Comment réparer l'économie des créateurs by@lijin
1,786 lectures

Comment réparer l'économie des créateurs

2022/05/15
1 min
par @lijin 1,786 lectures
tldt arrow
FR
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

L'économie de la passion a été envisagée comme une alternative au mode d'économie du travail en ligne, impliquant le manuel de construction d'un public en ligne, de cultiver des relations directes avec les utilisateurs et de monétiser les compétences/connaissances, le contenu et d'autres services individualisés. L'attrait et la promesse de l'économie de la passion sont évidents : les créateurs peuvent atteindre un public mondial avec une simple connexion Internet et gagner leur vie avec seulement [1 000] ou [100 vrais fans]. L'économie des concerts a érodé l'influence des travailleurs, l'instabilité des revenus, le manque de droits et de protections, et le manque d'autonomie.

People Mentioned

Mention Thumbnail

Companies Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail

Coins Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail
featured image - Comment réparer l'économie des créateurs
Li Jin HackerNoon profile picture

@lijin

Li Jin

I am a founder and Managing Partner at Atelier, an...

Sur @lijin
LEARN MORE ABOUT @LIJIN'S EXPERTISE AND PLACE ON THE INTERNET.
react to story with heart

Il y a près de deux ans, j'ai publié " L'économie de la passion et l'avenir du travail ", qui exposait une vision du travail en ligne informée par et une réaction aux défis de l'économie des concerts.

Alors que l'économie à la demande a représenté un développement majeur dans l'évolution du travail en ligne (en supprimant les contraintes géographiques pour les opportunités de travail et en offrant une plus grande flexibilité), elle comportait également des risques qui étaient supportés de manière disproportionnée par les travailleurs : réduction de l'endettement, instabilité des revenus, absence de droits et les protections accordées aux employés et le manque d'autonomie.

Grâce à de puissants effets de réseau et à la propriété des données sur les clients et la réputation, les plateformes de concerts servent de gardiens permettant à leurs employés d'accéder à des revenus. Certains chercheurs affirment que l'économie des petits boulots - qui englobe 55 millions d'Américains ou 34 % de la main-d'œuvre - a érodé un siècle de protections durement gagnées pour les travailleurs.

L'économie de la passion a été envisagée comme une évolution et une alternative au mode d'économie du travail en ligne, impliquant le manuel de construction d'un public en ligne, de cultiver des relations directes avec les utilisateurs et de monétiser les compétences/connaissances, le contenu et d'autres services individualisés.

(Notez que si l'économie de la passion est plus large que l'économie des créateurs dans la mesure où les revenus sont générés par l'offre d'une gamme plus large de services et de produits individualisés - pas seulement par la création de contenu - ils se chevauchent : les travailleurs de l'économie de la passion exploitent les outils de l'économie des créateurs dans afin de créer une audience qui peut être monétisée de différentes manières. Par conséquent, j'utiliserai les termes de manière interchangeable dans cet article.)

L'attrait et la promesse de l'économie de la passion sont évidents : les créateurs peuvent atteindre un public mondial avec une simple connexion Internet et gagner leur vie avec seulement 1 000 ou 100 vrais fans . Certains créateurs gagnent aujourd'hui des millions de dollars par an en s'engageant dans des accords de marque, en vendant du contenu numérique, en créant des cours, etc.

Ces micro-entrepreneurs en ligne sont aujourd'hui au nombre de plus de 50 millions aux États-Unis. Dans le même temps, l'enthousiasme de l'industrie technologique autour de l'économie des créateurs/passion est à son paroxysme : presque toutes les grandes plateformes de médias sociaux déploient de nouveaux fonds, programmes et fonctionnalités pour attirer et retenir les créateurs. Et une multitude de nouvelles startups cherchent à servir les créateurs et à leur faciliter la vie.

Mais tout comme le mode de travail de l'économie des concerts a entraîné des conséquences négatives, de forts parallèles émergent entre l'économie des concerts et l'économie des créateurs, enracinés dans la marchandisation du travail et l'érosion de l'influence des travailleurs. Pour les créateurs en ligne d'aujourd'hui, une poignée de grandes plateformes de médias sociaux servent de gardiens pour trouver et se connecter avec le public.

Bien que ces plateformes fournissent des services précieux aux créateurs, notamment des outils de création, d'hébergement et de découverte de contenu, il existe un immense déséquilibre de pouvoir entre les plateformes et les créateurs, qui dépendent des plateformes de distribution.

Au fur et à mesure que nous remontons la courbe en S de l'adoption , les plateformes de médias sociaux sont passées de la prise en charge de l'individualité des créateurs à la banalisation des créateurs afin de maintenir leur emprise sur l'attention des utilisateurs, un ingrédient nécessaire pour les modèles commerciaux basés sur la publicité. Cette dynamique sape le succès et l'indépendance des créateurs, rendant l'économie des créateurs tout aussi corrosive pour les travailleurs en ligne que l'économie des concerts.

De nombreuses startups tentent d'aider les créateurs à configurer leurs propriétés autonomes en ligne ; gagnez plus avec moins de fans plus fidèles ; et réduire leur dépendance aux plateformes de médias sociaux.

Mais à moins que nous ne changions radicalement les fondements de l'économie des créateurs - comment les créateurs trouvent et se connectent à une communauté en premier lieu - ces solutions sont au mieux progressives et ne créent pas un déblocage fondamental pour les problèmes qui affligent l'économie actuelle des créateurs.

Ce n'est qu'en comprenant comment l'économie des créateurs évolue et ses risques que nous pouvons être plus réfléchis pour la faire avancer.

Mon objectif avec ce billet de blog est d'aider la communauté technologique à amplifier son impact positif ; aider les créateurs à comprendre et à agir pour améliorer leur situation ; et inciter les fondateurs à équilibrer les besoins de toutes les parties prenantes dans la construction de plateformes qui influencent les moyens de subsistance de millions d'utilisateurs.

La nouvelle forme du capital

Dans un monde où le travail est de plus en plus médiatisé par des plateformes, la relation entre les travailleurs et les propriétaires du capital évolue. Historiquement, la propriété du capital tournait autour du capital physique, comme l'équipement de fabrication, les matières premières et les bâtiments.

Pendant la révolution industrielle, les travailleurs ont émigré en masse vers les villes pour chercher du travail dans divers centres de production, la proportion de la population vivant dans les villes passant de 17 % à 72 % entre 1801 et 1891 en Angleterre et au Pays de Galles.

Depuis la fin du XXe siècle, le capital s'est déplacé et abstrait de la production vers la finance, les services financiers représentant une part croissante du revenu national par rapport aux autres secteurs non financiers.

Aujourd'hui, avec le passage au travail via une plateforme, le capital évolue une fois de plus, vers la propriété des données qui permet la productivité.

Le verrouillage des plates-formes d'économie de gig ne repose pas sur le contrôle du capital physique ou de l'équipement de fabrication. Au lieu de cela, leur capital est constitué de données qu'ils collectent et contrôlent - les emplacements de chaque participant au réseau, l'enregistrement de tous les événements et interactions, les scores de réputation et de rétroaction et les prix d'équilibre du marché - qui renforcent leurs effets de réseau.

De même, l'économie des créateurs est marquée par l'essor d'un petit nombre d'entreprises qui ont accumulé du capital et contrôlent effectivement les moyens de production et de distribution.

Alors que les plateformes en ligne ont déverrouillé les gardiens traditionnels du monde créatif, elles servent également de points d'étranglement d'accès à un nouveau type de capital. Les plates-formes de créateurs centralisées dominantes possèdent les données, les graphiques sociaux et les relations avec les utilisateurs finaux, dont les créateurs ont besoin pour accéder au public et aux revenus.

De plus, dans la majorité des cas, ce type de capital ne peut pas être facilement transféré vers des propriétés externes appartenant à des créateurs. De cette manière, le travail des créateurs est contrôlé et banalisé par les plateformes.

Problèmes parallèles dans les économies du gig et du créateur

Dans ce contexte de plateformes de créateurs maîtrisant les moyens de production, divers risques se présentent :

Suroffre et concurrence entre créateurs

Comme dans l'économie des concerts, l'économie des créateurs est marquée par l'incitation à une offre excédentaire : il existe une multitude de créateurs prêts à créer du contenu, et les flux algorithmiques proposent un flux constant d'alternatives. En tant que créateur, son contenu est banalisé et substituable aux offres concurrentes.

Lorsqu'il existe un flux monolithique construit avec un algorithme qui utilise un modèle d'attachement préférentiel, un petit groupe de créateurs se hisse au sommet et tous les créateurs se font concurrence pour capter l'attention du public. Il en résulte une concurrence à somme nulle entre les créateurs qui se traduit par une offre excédentaire et une dévaluation du contenu.

Bien que les créateurs essaient de mettre en œuvre le manuel consistant à tirer parti des plateformes de médias sociaux pour créer un public avant de les transférer ailleurs, le mouvement de son public est un processus non trivial que les plateformes sont réticentes à faciliter.

Un élément unique qui entrave l'organisation et l'activisme parmi les créateurs est la motivation intrinsèque derrière le travail créatif en ligne : la création de contenu a souvent la connotation d'être un passe-temps ou un travail d'amour, ce qui pousse de nombreux nouveaux créateurs en herbe à rejoindre des plateformes et à commencer à créer du contenu gratuitement, sans aucune attente de compensation, d'avantages ou de protections. Cela rend le travail créatif particulièrement exposé au risque d'être sous-évalué et exploité.

L'exploitation du travail des créateurs

Alors que les stages non rémunérés sont toujours légaux dans de nombreux cas aux États-Unis, ils sont de plus en plus considérés comme de l'exploitation.

Le Fair Labor Standards Act de 1938 stipule que tout employé d'une entreprise à but lucratif doit être rémunéré pour son travail. En revanche, les créateurs sont en fait une main- d'œuvre non rémunérée à grande échelle, téléchargeant d'énormes quantités de contenu que les plateformes ont converties en milliards de dollars de revenus et en milliards de dollars de valeur nette.

Parfois, les créateurs reçoivent une part des revenus que les plateformes tirent de leur contenu, mais n'ont pas le droit de vote sur la façon dont le salaire est déterminé ou sur la façon dont les règles et les seuils de monétisation sont fixés.

Cela rappelle les pratiques de rémunération dans l'économie des concerts : les plates-formes de covoiturage et de livraison transfèrent leurs coûts et leurs risques sur les chauffeurs, qui ne sont pas payés lorsqu'il n'y a pas de trajets ou de commandes, ce qui se traduit par des revenus effectifs inférieurs au salaire minimum.

Insécurité et volatilité

Le travail des créateurs implique la même insécurité d'emploi et de revenu que le travail à la demande. Dans le monde du travail à la demande, les clients peuvent mettre fin aux contrats à tout moment et les fournisseurs peuvent être facilement échangés.

La même chose peut être dite pour les créateurs : si les utilisateurs ne sont pas satisfaits du contenu ou de l'offre, un autre créateur est à portée de main. Soulignant cette insécurité de l'emploi, il y a un algorithme de boîte noire qui pilote la plupart des flux de découverte des médias sociaux : la conception du produit peut changer à tout moment pour favoriser différents types de contenu, détournant les abonnés potentiels potentiels ailleurs. Cette insécurité et cette volatilité contribuent directement à l' épuisement professionnel des créateurs .

Dans un article du New York Times sur l'épuisement professionnel des créateurs, un créateur de TikTok à Toronto a déclaré : "J'ai presque l'impression de goûter à la célébrité, mais ce n'est jamais cohérent et dès que vous l'obtenez, c'est parti et vous êtes constamment essayer de le récupérer.

L'été dernier, la précarité de l'emploi des créateurs est apparue au premier plan lors de l' arrêt de Mixer et, plus tard, de la menace d'interdiction de TikTok . Les créateurs ont exhorté les abonnés à suivre leurs autres comptes de médias sociaux, et des produits tiers sont apparus pour permettre aux créateurs de télécharger une copie de leur propre contenu ou de leurs listes d'abonnés . La dé-plateforme - que ce soit par une plate-forme ou par l'État - signifie que les créateurs peuvent facilement perdre l'accès à leur public et à leurs créations passées.

Dans l'économie des concerts, le parallèle se produit lorsque les plateformes désactivent les comptes des travailleurs (pour diverses raisons ) et que les travailleurs perdent leur capacité à gagner un revenu, sans aucun recours pour atteindre les clients précédents.

Intermédiation et Fiscalité

Parce que les plateformes de créateurs sont souvent propriétaires de la relation entre les créateurs et les fans, elles sont également en mesure d'intermédier la relation économique, avec une rémunération déterminée par la plateforme. Tout comme les travailleurs des concerts sont incapables de négocier leur salaire avec les plateformes, les créateurs sont également des preneurs de prix, les plateformes décidant des taux de partage des revenus, des critères de monétisation, des versements des fonds des créateurs et d'autres éléments qui génèrent les revenus des créateurs.

Les politiques de monétisation unilatérales et souvent opaques ont entraîné une méfiance généralisée des créateurs. Un article de WIRED sur le TikTok Creator Fund a noté: «Trois créateurs qui ont parlé avec WIRED disent avoir remarqué que leurs vues ont chuté après avoir rejoint le fonds, et ils se sont demandé si TikTok limitait intentionnellement leur portée pour plafonner combien ils pouvaient gagner. Depuis, deux d'entre eux se sont complètement retirés du programme.

Il peut également y avoir une intermédiation par d'autres créateurs : en raison du rôle que jouent les graphiques d'abonnés et la réputation dans la diffusion du contenu, l'influence et la monétisation affluent vers ceux qui ont déjà un large public. Les risques associés incluent le manque d'attribution aux petits créateurs pour les tendances ou la retenue des revenus par des intermédiaires prétendant représenter les créateurs.

Comment construire une économie des créateurs plus saine ?

Face à la banalisation croissante du travail des créateurs, quelques principes doivent être respectés pour concrétiser la vision d'une meilleure économie des créateurs :

1. Propriété et portabilité

La propriété se présente sous différentes formes : les créateurs privilégient de plus en plus la possession d'un canal de communication neutre avec leur public (via des listes de diffusion, les abonnés aux flux RSS) et la possession de la relation de monétisation directe avec les utilisateurs finaux (compte Stripe).

Les créateurs créent également leurs propres sites Web, potentiellement auto-hébergés avec leurs propres domaines, afin de nouer des relations plus directes avec les fans. La propriété par les créateurs et les utilisateurs des données, des relations, du contenu, des identités et des interactions affaiblirait le verrouillage des plateformes et entraînerait un transfert de pouvoir des plateformes vers leurs participants, leur permettant d'opérer en dehors d'une poignée de plateformes.

Mais nous pouvons aller encore plus loin en permettant aux créateurs et aux utilisateurs de contrôler leur propre destin : le logiciel lui-même peut devenir la propriété et l'exploitation de la communauté . Dans les réseaux cryptographiques, cela peut impliquer une distribution de jetons qui confère des droits de gouvernance ; tandis que dans les plates-formes Web2, la propriété des utilisateurs peut prendre la forme d'un engagement de la communauté en tant qu'investisseurs et conseillers (potentiellement activé via des outils tels que Fairmint , Republic , Cabal ou Stonks ).

Pour les entreprises, engager des créateurs en tant qu'actionnaires peut inciter davantage les créateurs à contribuer à une entreprise dont ils sont copropriétaires, offre aux créateurs la possibilité de prendre des décisions qui aident l'entreprise à réussir et crée un alignement incitatif entre la plateforme et ses participants.

Sur le contenu lui-même : alors que la plupart des plateformes Web2 ne revendiquent pas la propriété du contenu des utilisateurs, elles accordent à la plateforme le droit d'utiliser, de distribuer et de modifier leur travail.

Les conditions d'utilisation d'Instagram stipulent que "vous nous accordez par la présente une licence mondiale non exclusive, libre de droits, transférable, sous-licenciable, pour héberger, utiliser, distribuer, modifier, exécuter, copier, exécuter ou afficher publiquement, traduire et créer des œuvres dérivées de votre contenu. »

En d'autres termes, les utilisateurs donnent essentiellement le contrôle à la plate-forme quant à la façon, où, quand et dans quelles circonstances l'image peut être réutilisée - une perte de propriété et de contrôle qui conduit à la dévaluation et à la banalisation de leur contenu.

Fred Wilson a écrit sur la propriété sur son blog :

"[I]l est important pour moi que je contrôle la plateforme sur laquelle je publie. J'utilise le logiciel open source WordPress pour mon système de gestion de contenu et je l'exécute sur un serveur hébergé. J'utilise mon propre domaine, AVC.com, pour localiser mes écrits sur Internet. Cela m'a bien servi. Peu importe à quel point je deviens horrible, personne ne m'abattra.

Mais nous pouvons aller encore plus loin dans cette voie de contrôle de notre destin. Nous pouvons décentraliser le tout; le système de gestion de contenu, le stockage du contenu, le système de nom de domaine.

2. Des mécanismes de création neutres et crédibles

Vitalik Buterin a écrit sur l'importance de construire des mécanismes qui sont neutres de manière crédible, dans lequel il a décrit : « un mécanisme est neutre de manière crédible si, simplement en regardant la conception du mécanisme, il est facile de voir que le mécanisme ne discrimine pas pour ou contre un élément spécifique. personnes."

Les quatre éléments d'une neutralité crédible sont : (1) n'écrivez pas de personnes spécifiques ou de résultats spécifiques dans le mécanisme, (2) une exécution open source et vérifiable publiquement, (3) restez simple, et (4) ne le changez pas trop souvent.

Une autre façon de penser à la neutralité crédible est l'idée du « voile de l'ignorance ». Dans cette expérience de pensée, les citoyens qui font des choix sur leur société sont invités à les faire derrière un "voile d'ignorance", sans connaître leur sexe, leur race, leurs capacités, leurs goûts, leur richesse ou leur position dans la société.

De même, appliquer le voile de l'ignorance aux plateformes de créateurs nous permet de tester l'équité et l'impartialité des politiques, des mécanismes de monétisation, des fonds et des mécanismes de produit. Par exemple, concevrions-nous le TikTok Creator Fund tel quel, si nous étions situés derrière le voile de l'ignorance sans savoir quel créateur particulier nous serions sur la plate-forme ?

Il est facile de voir comment les plates-formes Web2 d'aujourd'hui manquent de neutralité crédible et échoueraient au raisonnement du voile de l'ignorance : les algorithmes qui décident quel contenu est affiché ne sont pas vérifiables publiquement, et la suppression de certains créateurs ou contenus se produit de manière arbitraire. Le conseil de surveillance de Facebook est une tentative imparfaite de neutralité crédible, composé de 20 membres "indépendants" (que Facebook a sélectionnés) qui examinent les décisions concernant la modération du contenu.

Récemment, avec l'interdiction de Donald Trump, le Conseil a fait valoir que la suspension indéfinie était une punition arbitraire qui n'était pas soutenue par les politiques déclarées de l'entreprise : « Il n'est pas permis à Facebook de garder un utilisateur hors de la plateforme pendant une période indéfinie, sans critères pour savoir quand ou si le compte sera restauré.

Il a poursuivi en disant: "En appliquant une sanction vague et sans norme, puis en renvoyant cette affaire au conseil d'administration pour qu'il la résolve, Facebook cherche à se soustraire à ses responsabilités." Plus largement, en réponse aux pouvoirs limités et à la neutralité douteuse du Facebook Oversight Board, un groupe ad hoc d'activistes, de chercheurs et d'universitaires a convoqué un « Real Facebook Oversight Board » pour faire pression pour plus de responsabilité.

En revanche, le Mirror $WRITE RACE est un processus de vote ouvert hebdomadaire dans lequel les utilisateurs existants de Mirror, une plateforme de publication détenue et exploitée par la communauté, décident des nouveaux membres à introniser.

L'équipe a écrit : « Sommes-nous, l'équipe Mirror, les seuls gardiens de la plateforme ? Est-ce que cela correspond à nos valeurs ? Avons-nous même le temps pour cela? La réponse est non, non et non. » Bien que les membres potentiels n'aiment pas les résultats, le processus est ouvert, neutre et publiquement vérifiable.

3. Modèles commerciaux conviviaux pour les créateurs

Les modèles commerciaux définissent les incitations, et les incitations déterminent le contenu créé par les utilisateurs . Offrir des modèles de monétisation plus directs (où les utilisateurs paient les créateurs) peut encourager les créateurs à aligner leur contenu sur ce que les utilisateurs finaux apprécient, plutôt que de créer un contenu qui maximise le temps de visionnage ou la viralité.

D'autres modèles de monétisation peuvent favoriser une classe moyenne de créateurs , par exemple, en permettant aux créateurs de capitaliser sur les superfans pour capturer une plus grande partie de la zone sous leur courbe de demande , ou pour gagner plus de revenus passifs (par exemple « créer maintenant, gagner plus tard »), réduisant ainsi l'effort actif nécessaire pour maintenir le succès financier et atténuer l'épuisement professionnel des créateurs.

De plus, les plateformes devraient fixer des taux de prise peu extractifs. Bill Gurley décrit la stratégie derrière les taux de prise de plate-forme dans son article : « Pour que votre plate-forme soit l'endroit « définitif » pour effectuer des transactions, vous voulez une tarification leader de l'industrie - ce qui est impossible si votre rake est la cause de facto d'une tarification excessive. ”

Il décrit également un exemple de Priceline Group permettant aux participants d' augmenter leur taux de participation pour un meilleur placement. Cela contraste avec la plupart des plateformes de créateurs d'aujourd'hui, qui fixent les taux de participation de manière unilatérale et parfois régressive (les créateurs les plus performants paient moins, par exemple sur Twitch).

Comme indiqué ci-dessus, transformer les parties prenantes en actionnaires, comme dans les plateformes appartenant aux créateurs et aux utilisateurs, peut mieux aligner les intérêts des plateformes sur ceux des créateurs. La propriété peut conférer à la fois des droits économiques et de gouvernance, ce qui signifie que les créateurs et les utilisateurs décident de la stratégie du produit, du leadership et de ce qu'il faut faire des bénéfices.

4. Interdépendance et solidarité des créateurs

L'économie des créateurs d'aujourd'hui, telle qu'elle existe sur les plateformes sociales centralisées, met les créateurs en concurrence les uns avec les autres dans une bataille constante pour une attention éphémère.

À l'avenir, j'espère que nous pourrons créer des plates-formes et des mécanismes qui encouragent le soutien mutuel entre les créateurs, où le succès d'un créateur ne se fait pas au détriment d'un autre.

Les créateurs DAO (organisations autonomes décentralisées) sont un moyen de transformer un groupe de personnes ayant une mission commune (par exemple, créer des médias sur un certain sujet) en une armée décentralisée avec une trésorerie et des outils de gouvernance qui exploitent l'intelligence collective des membres.

Aujourd'hui, nous assistons à de nombreuses expérimentations dans les DAO de créateurs : les membres votent sur des projets créatifs, co-créent du contenu, ont tous les revenus versés à un trésor et partagent la propriété (par exemple , Elektra ou DIRT de Songcamp).

Au-delà des créateurs DAO, des exemples récents de grands groupes de personnes mettant en commun des capitaux afin d'acheter des œuvres d'art NFT, par exemple via PartyBid , suggèrent comment les gens peuvent s'organiser pour atteindre un objectif collectif. Ces organisations ont un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler cet avenir plus coopératif, et je m'attends à ce que de meilleures pratiques émergent sur la manière dont les créateurs peuvent tirer parti des DAO.

Peut-être qu'un élément de ces DAO pourrait être le revenu créatif universel , financé par le trésor public, afin d'élargir l'accès aux créateurs émergents et diversifiés. Contrairement aux fonds de créateurs d'aujourd'hui offerts par les plateformes de médias sociaux, l'éligibilité au financement pourrait être basée sur des données vérifiables de manière indépendante puisque toutes les mesures des utilisateurs sont en chaîne.

Notez qu'il est probablement impossible pour les plates-formes existantes d'adopter les principes ci-dessus, car cela éroderait leurs modèles commerciaux actuels et affaiblirait leurs effets de réseau. Le dilemme de l'innovateur suggère que les nouveaux entrants seront très probablement ceux qui construiront avec ces principes favorables aux créateurs à l'esprit, avec de nouveaux modèles commerciaux perturbateurs qui s'alignent sur les intérêts des créateurs.

Questions ouvertes à explorer

Quels canaux pourraient exister pour institutionnaliser la voix des créateurs ?

Renforcer la voix des créateurs profiterait non seulement aux créateurs, mais aiderait également les plates-formes elles-mêmes à concevoir et à mettre en œuvre des fonctionnalités avec l'adhésion des créateurs.

Je suis ravi de voir de nouvelles méthodes pour intégrer la voix des travailleurs dans la gouvernance et la prise de décision de la plate-forme (et équilibrer la voix des créateurs avec celle des investisseurs qui ne contribuent pas activement au travail). Pour donner un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler cet avenir, les protocoles DeFi permettent aux détenteurs de jetons de voter sur des décisions clés telles que le taux de prise (Uniswap), les algorithmes (Yearn) et les intégrations (Compound).

Parmi les plates-formes Web2, l' appel à propositions ouvert de Twitter sur la manière dont son programme de vérification devrait fonctionner est un pas dans la bonne direction : "La demande de commentaires du public est devenue une partie importante de notre processus d'élaboration de politiques car nous voulons nous assurer qu'en tant que service ouvert , nos règles reflètent la voix des personnes qui utilisent Twitter.

Un autre exemple est le comité consultatif des hôtes d'Airbnb , conçu pour servir de porte-parole aux hôtes sous la direction d'Airbnb : "Ils seront un lien officiel entre les hôtes Airbnb et la direction d'Airbnb, en participant à des réunions mensuelles avec Airbnb et à un forum officiel du comité consultatif chaque année pour présenter les idées des hôtes.

Cependant, l'opacité avec laquelle le comité consultatif initial a été choisi et la question de savoir si les membres sont réellement représentatifs de la communauté d'accueil au sens large ont fait l'objet d'un examen minutieux dans le forum des hôtes Airbnb .

Comment les plateformes peuvent-elles être conçues pour atténuer l'anxiété et l'insécurité des créateurs ?

La conception de produits peut avoir des implications massives sur l'épuisement et l'anxiété des créateurs. Un désir commun parmi les créateurs est une plus grande transparence de la part des plateformes sur le fonctionnement de l'algorithme de découverte et des mises à jour de son évolution.

L'algorithme sert de quasi-« gestionnaire » pour le travail créatif en ligne, influençant et évaluant en permanence les créateurs, mais est actuellement opaque. Hunter Walk a également écrit un article avec des idées sur la façon dont le bien-être des créateurs pourrait être intégré fondamentalement au produit, y compris l'assaisonnement du contenu, les publications limitant le débit et les plates-formes offrant des congés payés aux créateurs.

À titre d'exemple de ce à quoi cela pourrait ressembler, Streamloots , une plateforme de monétisation de streamers, propose sur sa plateforme un programme de soutien en santé mentale pour les influenceurs.

L'insécurité économique est un facteur fondamental de l'anxiété des créateurs. À ce stade, résoudre la précarité financière sous-jacente des créateurs, que ce soit en fournissant aux créateurs un revenu créatif universel ou en permettant davantage de coopérativisme des créateurs, par exemple via les DAO, peut résoudre les problèmes fondamentaux sous-jacents aux problèmes de santé mentale des créateurs.

Quelles formes d'action collective en ligne pourraient émerger ?

Les créateurs doivent explorer les moyens d'exprimer collectivement leur voix, de faire valoir leurs demandes auprès des plateformes et des clients. En 2015, 20 des 50 meilleurs créateurs de Vine ont rencontré l'équipe de direction de l'application pour proposer des changements de produit et de monétisation.

Parmi les exemples actuels de créateurs qui s'organisent pour apporter des changements, citons les créateurs de TikTok en grève , et FYPM , une "Glassdoor pour les influenceurs" qui regroupe les avis des créateurs sur les expériences de travail avec diverses marques.

Comment fonctionnent la découverte et la distribution dans un monde post-plateforme de médias sociaux ?

Les plateformes sont aujourd'hui des armes à double tranchant pour les créateurs : les créateurs comptent sur elles pour développer leur audience, mais souhaitent également pouvoir réduire leur dépendance à leur égard au fil du temps. Les créateurs ne peuvent pas renoncer à créer du contenu sur les plateformes de médias sociaux tant qu'ils ne sont pas très populaires et peuvent se développer grâce au bouche-à-oreille.

Une solution consiste à créer des collectifs et des bundles de créateurs, où ceux qui ont un public plus large peuvent stimuler les nouveaux.

À titre d'exemple, Every est un ensemble de newsletters qui offre à la fois la distribution et la propriété : "Nous donnons à nos rédacteurs un avantage financier dans le travail qu'ils font et la liberté de construire leur propre vision créative, mais nous les soutenons également avec la distribution à un public, une rédaction soutien, et une avance sur leurs revenus d'abonnement s'ils en ont besoin.


Dans un article récent sur la rémunération des créateurs, j'ai écrit : "Dans le monde numérique, les droits des utilisateurs sont des droits civiques et les droits des créateurs sont des droits des travailleurs."

Les problèmes qui émergent dans l'économie des créateurs en ligne sont les dernières instanciations des mêmes problèmes d'économie politique plus larges qui affligent notre société, avec une vulnérabilité généralisée des travailleurs, une classe moyenne évidée et des risques commerciaux externalisés qui sont plutôt transférés aux particuliers.

Alors que l'économie subit une profonde transition vers le travail médiatisé par les plateformes, les conditions de travail évoluent rapidement. Les créateurs sont peut-être une nouvelle classe de travailleurs, mais les parallèles avec les mouvements ouvriers antérieurs, y compris ceux de l'économie des petits boulots, sont clairs.

Au cours des siècles passés, les droits des travailleurs et les environnements d'entreprise favorables aux travailleurs n'ont pas simplement émergé spontanément, mais ont été durement acquis. De même, l'autonomisation des créateurs sera le produit d'efforts concertés des fondateurs, des investisseurs, des créateurs et de la communauté technologique au sens large pour créer des structures et des plates-formes qui donnent la priorité au contrôle et à la propriété des créateurs.


Précédemment publié ici.

HISTOIRES CONNEXES

L O A D I N G
. . . comments & more!
Hackernoon hq - po box 2206, edwards, colorado 81632, usa