupant.

Contrôle d'identité : Aucun.

Anti-censure : Aucune. Comme Change.org, il est bloqué dans de nombreux pays.

Cryptographie avancée : Aucune.

Soins2[ 55 ]

L'un des plus anciens sites Web de pétition en ligne, il existe depuis 1998 ! Des histoires comme "Success! Germany's Last Fur Farm Has Closed"[ 56 ] en 2019 sont la raison pour laquelle ces outils et plateformes existent en premier lieu. Il peut arriver un jour, si Dieu le veut, où de telles actions ne seront plus nécessaires, mais pour l'instant, nous devrons peut-être compter sur ces outils pour mettre en lumière la cruauté et forcer la société à agir.

image

Page de destination de Care2

Contrôle d'identité : Aucun.

image

Le fait que les utilisateurs puissent créer des comptes avec des identifiants Facebook et considérant que dans un de nos précédents articles[ 57 ] nous avions déjà attiré l'attention sur le fait que le réseau Facebook regorge de bots va dire que Care2 est vulnérable à une prise de contrôle par le mal acteurs tels qu'ils sont, selon notre compréhension.

Anti-censure : Aucune.

Cryptographie avancée : Aucune.

SommeDeNous[ 58 ]

De la lutte contre l'huile de palme d'origine non durable à l'arrêt des compagnies aériennes d'expédier des trophées de chasse, le succès de SumOfUs est intéressant. Il suffit parfois d'attirer l'attention du public sur un problème pour y mettre fin mais n'oublions pas qu'après avoir pétitionné bien souvent c'est tout un autre travail de lobbying qui s'impose et qui est exigeant ce qui fait le mérite de ces organisations et une des raisons pour lesquelles des dons financiers parfois intéressants sont faits. L'organisation n'est cependant pas sans son lot de critiques et de liens douteux avec des milliardaires, comme le rapporte InfluenceWatch[ 59 ]; nous nous demandons si ces plates-formes sont des champs de bataille entre les mouvements populistes et les grandes entreprises.

Contrôle d'identité : Aucun.

Anti-censure : Aucune.

Cryptographie avancée : Aucune.

Pétição Pública[ 60 ]

Dernier point, mais non des moindres, en raison de préjugés personnels, nous invitons le lecteur à se plonger dans le cas portugais et à voir ce qui se passe là-bas. La plate-forme la plus utilisée porte le nom de Petição Pública qui se traduit par Pétition Publique. Il existe également une version brésilienne de celui-ci.[ 61 ] Anédoctiquement, en 2017, une pétition de cette plateforme concernant l'utilisation des chemtrails comme armes biologiques a été portée à la discussion au parlement et ridiculisée comme une théorie du complot comme on peut le voir dans cette vidéo ( en PT).[62] Des rapports récents semblent cependant suggérer une certaine validité aux affirmations du pétitionnaire.[ 63 ] ,[ 64 ]

image

Exemple de pétition pour la création d'une bibliothèque publique

Contrôle d'identité : Faible. Il n'utilise pas de certificats numériques, cependant, au moment de la signature, les signataires doivent non seulement insérer le nom, mais également fournir le numéro d'identification national présent sur la carte à puce d'identification nationale. Comment la plate-forme est-elle alors capable de recouper le nom et l'identifiant est difficile à savoir, mais nous supposons que les pétitions, une fois qu'elles atteignent un certain seuil, sont présentées aux autorités publiques avec les informations d'identification dans un format public.

image

Le formulaire pour signer la pétition demande le nom complet, l'e-mail et le numéro d'identité délivré par l'État. En général, cela nous suffit pour envisager un niveau de sécurité modéré car connaître le numéro d'identification de quelqu'un nécessiterait un certain effort de la part du mauvais acteur. Pourtant , l'identification liée à un certificat numérique est en principe meilleure, du moins en aidant à préserver la vie privée, un sujet que nous aborderons peut-être en détail dans un article à part entière.

Anti-censure : Aucune.

Cryptographie avancée : Aucune. Mais parce que l'ID est requis et probablement publié (une pratique risquée comme dit), nous pouvons supposer un certain niveau d'auditabilité, mais pas parce que la cryptographie est bien implémentée.

Participation[ 65 ]

Participa est encore une autre plate-forme de pétition électronique tirant des fonds de l'Union européenne mais avec peu de participants et peu de fonctionnalités de cybersécurité.

Contrôle d'identité : Aucun.

Anti-censure : Aucune.

Cryptographie avancée : Aucune.

Alternativement, il existe d'autres plates-formes qui exploitent l'activité politique mais qui ne sont pas des sites Web de pétitions électroniques ou des technologies similaires basées sur le vote électronique, telles que GetUp! ou GoFundMe.org (qui a récemment fait la une des journaux pour avoir bloqué des fonds envoyés au convoi de camionneurs au Canada).

En conclusion

Une question naturelle qui se pose est pourquoi y a-t-il une adoption si faible sur certaines de ces plateformes ?

  1. Serait-ce dû à un manque perçu d'impact réel de l'utilisation de ces plateformes ? L'établissement de l'ordre du jour, comme dans ce qui se fait en pratique après la fin d'un référendum, devrait-il être plus clair pour les utilisateurs finaux ? Que se passe-t-il si la majorité des utilisateurs d'une plateforme votent d'une manière spécifique autour d'un problème particulier ?

  2. Les utilisateurs ne sont-ils pas si naïfs, et le manque de fonctionnalités de cybersécurité sur une plateforme est quelque chose qui se ressent et rebute les utilisateurs, surtout quand il en manque comme dans la majorité des cas que nous avons enquêtés ?!

Autres questions intéressantes, pourquoi les plus grosses plateformes comme Change.org ou Avaaz, We the People, sont-elles bloquées ou résiliées dans certains pays ? De quoi les autorités ont-elles vraiment peur ?

  1. Les institutions publiques ont-elles peur des menaces de cybersécurité et s'abstiennent-elles donc de développer ces plateformes ou se pourrait-il que les responsables aient peur des conséquences d'une plus grande voix des citoyens sur les questions de société ?

  2. Le manque de cybersécurité est-il une fatalité ou un choix délibéré ? À quoi ressemblerait une plateforme avec une cybersécurité poussée à l'extrême et quels pourraient être ses cas d'utilisation ? Dans quelle mesure sommes-nous proches de la transition vers une démocratie liquide ? 5 années? 10 années? 1000 ?

Il est intéressant de noter que certaines des plateformes les plus percutantes offrent peu ou pas de cybersécurité, comme un contrôle d'identité fort, ce qui montre que contrairement à l'intuition ou à la croyance commune, les pétitions électroniques et autres outils numériques en politique sont l'une des utilisations les plus naturelles. cas d'informatique...

En résumé, les nombreuses plateformes existantes, les expériences pilotes et les cas d'utilisation qui correspondent à la catégorie de la politique numérique deviennent lentement plus courants. Je conseillerais au lecteur de connaître les plates-formes qui existent déjà dans son propre pays, puis de s'inscrire et d'être actif sur celles-ci. Cependant, nous devrions toujours garder à l'esprit que la plupart des plates-formes présentées ici n'offrent pas toutes les propriétés de cybersécurité souhaitées évaluées, à savoir un IDM fort, l'anti-censure et la vérifiabilité de bout en bout. Pour pouvoir y parvenir dans une solution sans confiance, la blockchain doit être correctement intégrée. Des entreprises telles que Brightgov ou Vocdoni poursuivent activement cette fin avec un cas d'utilisation réussi à petite échelle récemment.[66]

Tout comme le papier a été essentiel pour passer des monarchies autocratiques aux démocraties représentatives d'aujourd'hui, peut-être que les outils numériques seront l'une des clés de la transition du statu quo actuel vers des systèmes démocratiques plus directs ou délégatifs...

Références:

[1] " Digital Politics: A Deep Dive " par le Network Emergency Response Volunteers, 2022. https://hackernoon.com/digital-politics-a-deep-dive

[2] « Numérisation de l'administration publique et corruption dans les États membres de l'UE. Une analyse de recherche comparative et corrélative » par Armenia Androniceanu et al., 2022. https://www.researchgate.net/publication/358882720_Public_Administration_Digitalization_and_Corruption_in_the_EU_Member_States_A_Comparative_and_Correlative_Research_Analysis

[3] Nos Députés , https://www.nosdeputes.fr/

[4] « A study of e-participation projects in third-wave democracies » par Stephen Coleman et al., International Journal of Electronic Governance, 2009. https://www.researchgate.net/publication/239433882_A_study_of_e-participation_projects_in_third-wave_democracies

[5] « Études de cas sur la politique de participation électronique : Suède, Estonie et Islande » par Martin Karlsson et al., Université d'Örebro, Praxis Center for Policy Studies, etc., 2013. http://pdc.ceu.hu/archive /00006789/01/PASOS_e-participation_2013.pdf

[6] L'initiative de Malmö , https://malmo-se.translate.goog/Om-Malmo-stad/Politik-beslut-och-paverkan/Var-med-och-paverka/Malmoinitiativet.html?_x_tr_sl=sv&_x_tr_tl=en&_x_tr_hl =pt-PT&_x_tr_pto=wapp

[7] ePetitions sur le portail citoyen de Bristol , https://democracy.bristol.gov.uk/mgEPetitionListDisplay.aspx

[8] « LiquidFeedback in Large-scale Civic Contexts : Framing Multiple Styles of Online Participation », G. Bertone et al., Journal of Social Media for Organizations, MITRE Corporation, 2015. https://www.semanticscholar.org/paper /LiquidFeedback-in-Large-scale-Civic-Contexts-%3A-of-Bertone-Cindio/328a1704c0449cbf6c2a8b72947a295a0b34b322

[9] « Le système simple mais ingénieux que Taïwan utilise pour crowdsourcer ses lois » par Chris Hortonarchive, MIT Technology Review, 2018. https://www.technologyreview.com/2018/08/21/240284/the-simple-but- ingenious-system-taiwan-use-to-crowdsource-its-laws/

[10] Entrée " Petitioning " sur le site officiel du National Museum of American History, Behring Center, USA, https://americanhistory.si.edu/democracy-exhibition/beyond-ballot/petitioning

[11] « Pétitions parlementaires et engagement public : une analyse empirique du rôle des pétitions électroniques », Cristina Leston-Bandeira, Université de Leeds, Royaume-Uni, 2019. https://eprints.whiterose.ac.uk/145393/3 /Role_Parliamentary_Petitions_Systems_CLB_COMBINED_VERSION_FINAL.pdf

[12] Entrée We_the_People_(petitioning_system) sur Wikipédia, https://en.wikipedia.org/wiki/We_the_People_(petitioning_system)

[13] Entrée Citizinvestor sur Wikipédia, https://en.wikipedia.org/wiki/Citizinvestor

[14] " L'équipe de Trump supprime toutes les anciennes pétitions "We the People" en attente ", https://www.dailydot.com/debug/white-house-petitions-president-trump/

[15] « Sous l'administration Trump, le site Web de la pétition de la Maison Blanche 'We the People' est mystérieusement cassé », article de blog sur Disruptive Dissertation, 2017. https://disruptivedissertation.blogspot.com/2017/01/under-trump-administration-we -people.html

[16] " Ces pétitions brisées de la Maison Blanche sont dues à l'incompétence, pas au mal " par William Hughes, AV Club, G/O Media, 2017.https://www.avclub.com/those-broken-white-house-petitions -sont-pour-incompétence-1798256934

[17] « Success Factors of Online Petitions: Evidence from Change.org » par Ahmed El Noshokaty et al., 49th Hawaii International Conference on System Sciences, 2016. https://www.researchgate.net/publication/300415479_Success_Factors_of_Online_Petitions_Evidence_from_Changeorg

[18] Archives We the People , https://petitions.trumpwhitehouse.archives.gov/

[19] " 10 pétitions qui ont eu le plus grand impact cette décennie " par Harmeet Kaur, CNN, 2019. https://edition.cnn.com/2019/12/22/us/top-petitions-decade-change-trnd/ index.html

[20] « La nouvelle pétition de la Maison Blanche exige que la Maison Blanche réponde réellement aux pétitions de la Maison Blanche », Josh Feldman, Mediaite, 2014. https://www.mediaite.com/online/new-white-house-petition-demands-the- la-maison-blanche-répond-réellement-aux-pétitions-de-la-maison-blanche/

[21] E-petition in Change.org to restore the e-petition platform We The People of the White House , https://www.change.org/p/joseph-r-biden-restore-the-white-house -s-we-the-people-petition-site

[22] P&G : Fini la pétition sur l'huile de palme qui tue la forêt tropicale sur SumOfUs, https://actions.sumofus.org/a/p-and-g-no-more-rainforest-killing-palm-oil/

[23] Pétitions, gouvernement et parlement britanniques , https://petition.parliament.uk/

[24] « Les pétitions électroniques sont-elles une perte de temps ? » par Gary Connor, BBC, Royaume-Uni, 2015. https://www.bbc.com/news/uk-politics-34476264

[25] « Renonciation à l'exigence de visa pour les réfugiés ukrainiens », pétitions, gouvernement et parlement britanniques, https://petition.parliament.uk/petitions/609530

[26] « EN DIRECT : Débat sur la pétition électronique sur les modalités d'entrée des réfugiés ukrainiens au Royaume-Uni - 14 mars 2022 », https://www.youtube.com/watch?v=ZeqPJokhuqA

[27] « Ne pas obliger les travailleurs de la santé et des services sociaux à se faire vacciner contre le covid-19 », pétitions, gouvernement et parlement britanniques, https://petition.parliament.uk/petitions/577842

[28] « Interdire la discrimination à l'encontre de ceux qui ne se font pas vacciner contre le Covid-19 », Pétitions, gouvernement et parlement britanniques, https://petition.parliament.uk/petitions/575801

[29] Carte des pétitions électroniques du Royaume-Uni , https://petitionmap.unboxedconsulting.com/

[30] Forum européen de l'initiative citoyenne , https://europa.eu/citizens-initiative-forum/discuss_en

[31] Entrée eIDAS sur Wikipédia, https://en.wikipedia.org/wiki/EIDAS

[32] Entrée des systèmes de vote auditables de bout en bout sur Wikipedia, https://en.wikipedia.org/wiki/End-to-end_auditable_voting_systems

[33] Débattre de l'Europe , https://www.debatingeurope.eu/

[34] Entrée de l'initiative citoyenne européenne sur Wikipedia, https://en.wikipedia.org/wiki/European_Citizens'_Initiative

[35] Initiative citoyenne européenne , https://europa.eu/citizens-initiative/find-initiative_en

[36] Section sur les faiblesses dans l'entrée de l'initiative citoyenne européenne sur Wikipedia, https://en.wikipedia.org/wiki/European_Citizens'_Initiative#Weaknesses

[37] Entrée des pétitions en cours dans l'initiative citoyenne européenne, https://europa.eu/citizens-initiative/find-initiative_en?CATEGORY[0]=any&STATUS[0]=ONGOING&SECTION=ALL

[38] Entrée de fin de cycle de vie dans l'initiative citoyenne européenne, https://europa.eu/citizens-initiative/find-initiative_en?STATUS[0]=ANSWERED&CATEGORY[0]=any&SECTION=

[39] " End The Cage " représenté par Léopoldine Charbonneaux, ECI e-petition, 2018. https://europa.eu/citizens-initiative/end-cage-age_en

[40] Détails de la pétition électronique sur l'entrée de la pétition électronique End The Cage sur l'ICE, https://europa.eu/citizens-initiative/initiatives/details/2018/000004_en

[41] " Ban glyphosate and protect people and the environment from toxic pesticides " représenté par Mika Theis, ECI e-petition, 2017. https://europa.eu/citizens-initiative/ban-glyphosate-and-protect-people- et-des-pesticides-toxiques-pour-l-environnement_fr

[42] openPetition , https://www.openpetition.eu/

[43] Entrée des pétitions réussies sur openPetition, https://www.openpetition.eu/?status=erfolg#petitionen

[44] Décision en attente d'inscription sur openPetition, https://www.openpetition.eu/?status=in_bearbeitung#petitionen

[45] " Supprimer les équipes russes et l'équipe nationale de football des produits EA sports FIFA " représenté par Nikita Basenko, openPetition, 2022. https://www.openpetition.eu/petition/blog/remove-russian-teams-and-national- équipe-de-football-des-produits-ea-sports-fifa

[46] Site Web des pétitions électroniques du Parlement australien , https://www.aph.gov.au/e-petitions

[47] Change.org , http://change.org/about

[48] « Hybrid Recommender for Online Petitions with Social Network and Psycholinguistic Features », Ahmed Elnoshokaty, Dakota State University, 2018. https://scholar.dsu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1339&context=theses

[49] Pétitions notables de l'entrée Change.org sur Wikipedia, https://en.wikipedia.org/wiki/Change.org#Notable_petitions

[50] « La Thaïlande bloque Change.org alors que la pétition contre le roi gagne du terrain », BBC, 2020. https://www.bbc.com/news/world-asia-54566767

[51] " Let Web3 Flow: Democratizing Data Ownership to Curb Malpractice " par NERV, 2022. https://hackernoon.com/let-web3-flow-democratizing-data-ownership-to-curb-malpractice

[52] Avaaz , https://www.avaaz.org/en/

[53] Entrée Idéologie sur Wikipédia, https://en.wikipedia.org/wiki/Avaaz#Ideology

[54] Entrée d' Avaaz sur Discover the Networks, https://www.discoverthenetworks.org/organizations/avaazorg

[55] Care2 , https://www.care2.com/

[56] " Success! Germany's Last Fur Farm Has Closed " par Sabrina Modelle, blog de Care2, 2019. https://www.thepetitionsite.com/activist-university/success-germanys-last-fur-farm-has-closed/

[57] « Politics in Social Media: Bots, IDM and Decentralized Moderation » par NERV, 2022. https://hackernoon.com/politics-in-social-media-bots-idm-and-decentralized-moderation

[58] SumOfUs , https://www.sumofus.org/

[59] Entrée SumOfUs sur InfluenceWatch, https://www.influencewatch.org/non-profit/sumofus/

[60] Petição Pública (Portugal), https://peticaopublica.com/

[61] Petição Pública (Brésil), http://www.peticaopublica.com.br/

[62] " Debate Parlamentar | Discussão do tema Chemtrails | João Torres ", partidosocialista, Youtube, 2017.

[63] « Workers At Spain's Meteorological Agency Confess To Spraying Chemtrails », republié sur Principia Scientific International (PSI) de State of the Nation, 2021. https://principia-scientific.com/workers-at-spains-meteorological-agency -avoue-pulvériser-des-chemtrails/

[64] " Le gouvernement espagnol admet avoir pulvérisé des chemtrails sur des citoyens, à la demande de l'ONU " par Lance D. Johnson, Natural News, 2022. https://www.naturalnews.com/2022-06-09-spanish-government- admet-pulvériser-les-chemtrails-sur-les-citoyens.html#

[65] Participa , https://participa.pt/

[66] « Référendum officiel à Bellpuig avec la technologie de vote Vocdoni », Vocdoni, Youtube, 2022.

HISTOIRES CONNEXES

L O A D I N G
. . . comments & more!
Hackernoon hq - po box 2206, edwards, colorado 81632, usa