paint-brush
Jeu de menaces : stratégies gagnantes pour une cyberdéfense proactivepar@chrisray
691 lectures
691 lectures

Jeu de menaces : stratégies gagnantes pour une cyberdéfense proactive

par Chris Ray10m2024/04/23
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

Dans la quête d’une cyberdéfense proactive, cet article de blog explore sept approches distinctes de la chasse aux menaces. Des chasses fondées sur des hypothèses guidées par le cadre MITRE ATT&CK à la détection des déviations comportementales basée sur les anomalies, les chasseurs disposent d'un arsenal diversifié. La recherche indépendante des signatures va au-delà des signatures, en recherchant les comportements malveillants, tandis que la recherche basée sur le renseignement exploite la puissance des renseignements sur les menaces. La chasse basée sur les campagnes révèle les récits des adversaires et la chasse automatisée rationalise la détection grâce à la technologie. La chasse collaborative met l’accent sur la force des idées partagées. Un tableau comparatif met en évidence les caractéristiques uniques, les points forts et les cas d’utilisation de chaque approche. En adoptant ces stratégies, les organisations renforcent leurs défenses, s’adaptent à l’évolution des menaces et sortent victorieuses du jeu des cybermenaces, en protégeant leurs domaines numériques avec compétence et prévoyance.
featured image - Jeu de menaces : stratégies gagnantes pour une cyberdéfense proactive
Chris Ray HackerNoon profile picture
0-item


Le monde de la cybersécurité s'apparente aux batailles acharnées et aux intrigues politiques de la série fantastique épique de George RR Martin, « A Game of Thrones ». Dans le domaine de la cybersécurité, les organisations doivent naviguer dans des paysages dangereux, gardées par leurs chiens de garde vigilants : les professionnels de la cybersécurité. La chasse aux menaces, une pratique essentielle dans cette guerre en cours, s’apparente à l’envoi d’éclaireurs au-delà du Mur, à la recherche de renseignements sur les mouvements et les tactiques de l’ennemi. Il s’agit d’une stratégie proactive, qui change la donne, qui permet aux défenseurs de frapper les premiers, perturbant ainsi les plans soigneusement élaborés de leurs adversaires. En se lançant dans la chasse aux menaces, les équipes de sécurité passent du statut de simples sentinelles réagissant aux attaques à celui de redoutables guerriers, toujours en avance, protégeant leur royaume numérique.


Dans un paysage cybernétique en constante évolution, la chasse aux menaces constitue notre chaîne de maîtres, un symbole de connaissance et de préparation. Les chasseurs parcourent les vastes domaines des réseaux, des journaux et des modèles de comportement, à la recherche d'indices et d'anomalies qui pourraient indiquer la présence d'une menace insidieuse. Ils exploitent la puissance de l’analyse et du renseignement, forgeant des armes en verre-dragon pour percer le voile d’ombres derrière lequel se cachent les attaquants.


À chaque chasse, ils rassemblent des informations, renforcent leurs défenses et se préparent à la prochaine vague d’attaques, garantissant ainsi la résilience et la sécurité de leurs organisations, quels que soient les dangers qui se cachent dans l’obscurité. Alors embarquons-nous dans ce voyage, où nous explorerons les stratégies gagnantes de chasse aux menaces, en nous armant des connaissances nécessaires pour vaincre les cybermenaces qui nous attendent.



Comprendre les bases de la chasse aux menaces

La chasse aux menaces est une approche proactive et itérative de la cybersécurité qui vise à identifier et à atténuer les menaces avant qu'elles ne puissent causer un préjudice important à une organisation. Contrairement aux mesures de sécurité traditionnelles qui s'appuient sur des techniques réactives, telles que la détection basée sur les signatures ou la réponse aux incidents, la chasse aux menaces implique la recherche active de signes d'activité malveillante au sein des réseaux, des systèmes et des environnements d'une organisation.


À la base, la chasse aux menaces repose sur le principe de compromission : la compréhension du fait que les adversaires peuvent déjà avoir pris pied au sein de l'infrastructure de l'organisation, malgré les contrôles de sécurité existants. Cet état d’esprit encourage les professionnels de la sécurité à adopter une approche de surveillance plus proactive et continue, recherchant des preuves de menaces qui auraient pu échapper aux défenses traditionnelles.

Le processus de chasse aux menaces comporte généralement quatre étapes clés :

  1. Collecte de renseignements : cette étape consiste à collecter et à analyser des renseignements pertinents sur les menaces provenant de diverses sources, telles que des rapports du secteur, des flux de menaces et des plateformes de partage d'informations. Ces renseignements fournissent des informations sur les tactiques, techniques et procédures (TTP) utilisées par les acteurs de la menace, ainsi que sur les indicateurs de compromission (IoC) associés aux menaces connues.

  2. Formation d'hypothèses : sur la base des renseignements recueillis, les chasseurs de menaces formulent des hypothèses sur les menaces potentielles ou le comportement de l'adversaire au sein de leur organisation. Ces hypothèses servent de point de départ à des investigations ciblées et orientent les activités de chasse.

  3. Collecte et analyse de données : les chasseurs de menaces exploitent diverses sources de données, telles que les fichiers journaux, les captures de trafic réseau et la télémétrie des points finaux, pour recueillir des informations pertinentes. Ils emploient ensuite une gamme de techniques d'analyse, notamment l'exploration de données, l'analyse statistique et l'apprentissage automatique, pour identifier des modèles, des anomalies ou des indicateurs pouvant indiquer une menace potentielle.

  4. Enquête et réponse : lorsque des menaces potentielles sont identifiées, les chasseurs de menaces mènent une enquête plus approfondie pour valider les conclusions et évaluer la portée et l'impact de la menace. Si une menace légitime est confirmée, des mesures de réponse appropriées sont prises, qui peuvent inclure des mesures de confinement, de remédiation et de prévention.


La chasse aux menaces est un processus itératif, chaque cycle fournissant des informations et des enseignements précieux qui peuvent éclairer et affiner les futures activités de chasse. En recherchant continuellement les menaces, les organisations peuvent garder une longueur d'avance sur leurs adversaires, détecter et répondre plus rapidement aux incidents potentiels et, à terme, améliorer leur posture globale de cybersécurité.

7 stratégies populaires pour la chasse aux menaces

Maintenant que nous avons compris les bases, il est temps d’entrer dans le vif du sujet. Les sections suivantes vous serviront de boussole et vous guideront à travers les diverses voies de la chasse aux menaces. Chaque approche constitue une stratégie unique, offrant une perspective distincte sur la façon de naviguer dans le monde complexe des cybermenaces.


Alors que chaque section sera une brève introduction à la stratégie spécifique (des exemples, des applications pratiques, etc. seront conservés pour d'autres articles), comprendre ces méthodes et leurs nuances vous permettra de choisir les outils adaptés à vos besoins organisationnels, améliorant ainsi vos capacités de détection et renforçant vos défenses. Installez-vous, prenez un verre… cela requiert votre attention.

Chasse basée sur des hypothèses : éclairer le chemin

La chasse aux hypothèses s'apparente au travail d'un détective, qui formule des théories et les teste au moyen d'une enquête méticuleuse. Dans cette approche, les chasseurs de menaces exploitent leurs connaissances du comportement des adversaires, en utilisant souvent le cadre MITRE ATT&CK comme guide. Ce cadre met en lumière les tactiques, techniques et procédures employées par les attaquants, fournissant une compréhension structurée de leurs mouvements potentiels. En développant des hypothèses basées sur ce cadre et sur les renseignements sur les menaces, les chasseurs conçoivent des recherches ciblées au sein de leurs réseaux, cherchant à valider ou réfuter la présence de menaces spécifiques.


Le pouvoir de la chasse basée sur des hypothèses réside dans sa capacité à diriger les efforts efficacement, en se concentrant sur les comportements spécifiques de l’adversaire et sur les techniques connues. Il propose une approche structurée et proactive, permettant aux chasseurs de garder une longueur d’avance sur les menaces potentielles et d’adapter leurs défenses en conséquence. En affinant continuellement leurs hypothèses et en intégrant de nouvelles informations, les chasseurs peuvent anticiper et contrer efficacement les stratégies de leurs cyber-adversaires.

Chasse basée sur les anomalies : découvrir l'inhabituel

En déplaçant notre attention, la recherche basée sur les anomalies emprunte une voie distincte en mettant l'accent sur l'identification des comportements anormaux au sein du réseau. Contrairement à la chasse basée sur des hypothèses, qui cible des comportements spécifiques d’adversaires, la chasse aux anomalies consiste à établir une base de référence d’activité normale et à identifier les écarts par rapport à celle-ci. Cette approche exploite la puissance de l’analyse et de l’apprentissage automatique pour détecter des modèles inhabituels ou des anomalies susceptibles d’indiquer une menace potentielle.


La force de la recherche basée sur les anomalies réside dans sa capacité à découvrir des menaces inconnues ou zero-day qui n'ont jamais été observées auparavant. En comprenant les modèles et les comportements réguliers au sein d'un réseau, tout écart peut être rapidement identifié et étudié. Cette méthode est particulièrement utile pour détecter les menaces internes ou les attaques sophistiquées qui utilisent des techniques furtives et inédites.


Cependant, il est important de noter que la recherche d’anomalies présente également des défis. Faire la distinction entre les vraies anomalies et les anomalies bénignes, ou les faux positifs, peut être une tâche complexe. Les équipes de sécurité doivent investir du temps et des efforts pour affiner leurs mécanismes de détection afin de minimiser les fausses alertes, en s'assurant qu'elles restent concentrées sur les menaces réelles.

Chasse indépendante des signatures : au-delà de la surface

Dans notre quête de détection des menaces, la recherche indépendante des signatures nous fait sortir des sentiers battus et nous aventurer au-delà du domaine des méthodes traditionnelles basées sur les signatures. Cette approche remet en question les limites des règles et signatures prédéfinies, en cherchant à découvrir des menaces de nature dynamique et insaisissable. Les chasseurs indépendants des signatures examinent une myriade d’indicateurs, notamment les modèles de comportement suspects, les fragments de code malveillant et les artefacts réseau anormaux.


L’avantage de cette approche réside dans sa capacité à détecter des menaces inconnues ou très ciblées. Les adversaires utilisent souvent des logiciels malveillants personnalisés, des exploits Zero Day ou des techniques d'obscurcissement pour échapper aux défenses basées sur les signatures. En allant au-delà des signatures, les chasseurs peuvent identifier les activités malveillantes qui ne correspondent à aucun modèle connu. Cette méthode est particulièrement efficace contre les menaces persistantes avancées (APT) et les attaquants sophistiqués qui adaptent continuellement leurs outils et leurs tactiques.


Pour illustrer cela, considérons un scénario dans lequel un acteur malveillant utilise un logiciel malveillant sans fichier , injectant du code malveillant directement dans la mémoire de processus légitimes. Les défenses basées sur les signatures auraient du mal à détecter une telle attaque. Cependant, les chasseurs indépendants des signatures, analysant les modèles de comportement et les fragments de code, pourraient identifier la présence d'activités malveillantes, même sans signatures prédéfinies.


La chasse indépendante des signatures nécessite une compréhension plus approfondie des techniques des attaquants et la capacité d’analyser une multitude d’indicateurs. Cela oblige les chasseurs à penser comme des adversaires, à anticiper leurs mouvements et à détecter les menaces en fonction de leurs comportements et intentions sous-jacents.

Chasse basée sur le renseignement : forger des connaissances sur les armes

La chasse basée sur le renseignement exploite la puissance des connaissances collectives, transformant les renseignements sur les menaces en un mécanisme de défense proactif. Dans cette approche, les chasseurs exploitent un large éventail de sources de renseignement, notamment des flux de renseignements sur les menaces, des recherches sur la sécurité et des communautés de partage d’informations. En collectant et en analysant les indicateurs de compromission (IOC), tels que les adresses IP, les domaines ou les hachages de fichiers malveillants, les chasseurs peuvent rechercher de manière proactive la présence ou l'impact de menaces spécifiques au sein de leur organisation.


Imaginons un scénario dans lequel un flux de renseignements sur les menaces alerte les chasseurs d'une nouvelle souche de malware utilisée dans des attaques ciblées. La recherche basée sur le renseignement impliquerait d'analyser les caractéristiques de ce malware, telles que son infrastructure de commande et de contrôle ou ses signatures réseau uniques. Les chasseurs rechercheraient alors de manière proactive ces indicateurs dans leur environnement, dans le but de détecter tout signe de compromission ou d'attaque en cours.


La force de la chasse basée sur le renseignement réside dans sa capacité à fournir un contexte et une orientation. En comprenant les tactiques, les cibles et les outils d’acteurs de menace spécifiques, les chasseurs peuvent concevoir des stratégies de détection plus efficaces. Cette approche permet également la collaboration et le partage d’informations au sein de la communauté de la sécurité, renforçant collectivement les défenses et perturbant les campagnes adverses.

Chasse basée sur la campagne : démêler les histoires de l'adversaire

La chasse basée sur des campagnes déplace notre attention vers le récit plus large tissé par les groupes d’acteurs menaçants. Dans cette approche, les chasseurs étudient et analysent les tactiques, techniques et procédures (TTP) employées par des groupes ou des campagnes adverses spécifiques. En comprenant le comportement, les outils et l'infrastructure utilisés dans ces campagnes, les chasseurs peuvent concevoir des stratégies de détection ciblées.


Par exemple, un groupe d’acteurs malveillants connu pour ses attaques de phishing et son utilisation de logiciels malveillants personnalisés pourrait faire l’objet d’une recherche basée sur une campagne. Les chasseurs se penchaient sur les attaques précédentes du groupe, disséquaient leurs TTP et identifiaient des modèles ou des infrastructures uniques associés à leurs campagnes. Ces connaissances seraient ensuite utilisées pour concevoir des recherches visant à détecter la présence du groupe ou des modèles d'attaques similaires au sein du réseau de l'organisation.


La chasse basée sur des campagnes permet aux chasseurs de garder une longueur d'avance sur les menaces persistantes et ciblées. En comprenant le comportement et les motivations des adversaires, les chasseurs peuvent adapter leurs stratégies de détection en conséquence, renforçant ainsi leurs défenses contre des acteurs de menace spécifiques ou des campagnes qui présentent un risque important pour l'organisation.

Chasse automatisée : le pouvoir de l'efficacité

La recherche automatisée rationalise le processus de détection des menaces, en exploitant les capacités des outils d'orchestration, d'automatisation et de réponse de la sécurité (SOAR), ainsi que des plateformes d'analyse de sécurité. Cette approche exploite la technologie pour analyser efficacement de grandes quantités de données, identifier des modèles et détecter les menaces potentielles. Des règles de chasse automatisées et des modèles d'apprentissage automatique sont utilisés pour surveiller en permanence l'environnement, déclenchant des alertes lorsqu'une activité suspecte est détectée.


Par exemple, une plateforme d'analyse de sécurité pourrait être configurée pour détecter un comportement anormal du réseau, tel que des modèles inhabituels d'exfiltration de données ou des tentatives de mouvement latéral. De même, un outil SOAR pourrait automatiser la corrélation des renseignements sur les menaces avec les journaux internes, déclenchant des alertes et initiant des flux de travail de réponse lorsqu'une correspondance est trouvée.


L’avantage de la chasse automatisée réside dans sa rapidité et son évolutivité. Il réduit le temps et les efforts requis pour l'analyse manuelle, permettant aux équipes de sécurité de se concentrer sur des tâches de niveau supérieur et sur la prise de décision stratégique.

Chasse collaborative : la force dans l’unité

La chasse collaborative met l’accent sur le pouvoir de la communauté et du partage d’informations. Dans cette approche, les chasseurs reconnaissent qu’aucune organisation n’est isolée et qu’en unissant leurs forces, ils peuvent collectivement renforcer leurs défenses. Grâce à la collaboration avec leurs pairs, à la participation à des communautés de partage d’informations et à l’utilisation de plateformes de renseignement sur les menaces, les chasseurs ont accès à un bassin plus large de connaissances et d’idées.


Par exemple, les chasseurs peuvent partager des indicateurs de compromission (IOC) et des détails sur les tactiques adverses avec des pairs de confiance, ce qui leur permet de détecter et de répondre plus efficacement aux menaces. De même, en contribuant et en bénéficiant de l’intelligence collective, les chasseurs peuvent rester informés des menaces émergentes, mieux comprendre le comportement de l’adversaire et améliorer leurs capacités de détection.


La chasse collaborative favorise un front uni contre les cybermenaces. Il permet aux organisations de tirer parti de l’expérience et de l’expertise collectives de la communauté de la sécurité, améliorant ainsi leur capacité à détecter, répondre et prévenir un large éventail d’attaques. En s’unissant, les chasseurs renforcent la résilience globale et la posture de sécurité de leurs organisations.

Comparer les approches

Approche

Description

Principales caractéristiques

Forces

Cas d'utilisation

Basé sur des hypothèses

Chasse proactive basée sur le comportement de l'adversaire et le framework MITRE ATT&CK

Structuré, axé sur l'intelligence, ciblé

Utilisation efficace des ressources, défense proactive

Détecter les tactiques adverses connues, adapter les défenses

Basé sur les anomalies

Détection des écarts comportementaux par rapport à la ligne de base

Détecte les menaces inconnues, utilise l'analyse et le ML

Détecte les menaces Zero Day et internes

Améliorer les capacités de détection, identifier les attaques furtives

Indépendant de la signature

Chasser au-delà des signatures, en se concentrant sur le comportement et les artefacts

Efficace contre les logiciels malveillants personnalisés et obscurcis

Détection des APT, menaces évasives

Renforcer les défenses contre les attaquants sophistiqués

Basé sur le renseignement

Chasse proactive grâce aux renseignements sur les menaces

Contextuel, collaboratif, ciblé

Fournit une concentration et une alerte précoce

Détecter des menaces spécifiques, perturber les campagnes adverses

Basé sur une campagne

Chasse basée sur les TTP du groupe adverse

Complet, adaptatif et axé sur la narration

Détecte les menaces ciblées et persistantes

Renforcer les défenses contre des groupes d’acteurs spécifiques

automatique

Détection rationalisée grâce à la technologie

Réponse efficace, évolutive et rapide

Réduit l’effort manuel, améliore la vitesse

Détecter des modèles, corréler l'intelligence

Collaboratif

Chasser grâce au partage d’informations communautaires

Connaissances collectives, idées partagées

Renforce les défenses, accès à des renseignements diversifiés

Détecter les menaces émergentes, bénéficier d’expériences partagées


Chaque approche offre des avantages uniques et répond à des défis spécifiques. En combinant plusieurs stratégies, les organisations peuvent établir un programme de chasse aux menaces robuste, capable de détecter un large éventail de menaces. Le choix de l'approche dépend de facteurs tels que le profil de risque de l'organisation, les ressources disponibles et la nature des menaces auxquelles elle est confrontée.


En conclusion

Alors que nous arrivons à la fin de notre guide stratégique, il devient évident que la chasse aux menaces est un art aux multiples facettes, semblable à la maîtrise des stratégies complexes de Game of Thrones. Chaque approche que nous avons explorée constitue une arme unique dans notre arsenal, nous permettant de frapper au cœur des cybermenaces. En comprenant ces méthodes et en les adaptant à nos besoins organisationnels, nous forgeons un bouclier résilient contre le paysage en constante évolution des cyberattaques. L’essence même de la chasse aux menaces réside dans cet état d’esprit proactif, qui nous permet de prendre le contrôle et de devenir les architectes de notre destinée numérique.


Dans ce domaine dynamique, nous devons adopter l’esprit de collaboration, en partageant nos idées et nos victoires avec d’autres défenseurs. Ensemble, nous renforçons les murs de nos cyber-châteaux, protégeant ainsi les domaines de nos organisations. Laissez ce guide être votre boussole, éclairant le chemin vers un avenir plus sûr. Puissiez-vous utiliser ces stratégies de chasse avec habileté et prévoyance et sortir victorieux du jeu passionnant des cybermenaces. Relevez le défi, car la sécurité et la prospérité de votre domaine numérique en dépendent.