paint-brush
Prisonniers de l'électronpar@astoundingstories
531 lectures
531 lectures

Prisonniers de l'électron

par Astounding Stories43m2022/11/07
Read on Terminal Reader
Read this story w/o Javascript

Trop long; Pour lire

La lueur rouge sang d'un soleil oblique baignait les tours de l'horizon dentelé de New York, puis tombait dans une mer en fusion au-delà de l'horizon hivernal. Vendredi, le dernier jour de Jupiter, le treizième mois du nouveau calendrier terrestre, s'était terminé. Dans quelques heures, l'année 1999 se terminerait, à minuit, pour être exact.

People Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail

Companies Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail

Coin Mentioned

Mention Thumbnail
featured image - Prisonniers de l'électron
Astounding Stories HackerNoon profile picture

Astounding Stories of Super-Science, octobre 1930, par Astounding Stories fait partie de la série Book Blog Post de HackerNoon. Vous pouvez sauter à n'importe quel chapitre de ce livre ici . Prisonniers de l'électron

La bouche béante s'avança brusquement.

Histoires étonnantes de la super-science, octobre 1930 : Prisonniers sur l'électron

De Robert H. Leitfred

La lueur rouge sang d'un soleil oblique baignait les tours de l'horizon dentelé de New York, puis tombait dans une mer en fusion au-delà de l'horizon hivernal. Vendredi, le dernier jour de Jupiter, le treizième mois du nouveau calendrier terrestre, s'était terminé. Dans quelques heures, l'année 1999 se terminerait, à minuit, pour être exact.

 Fate throws two young Earthians into desperate conflict with the primeval monsters of an electron's savage jungles.

Loin au-dessous des tours s'étendaient des canyons bien éclairés grouillants d'humanité. À un niveau supérieur où autrefois les trains surélevés avaient rugi et grondé dans un passé lointain, une masse ordonnée de travailleurs et d'acheteurs a été transportée à une vitesse incroyable du bas de Manhattan aux appartements imposants qui s'étendaient vers le nord jusqu'à Peekskill. Le trafic en direction du nord était le plus dense à cette heure et les bandes des trottoirs roulants étaient bloquées à leur capacité maximale.

Les tramways, désormais obsolètes, avaient disparu des rues sous le nouvel ordre des choses, tout comme les voitures particulières, les taxis et les camions. La vitesse a prédominé. Le bruit avait pratiquement été éliminé. À l'exception du doux vrombissement de moteurs géants loin sous terre, la ville était plongée dans le silence.

À intervalles réguliers le long des bandes mobiles à quatre vitesses qui formaient le transport de la grande métropole, d'énormes puits circulaires d'acier montaient au-delà des toits des plus hauts bâtiments. A l'intérieur de ces gaines, des ascenseurs rapides transportaient les passagers qui vivaient dans les quartiers périphériques jusqu'au niveau des quais des gares des avions de transport interétatiques.

Près de l'entrée de l'un des puits d'acier se tenait un jeune homme un peu au-dessus de la taille moyenne. Ses yeux profondément enfoncés étaient ceux d'un rêveur, d'un chercheur. C'étaient les yeux d'un homme qui avait vu des choses étranges et surprenantes. À présent, ils fixaient la vague pulsante de l'humanité qui coulait vers le nord sur les bandes d'acier sans fin au-delà de la plate-forme.

Tout à coup, ils s'allumèrent de plaisir alors qu'un homme et une fille se détachaient du fleuve rapide de gens et se précipitaient vers l'endroit où il se tenait.

« Vous pensez que nous ne viendrons jamais ? Les yeux de Karl Danzig ressemblaient beaucoup à ceux d'Aaron Carruthers. Tout à l'heure, ils étincelaient d'une excitation contenue.

Aaron Carruthers sourit à son tour. « Non, Karl. N'importe quel homme sauf toi. Je ne pouvais pas imaginer que tu sois en retard. Il tourna son attention vers la fille mince aux cheveux noirs. « Nanette, murmura-t-il en tendant la main, je ne pensais pas que tu viendrais.

Des dents d'une blancheur éblouissante captaient la lueur des incandescences bleu-blanc le long de la plate-forme, et devenaient sous l'arc de ses lèvres rouges un collier de perles inestimables.

"Je devais venir, Aaron. Karl n'a rien fait d'autre que parler de votre étonnante découverte. L'expérience m'effraie assez parfois, surtout quand je me souviens du triste sort de votre ami, le professeur Dahlgren disparu. J'aimerais que vous abandonniez le idée-"

« Nan, tais-toi », interrompit Karl avec une impolitesse fraternelle. Passons à Carruthers. « Tout est prêt, Aaron ? » Il a demandé.

Carruthers hocha la tête. "Aussi loin qu'humainement possible. L'élément d'erreur est toujours présent. J'ai vérifié et revérifié mes calculs. J'ai augmenté les tubes à vide en installant trois tubes de puissance inverse superdimensionnels." Il serra le bras de la fille. "La rue n'est pas un endroit pour parler. Allons au laboratoire."

Ils ont traversé les bandes en mouvement par un pont aérien et ont coupé un étroit canyon jusqu'à l'entrée d'une série de bandes à travers la ville. Ils enjambèrent la première bande. La vitesse était modérée. De là, ils sont passés au second. Carruthers était pressé. Il guida la jeune fille et son frère à travers la troisième à la quatrième bande d'acier mobile.

Les immeubles défilaient devant eux comme des spectres dans la lumière électrique. Ils ne ressentaient aucun froid hivernal, car les rues et les quais étaient chauffés par un flux constant d'air chaud provenant de fentes ingénieusement disposées dans la bande de métal en mouvement rapide sur laquelle ils se tenaient. En quelques minutes, ils étaient arrivés à destination. Rapidement, ils ont inversé leur chemin à travers les bandes mobiles jusqu'à ce qu'ils aient atteint la plate-forme de débarquement. A une courte distance de la gare, ils arrivèrent à l'entrée d'une immense tour.

Carruthers fit un signe de tête au portier et ils furent admis dans un couloir de marbre. Un ascenseur silencieux et sans surveillance les emmena rapidement au soixante-quinzième étage. Dans un couloir tapissé de profondeur, ils se déplaçaient. Carruthers toucha sa porte. Cela a ouvert. Il se tenait à l'écart lorsque les deux autres entrèrent.

Nanette pleura de joie devant la splendeur luxueuse des lieux. "Pourquoi, Aaron, je n'ai jamais imaginé que la vue nocturne puisse être aussi délicieuse ! Je crois que si l'horrible gouvernement n'avait pas enlevé cette petite Statue de la Liberté et remplacé le Shaft Triumph à sa place, je pourrais facilement la voir. doigts serrant la torche qu'elle était réputée tenir.

"Progrès, chère fille," haussa les épaules Carruthers, tendant les mains pour sa cape. "Au fait, avez-vous mangé ?"

"Pas dans une semaine", a déclaré Karl.

"Les comprimés alimentaires de Von Sternberger", informa la jeune fille.

Carruthers hocha la tête. Ses yeux enfoncés les regardaient avec appréciation. « Des effets néfastes ? »

« Rien du tout », dit Dantzig. "Aucun de nous n'a la moindre envie de manger."

"Bien. En avez-vous apporté avec vous?"

"Un carton entier."

"Alors je suppose qu'on est déjà en train de faire l'expérience. Tu es sûre. Nanette, ça ne te fait pas peur..."

"Ne sois pas idiot, Aaron. Je n'ai pas grandi avec Karl pour rien. Il m'a toujours utilisé pour la fin désagréable de ses expériences folles. Et en plus," elle sourit aux deux hommes. "J'ai la curiosité d'une femme pour l'inconnu."

"Très bien", dit gravement Carruthers. Il sortit de la poche de son gilet un trousseau de clés et en introduisit une dans la serrure d'une immense porte d'acier. "Notre laboratoire," annonça-t-il en ouvrant la porte en grand.

Les yeux de Nanette s'écarquillèrent devant la blancheur lambrissée de la pièce. La majeure partie de la face cachée était occupée par des machines électriques, des dynamos, des générateurs et des moteurs vitrés d'un type avancé. Au-dessus de la tête, des lumières dissimulées rendaient la pièce aussi lumineuse que le jour. Une lourde balustrade en verre protégeait un endroit carré au centre exact de la pièce.

"C'est pour quoi ?" demanda la fille.

Dantzig et Carruthers le considéraient tous deux avec des yeux troublés. C'est Carruthers qui a parlé.

"Cette balustrade marque l'endroit où se tenait le professeur Dahlgren lorsque les rayons de notre machine atomique l'ont frappé."

« Tu veux dire, » souffla la fille, « qu'il n'a jamais bougé de cet endroit après que les rayons aient touché son corps ? Que s'est-il passé ?

Karl s'était déjà dépouillé de son manteau et vérifiait les câbles de cuivre menant à une étrange machine.

"C'était plutôt curieux", a fait remarquer Carruthers. "Au moment où le rayon l'a touché, son corps a commencé à diminuer. Mais évidemment, il n'a ressenti aucune douleur. En fait, son esprit est resté tout à fait clair."

"Comment avez-vous su?"

"Alors qu'il diminuait de taille", a poursuivi Carruthers, "il a crié d'avertissement que les rayons étaient devenus confus et que nous coupions l'interrupteur. Mais l'avertissement est venu une fraction de seconde trop tard. Même lorsque mes doigts ont ouvert le contact, son le corps s'est réduit à un simple point et a entièrement disparu de la vue."

Nanette regardait avec des yeux fixes l'endroit malheureux. Son visage était devenu de plus en plus pâle. « Oh, Aaron ! C'est affreux ! Que penses-tu qu'il s'est passé ?

Les yeux de Carruther brillaient étrangement. "Je ne le savais pas exactement à l'époque, Nanette. Je ne suis pas sûr que je le sache même maintenant. Mais j'ai une théorie et Karl m'a aidé à construire une deuxième machine pour faire clignoter un rayon de restauration sur la place carrée. . Ce qui va se passer, je ne peux même pas le conjecturer."

« Continuons l'expérience », interrompit Karl. "On pourra montrer plus tard à Nanette ce qu'elle doit faire."

Carruthers se tourna vers Dantzig. "D'accord. Karl. Approche une chaise de ta machine. Et toi, Nanette, assieds-toi près de cet interrupteur. Il est éteint maintenant. Pour l'allumer, pousse-le simplement vers l'avant jusqu'à ce que les plaques de cuivre glissent l'une dans l'autre. courant coupé, vous vous retirez brusquement. Cependant, nous ne sommes pas tout à fait prêts.

Il changea de position jusqu'à ce qu'il se tienne devant une troisième machine légèrement plus petite que les deux autres. Ses doigts cliquèrent sur un interrupteur. Le cadran de l'instrument brillait de blanc.

"Il est important," continua Carruthers, "que nous localisions d'abord notre interférence. Nous avons ici, Nanette, un appareil de réception de télévision commun capable de capter des nouvelles et des images de n'importe quel coin du globe. Prêt, Karl?"

Danzig appuya sur l'interrupteur devant sa propre machine et tourna l'un des nombreux cadrans montés sur le panneau devant lui. Un léger bourdonnement emplit la pièce alors que le générateur s'attelait à sa tâche.

Carruthers leva la main et tamisa les plafonniers. Un écran de ce qui ressemblait à du verre dépoli fixé dans le mur brillait lumineusement. L'intérieur d'un célèbre studio de diffusion s'est reflété dans l'écran de verre. En elle entra le maître de cérémonie. Il parla brièvement des activités du Nouvel An qui auraient bientôt lieu lorsque le vingt-huitième jour de Jupiter se terminerait à minuit.

"Boston", a déclaré Carruthers. "Trop près."

"Essayez Frisco", a suggéré Karl. "Les tubes doivent être suffisamment chauffés à ce moment-là."

Le cadran tourbillonnait sous les doigts fins de Carruther. Les images encadrées dans le panneau dépoli s'estompèrent. Un autre a pris sa place. San Francisco—un concert l'après-midi. Carruthers a vu et écouté un instant, puis s'est déplacé à des milliers de kilomètres au large.

Shanghai dérivait dans le panneau, annonçant avec des accents chantants les bulletins météorologiques. Suite à cela, des rapports font état de divers soulèvements le long de la frontière mandchoue.

Alors que les trois auditeurs et observateurs penchaient encore la tête vers le panneau dans le mur, une chose étrange se produisit. Le givre argenté de l'écran devint violemment agité par ce qui ressemblait à de minuscules étincelles s'élançant les unes dans les autres comme des systèmes solaires miniatures. Shanghai a disparu de l'image. Tout ce qui restait visible maintenant était la masse confuse d'étincelles de luminosité pointues comme des aiguilles.

"Attention", a averti Carruthers. "Ralentis la vitesse de ton réflecteur, Karl. Là, c'est mieux. Surveille le relevé du compteur. Je vais augmenter la puissance des tubes dimensionnels. Tiens bon !"

D'un reproducteur invisible sortait un crépitement métallique aigu comme des balles de mitrailleuse claquant sur un toit de tôle. Les étincelles sur l'écran devinrent violemment agitées, se déplaçant en cercles et ellipses erratiques. Ils brillaient constamment dans des nuances de vert vif à travers les bleus dans les violets profonds de l'échelle de couleurs.

"Que lis tu?" demanda Carruthers.

"Point sept six neuf," répondit Karl.

"Déplacez-le vers le bleu, environ deux points plus bas sur l'échelle."

Danzig a tordu deux cadrans en même temps avec une exactitude minutieuse. "Point sept six onze," entonna-t-il.

« Attendez », ordonna Carruthers. "Le bleu devrait prédominer." Il tourna les yeux vers les étincelles dansantes sur l'écran. Ils brillaient maintenant d'un bleu indigo profond. "Verrouillez vos cadrans contre les rotations accidentelles. Nous sommes à l'écoute du point de fuite."

Dantzig se leva. « Qu'allons-nous utiliser ? »

Carruthers jeta un coup d'œil rapide dans la pièce. "La plupart des choses feront l'affaire." Ses yeux se posèrent sur un tube à essai en verre. Rapidement, il se leva et l'enleva du support mural. Puis, se penchant sur la balustrade de verre qui enfermait la place mystérieuse, il la posa sur le sol. Il se tourna maintenant vers la fille.

"Silence, maintenant, Nanette, et ne quittez sous aucun prétexte la chaise. La trajectoire du rayon doit passer à moins de deux pieds de vous, avec une large marge de sécurité. D'accord, Karl. Réglez les cadrans de la dimension inverse tubes à virgule sept six onze, et mettez le tube Roentgen sous tension."

À travers le laboratoire faiblement éclairé, un jaillissement de flammes bleuâtres se tordait et se tortillait avec de lentes ondulations autour de l'électrode cathodique.

"Très bien," s'enthousiasma Carruthers, "Les émanations de la cathode coïncident exactement avec le tableau des interférences. Surveillez vos jauges, Karl, pendant que je passe au rayon atomique."

Ses doigts se refermèrent sur un interrupteur. Les points indigo de la flamme baignant l'électrode se sont rassemblés en un anneau et ont commencé à tourner autour d'un noyau invisible situé près de l'électrode. Carruthers étudia un instant la flamme tournante, puis éteignit la télévision. Ce n'était plus nécessaire.

Avec précaution, car le rayon atomique était encore une force mystérieuse pour Carruthers, il ouvrit une petite porte dans le panneau et en sortit la machine de focalisation. Il ressemblait beaucoup à un appareil photo, sauf que l'objectif dépassait de plusieurs pouces au-delà de la machine proprement dite.

Avec une patience infinie, il a effectué les derniers réglages et s'est éloigné de l'avant de l'objectif. "Prêt?"

Dantzig hocha la tête et lança toute la puissance des tubes dimensionnels inverses. Un bourdonnement bas et clair emplit la pièce silencieuse du laboratoire. De la lentille de la machine de mise au point jaillit un faisceau pâle et ambré. Il frappa le tube à essai en verre en plein centre et brillait contre ses côtés lisses.

Carruthers tendit la main vers sa propre machine et tourna le dernier interrupteur. Le faisceau ambré émanant de la lentille a augmenté d'intensité. Et à mesure qu'il augmentait, il prenait une couleur violet foncé.

cria Nanette avec une alarme étouffée. Mais alors même que Vincent élevait la voix pour apaiser ses craintes, le tube à essai s'est soudainement réduit à néant et a disparu dans l'éther.

« Aaron ! » chuchota la fille, génialement. "C'est... c'est parti !"

Carruthers hocha la tête. Des perles de sueur perlaient sur son front. Le rayon de retour fonctionnerait-il ? Il avait fait suivre à l'éprouvette le même parcours que celui emprunté par le professeur Dahlgren. Les deux étaient partis. Il a éteint l'interrupteur et le faisceau s'est estompé.

Avec un calme délibéré qui ne correspondait en rien au tumulte intérieur provoqué par l'expérience, il tourna les cadrans de la machine que lui et Dantzig avaient mise au point ensemble. Un deuxième interrupteur claqua sous ses doigts. De la lentille de la machine de focalisation a tiré le faisceau atomique inverse. Lorsqu'il a frappé le centre de la place, il a viré au vermillon brillant. Pendant plusieurs secondes, il a joué sur l'espace vide, puis le miracle s'est déroulé sous leurs yeux.

Quelque chose comme un éclat de verre réfléchissait le faisceau. Il grandit et s'agrandit sous leurs yeux étonnés jusqu'à ce qu'il atteigne sa taille d'origine, puis le pouvoir qui l'avait ramené s'éteignit automatiquement.

Ensemble, les deux hommes ont examiné le tube à essai. Il n'a semblé en aucune façon blessé, et il n'a pas ressenti de chaleur ou de froid à cause de son voyage à travers les éléments.

"Ça marche!" s'émerveilla Dantzig. "Essayons encore avec quelque chose de plus grand."

« J'ai une meilleure idée », dit Carruthers en se levant. Il traversa le laboratoire et se dirigea vers une autre partie de ses appartements. Bientôt, il revint tenant un petit rat rose dans ses mains. Le rongeur était jeune, né seulement une semaine auparavant. "Maintenant, nous allons voir ce qui se passe."

« Oh, c'est un supplice pour la pauvre », s'écria Nanette.

« Ça ne lui fera pas de mal », grogna Karl. "Aaron sait ce qu'il fait."

Carruthers plaça le petit rat au centre de la place. Il était là, très calme et sans ciller. Encore une fois, les interrupteurs ont cliqué lorsque les contacts ont été fermés.

Arriva une fois de plus le faisceau de lumière ambrée suivi de près par le violet. Le rat s'est réduit à la taille d'un insecte, puis a disparu dans l'espace. Les trois observateurs retinrent leur souffle. La main de Carruthers trembla le moins du monde lorsqu'il actionna l'interrupteur contrôlant le retour de l'animal dans le monde.

Un puits de lumière vermeil perçait les pièces à demi-obscures. L'animal n'avait pas disparu depuis plus d'une minute. Brusquement quelque chose de blanc grisâtre se déploya dans le faisceau du réflecteur. Il s'étendit rapidement sous trois paires d'yeux exorbités - non pas le petit rat rosâtre qui avait disparu soixante secondes auparavant, mais un rat adulte, cicatrisé et sans queue comme s'il avait lutté contre d'innombrables rats.

Lorsque le courant s'arrêta, Aaron Carruthers se pencha en avant. Trop tard. Le rat se précipita hors du laboratoire avec un cri d'alarme. Carruthers retourna s'asseoir devant la machine atomique et s'assit. Son visage était inquiet. De sombres pensées envahissaient sa raison. Le rat qu'il avait placé dans le rayon atomique avait vieilli de près de deux ans pendant la minute où il était hors de vue des mortels. Deux ans!

Il sortit un carnet de sa poche et calcula le temps qui s'était écoulé depuis que le professeur Dahlgren avait disparu de ce même endroit. Près de quarante heures. Cela voudrait dire....

Nanette s'agita sur sa chaise. « Qu'est-il arrivé au petit rat, Aaron ?

Carruthers, occupé à faire des calculs, n'entendit pas la question.

Elle se tourna vers son frère. « Karl, qu'est-ce que cela veut dire ? La deuxième expérience ne s'est pas déroulée comme la première. Qu'est devenu ce petit rat ?

"Je ne sais pas ce qui s'est passé, Nan," dit Karl. "Maintenant, ne m'embêtez pas avec vos questions idiotes. Vous avez vu la même chose que moi."

Carruthers leva la tête et parla doucement. "Ce rat que vous avez vu se matérialiser sous les rayons atomiques était le même rat que vous m'avez vu placer dans le carré."

"Mais ce n'est pas possible," protesta la jeune fille.

"Néanmoins," haussa les épaules Carruthers. "C'était le même animal, sauf qu'il avait vieilli de près de deux ans pendant le bref intervalle de temps où il s'était éloigné de notre planète."

"C'est absurde", s'écria la jeune fille.

"Rien n'est saugrenu de nos jours, Nanette."

"C'est la femme de celui-ci", a déclaré Karl. "Toujours en doute."

« Vous me jouez des tours, les garçons, » rétorqua sèchement la jeune fille. "Je n'aurais pas dû venir dans ton ancien laboratoire. Juste parce que je suis une fille..."

"Non," plaida Carruthers, levant les yeux de son carnet de chiffres. "Nous essayons de résoudre le mystère sous-jacent aux forces que nous avons créées." Il a replacé le tube à essai au centre du carré et est retourné à la machine atomique.

À travers les ombres crépusculaires de la pièce brillait l'étrange nouveau rayon. Le générateur bourdonnait faiblement. Les lumières scintillaient et se tordaient autour de la cathode en tourbillons serpentins.

« Vous n'avez pas besoin de vous donner la peine d'expliquer à nouveau votre stupide expérience », acheva Nanette en se levant brusquement. "Je rentre à la maison et je m'habille pour la fête du Nouvel An."

"Surveillez votre interrupteur comme je vous l'ai demandé", a déclaré Carruthers.

"Asseyez-vous", a ajouté Karl. « Ne nous mettez pas les autres en danger !

"Oh-hh!" haleta la jeune fille alors qu'elle s'avançait par inadvertance dans le rayon atomique de lumière ambrée.

Carruthers sauta sur ses pieds avec impatience. Un cri d'horreur inarticulé se figea sur ses lèvres. Oubliant qu'il était lui-même directement dans la ligne du rayon atomique, il se précipita vers l'avant, son esprit se concentrant sur un seul acte - tirer la fille qui protestait et maintenant complètement effrayée hors de la trajectoire du rayon pénétrant.

Mais alors même qu'il s'élançait vers l'avant, Nanette trébucha sur la balustrade de verre entourant la place. Carruthers a agi rapidement. Pourtant, ses mouvements étaient lents et disgracieux par rapport à la vitesse du rayon lumineux. Il vit la silhouette de Nanette diminuer de taille devant ses yeux, entendit l'expression sourde d'alarme et de peur dans la voix de Dantzig ; puis la pièce a soudainement commencé à s'étendre vers le haut avec la vitesse d'un météore.

Ce qui avait été autrefois des murs et des meubles nus s'est transformé en une chaîne de collines, puis de montagnes. L'obscurité crépusculaire de la pièce devint un vide sombre d'espace vide qui semblait se précipiter devant ses oreilles comme un vent gémissant.

Il eut la sensation de tomber à travers l'espace infini comme s'il avait été propulsé hors du monde et projeté dans l'immensité de l'espace interplanétaire. Quelque chose le frôla – quelque chose de doux et de flottant. Il la saisit comme un homme qui se noie saisirait une paille. "Nanette !"

Le nom résonna et résonna dans son esprit mais ne sembla jamais dépasser ses lèvres étroitement serrées. Il sentit quelque chose de frais se refermer sur sa main. Instinctivement, il la saisit. Sa main. Ensemble, ils se sont accrochés l'un à l'autre alors qu'ils se sentaient projetés à travers l'espace sans fin.

Le crépuscule se transforma rapidement en une nuit noire qui passa devant les deux silhouettes accrochées et les enveloppa d'un mur de silence. Puis de la solidité mystérieuse est venue la lueur terne de ce qui ressemblait à une planète lointaine. Il a grandi et s'est agrandi jusqu'à atteindre la taille d'un dollar en argent. De petits points de lumière commencèrent bientôt à apparaître de tous côtés, un peu comme des étoiles.

Carruthers a tenté de rassurer Nanette sur le fait que tout allait bien et qu'ils étaient dans les rues de la grande métropole. Mais alors même qu'il écartait ses lèvres serrées, il vit que le disque brillant loin dans l'espace n'était pas ce qu'il avait d'abord pensé qu'il était : la lune de la Terre.

Il secoua la tête pour se débarrasser des toiles d'araignées embarrassantes. Quel était le problème avec son esprit? Il ne pouvait ni penser ni raisonner. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il s'était trompé. Cette étrange planète qui se dressait dans le ciel n'avait rien de familier dans ses marques ni dans ses relations avec les étoiles au-delà d'elle.

Alors qu'il cherchait encore quelque chose de tangible dans l'obscurité, son esprit revint à la fille à ses côtés. Elle s'accrochait à lui comme une enfant effrayée. Il pouvait sentir la pression de son corps contre le sien et cela l'excitait incommensurablement. Il n'était plus le jeune homme de science froid et calculateur.

Aaron Carruthers ne savait pas combien de temps ils restaient en état de suspension alors que des mondes et des planètes étranges s'éclairaient dans un nouveau ciel sous leurs yeux effrayés. Parfois, cela ressemblait à des heures, des années, des âges. Et quand il pensait à la tendre proximité de la fille qu'il serrait si fort dans ses bras, cela lui sembla durer quelques minutes.

Peu à peu, la sensation de vitesse et d'espace tombant commença à s'estomper, comme s'ils s'approchaient à nouveau de la terre ou d'une substance solide. L'air autour d'eux devint plus lourd. Alors tout mouvement dans l'espace cessa.

Carruthers fut surpris de trouver ce qui ressemblait à de la terre sous ses pieds. Pendant de longues minutes, il resta là, immobile, tenant toujours possessivement la fille.

« Aaron ! » Le nom est sorti du vide comme une légère caresse.

"Nanette."

Rassurés de la présence l'un de l'autre, ils restèrent parfaitement immobiles, perdus dans le vaste silence de leur isolement.

Bientôt la jeune fille parla. "Oh, Aaron, j'ai peur !"

"Il n'y a pas de quoi s'alarmer, très chère." Le terme attachant sortit pour la première fois de la bouche de l'homme. Depuis qu'il connaissait Nanette Danzig, l'amour n'avait jamais été évoqué entre eux. S'il avait jamais existé, le sentiment ne s'était pas exprimé.

"Tu ne devrais pas m'appeler comme ça, Aaron."

Sa voix était curieusement lointaine lorsqu'il répondit. "Je n'ai pas pu m'en empêcher, Nan. Notre proximité, l'étrange obscurité et le fait que nous soyons seuls ensemble ont apporté des émotions étranges à mon cœur. En ce moment, tu es le plus cher..."

Boum, boum ! Boum, boum !

"Quel est ce bruit?" souffla Nanette.

Carruthers tourna la tête pour écouter. A ses oreilles arrivait le martèlement d'un objet lourd frappant le sol à des intervalles bien réglés.

Nanette, qui avait commencé à se dégager de l'étreinte violente de Carruther, cessa soudain de se débattre. "Oh, qu'est-ce que c'est? Qu'est-ce que c'est?" murmura-t-elle craintivement.

Carruthers renifla l'air de la nuit. Une odeur musquée envahit ses narines, étrange et inconnue. "Cela me dépasse, Nanette. Éloignons-nous de cet endroit. Peut-être pourrons-nous trouver un abri pour le reste de la nuit."

Mais la noirceur stygienne cachait avec succès toute forme d'abri. Fatigués de leur recherche, ils s'assirent.

"Nous pourrions faire un feu", suggéra Carruthers, "seulement il ne semble pas y avoir de bois autour. Rien que de la roche nue."

"Peut-être que c'est aussi bien", dit la fille. "Les flammes pourraient attirer les rôdeurs."

"Peut-être avez-vous raison", a convenu Carruthers.

Un silence tomba entre eux. Au bout d'un long moment, Nanette parla.

"Je ne suppose pas, Aaron, que tout ce que je peux faire ou dire aidera les choses. Je sais que le fait que nous soyons là où nous sommes est de ma faute. Je suis désolé. Vraiment, je le suis."

"Le mal est fait", a déclaré Carruthers. "Ne dis rien de plus à ce sujet."

Nanette désigna le disque de lumière qui brillait haut dans les cieux. "Ces étoiles me sont aussi étranges, Aaron, que si je ne les avais jamais vues auparavant. Saturne est l'étoile du soir à cette période de l'année. Elle n'est pas visible. Même les cratères et les montagnes familiers de la lune semblent différents. Et il brille étrangement."

« Je préfère ne pas en parler, Nan.

Nanette posa une main sur son bras. "Je ne suis pas une enfant, Aaron. Je suis une adulte. La peur vient du fait de ne pas savoir. Dis-moi la vérité."

"Asseyons nous."

Ils s'assirent par terre et regardèrent tous les deux les cieux nocturnes qui s'arquaient à l'infini au-dessus d'eux. Bientôt Carruthers ôta la main de la jeune fille de son bras et la tint doucement entre les siennes. "Tu as deviné juste, Nan. L'orbe qui brille sur nous n'est pas notre lune. Je vais essayer de le rendre clair."

La jeune fille sourit d'un air rassurant dans l'obscurité. "Je suis en attente."

« Aussi étrange que cela puisse paraître », commença Carruthers, « vous et moi sommes toujours dans la pièce de mon laboratoire. Mais nous pourrions aussi bien être à des millions de kilomètres pour tout le bien que cela nous fait. position comme lorsque nous avons disparu dans la lueur violette du rayon atomique. Ses yeux sont exorbités de peur et d'horreur. Pendant des jours et des jours, il continuera à s'asseoir sur cette chaise, son esprit n'étant pas encore à l'écoute de ce qui s'est réellement passé. s'est-il passé ? Il ne le sait pas encore, Nan.

"Oh, c'est incroyable", sanglota Nanette.

"Je sais, mais c'est tellement vrai que je ne prendrai même pas la peine de vérifier mes calculs." Il désigna le disque d'argent suspendu bas dans le ciel étrange. "Cela, Nan, n'est pas notre lune. Ce n'est rien de plus qu'un électron planétaire très semblable à celui sur lequel nous nous trouvons en ce moment. Le firmament en est rempli. De là où nous sommes assis, nous ne pouvons voir que la moitié la plus proche de Nous. La partie incandescente est éclairée par des rayons lumineux lointains tirés du noyau de l'atome lui-même. Cet atome va être notre lumière et notre chaleur pendant des semaines, des mois, peut-être des années à venir. Nous sommes prisonniers d'un électron, et en tant que tels, nous sommes destinés à nous précipiter à travers l'espace infini pour le reste de nos vies à moins que...."

"A moins que quoi ?"

Aaron Carruthers hésita une fraction de seconde. « Karl ! » murmura-t-il. "Nos vies dépendent de lui. Le temps passe vite pour nous, Nan. Déjà il fait jour. Mais pas sur notre terre. Karl est toujours assis sur sa chaise, regardant avec incrédulité le miracle de nos corps qui disparaissent. Cela prendra des semaines, comme cela nous affecte, pour que le choc initial voyage le long de ses nerfs jusqu'au centre de son cerveau."

Sa voix tremblait d'émotion tout à fait contraire à sa nature calme habituelle. "Oh, je sais que c'est difficile à comprendre, Nan. J'ai été stupide de me mêler de lois dont je sais si peu par rapport à ce qu'il reste à savoir."

"Alors tout est vrai, Aaron. Le petit rat qui est sorti de sous le rayon comme un vieux rat était un seul et même animal."

Carruthers hocha la tête. "Le temps a changé proportionnellement à notre taille. Nous allons tellement plus vite que la terre que nous devons nécessairement être liés à l'univers dont nous faisons désormais partie intégrante."

Longtemps ils restèrent silencieux, chacun plongé dans des pensées sombres et troublées. Nanette brisa le silence.

« Vous ne supposez pas, Aaron, par hasard que le professeur Dahlgren soit toujours en vie et sur notre planète ?

Carruthers secoua négativement la tête. "C'est au-delà de la raison humaine, Nan. Il a été perdu dans le rayon pendant plus de quarante heures. Traduit en minutes, il est parti vingt-quatre cents minutes. Depuis que la souris que nous avons placée dans le rayon lumineux a vieilli d'environ deux ans en l'espace d'une minute , le professeur Dahlgren aurait, s'il était vivant, environ quatre mille huit cents ans."

Nanette se leva brusquement. "Oh, embêtez les chiffres. Ma tête nage avec eux. Il commence à faire jour maintenant, et j'ai faim."

"Mangez un de vos comprimés alimentaires", a suggéré Carruthers.

"S'il te plait, ne te moque pas," dit Nanette. "Karl les a dans la poche de son manteau."

"Hum-mm!" toussa Carruthers, suivant son exemple en se levant. "On dirait qu'il va falloir bruisser notre nourriture. Je n'ai rien sur moi à part un couteau, un crayon, un stylo plume et quelques morceaux de papier. Rien de très prometteur dans aucun d'entre eux."

À ce moment, le ciel s'est fusionné avec une lumière rougeâtre. Au-dessus de l'horizon apparut un orbe brillant. Des collines et des vallées lointaines apparurent. Puis, pour la première fois, Carruthers remarqua le haut plateau sur lequel il avait passé la nuit. S'ils s'étaient aventurés cent mètres plus loin pendant la nuit, ils auraient plongé dans le fond rocheux d'un canyon à mille pieds plus bas.

« Voyons si nous pouvons trouver un chemin vers la vallée », suggéra-t-il. "Si nous obtenons quelque chose à manger, cela devra provenir des arbres. Ce plateau est dépourvu de toute forme de matière végétale."

Ils ont trouvé une descente sinueuse menant vers le bas. Cela ressemblait à un chemin qui avait été usé par le passage de nombreux pieds.

"Quelqu'un est venu ici avant nous," s'exclama-t-il. "Le sol est trop usé pour être accidentel."

"Regarde regarde!" pointa Nanette. Son visage était devenu pâle de l'excitation de sa découverte. « Qu'est-ce qu'il y a, Aaron ? »

Carruthers se pencha pour examiner l'étrange empreinte de pas. Il mesurait près de deux pieds de large et était divisé en son centre, comme si l'animal qui l'avait fabriqué n'avait que deux doigts.

"D'après la taille des traces et la longueur de la foulée de l'animal, je devrais dire qu'il s'agissait d'une forme de dinosaure amphibie éteint depuis longtemps dans notre propre monde."

« Sont-ils dangereux ? »

"Tout dépend de l'espèce. Certains d'entre eux sont de purs végétariens, d'autres sont carnivores. Le piétinement lourd que nous avons entendu pendant la nuit provenait évidemment de la bête qui a laissé ces empreintes."

Ils étaient tombés sur les empreintes de pas là où le chemin faisait un virage, menant à une végétation dense d'arbres et de broussailles. Et alors que Carruthers s'agenouillait le long du chemin, il entendit le bruissement de quelque chose bougeant juste derrière lui. Étonnamment, il tourna la tête pour tracer la perturbation. Mais les bois semblaient vides. "Étrange," murmura-t-il. « As-tu entendu quelque chose bouger derrière nous, Nan ?

Nan secoua la tête. « Vous ne pensez pas que nous courons le moindre danger avec ces bêtes, n'est-ce pas ?

Carruthers ne dit rien pour le moment. Au lieu de cela, il regarda attentivement dans toutes les directions et ne vit rien. « Poussons jusqu'à ce que nous arrivions à une sorte d'abri. Peut-être trouverons-nous des gens comme nous.

En bas du chemin, ils se dépêchèrent, regardant curieusement à droite et à gauche des fleurs et des arbres inconnus. Un oiseau aux plumes brillantes effleurait leur tête en poussant des cris stridents. D'autres voix d'oiseaux et d'animaux dans les bois ont repris le cri. Les bois se densifiaient à mesure qu'ils avançaient vers l'inconnu.

Dans les bois à leur droite, un rongeur couina lorsqu'un animal plus gros bondit dessus. Bientôt, ils arrivèrent à une mare d'eau d'environ soixante-dix pieds de large. Tandis qu'ils s'agenouillaient pour étancher leur soif, ils virent deux jeunes cerfs les observer de l'autre côté. Des pieds doux crépitaient derrière le couple agenouillé. Carruthers se retourna à moitié tandis qu'il se levait et regardait dans la jungle derrière lui.

Une tache de brun rougeâtre disparut derrière un arbre. Homme ou animal Carruthers n'a pas pu déterminer. Il saisit Nanette par le bras et la ramena sur le chemin.

"Rapide!" Il murmura. « Il y a quelqu'un ou quelque chose qui nous suit. J'en suis sûr maintenant.

La voix de Nanette tremblait légèrement. « Qu'est-ce qu'il y a, Aaron ? »

"Je ne sais pas." Il tourna à nouveau la tête. Cette fois, il vit ce qui suivait. Une faible éjaculation d'alarme s'échappa de ses lèvres. Un singe gigantesque ! La bouche de la créature s'affaissa de façon grotesque, révélant deux rangées de crocs jaunes. Et ses yeux oranges étaient des charbons ardents rapprochés. Carruthers prit une profonde inspiration.

"Cours, Nan," grinça-t-il. "Je vais essayer de lui faire peur."

Simultanément au cri de peur de la fille surprise, une énorme montagne de chair et d'os grisâtres bloquait la pente descendante du chemin. Carruthers pâlit lorsqu'il se retourna et fit face à la nouvelle menace.

Venant directement vers eux, il vit un immense animal si grand qu'il semblait étouffer la lumière. Un dinosaure préhistorique ! Il est venu lentement et tranquillement, balançant sa grande bouche rouge d'un côté à l'autre. D'autres habitants dans les bois, sentant la présence de l'énorme tueur, se sont enfuis dans une panique d'alarme. Leurs cris stridents augmentèrent la terreur qui glaça le cœur des deux terriens.

Nanette se cramponnait à son compagnon dans une terreur abjecte, incapable de bouger. Ses yeux effrayés étaient sauvages et fixaient la montagne de chair qui se dirigeait vers eux.

Le long cou de l'animal s'arquait loin devant son corps et sa longue queue pointue restait hors de vue dans les arbres.

Carruthers quitta le chemin dans les sous-bois, entraînant la fille derrière lui. Les mâchoires de l'énorme animal s'ouvrirent en grand avec anticipation. Il se détourna lourdement du chemin et suivit. Les arbres se sont écrasés devant sa masse gigantesque. Les bois devinrent un bourbier de branches qui claquaient.

Le cri horrifié de la jeune fille se termina par un soupir gargouillant. Elle tomba au sol dans un évanouissement. Carruthers se jeta à côté de son corps recroquevillé et le prit dans ses bras. Il jeta un rapide coup d'œil à l'endroit où il avait vu le singe gigantesque pour la dernière fois. L'animal n'était plus là. Il avait disparu.

Les lèvres de l'homme devinrent une ligne dure et droite. Alors même qu'il se redressait sur ses pieds, les feuilles et les branches d'un arbre renversé fouettaient son visage. Le dinosaure à bouche rouge était dangereusement proche. Si près que Carruthers pouvait sentir son grand corps luisant. L'odeur était musquée et nauséabonde.

Trébuchant aveuglément, il tenta d'élargir la distance entre lui et son poursuivant. Mais le dinosaure affamé battait régulièrement sur sa route. Il n'y avait pas moyen d'y échapper. Ses yeux perçants cherchaient sa proie et son odeur piquante lui disait exactement où se trouvaient les êtres terrestres.

Sur et sur Carruthers décalés. Le fardeau supplémentaire de la jeune fille gênait ses mouvements. Des racines invisibles l'ont fait trébucher à maintes reprises. A chaque fois, il se remit debout et souleva la fille inconsciente. Des ronces ont déchiré ses vêtements et lui ont piqué les mains.

Le sous-bois s'épaississait. Une odeur chaude et humide s'accrochait à la végétation maintenant de nature presque tropicale. Des perles de sueur coulaient sur le front de l'homme et dans ses yeux. Mais l'horrible peur de ces mâchoires rouges et dégoulinantes le poussa à redoubler d'efforts.

Il a doublé sur la gauche, espérant faire dérailler l'animal. Le sous-bois semblait s'éclaircir à cet endroit. Un espoir renouvelé a coulé dans le sang du jeune scientifique. Il trébucha aveuglément, regardant à peine où ses pieds le menaient. Un soupir de soulagement vint à ses lèvres. Devant lui, il vit une clairière. Sa foulée s'allongea et il se lança dans une course chaotique.

C'est alors qu'il vit des murs imposants s'élever de part et d'autre de lui – des murs escarpés qu'il ne pourrait jamais escalader, même s'il était seul. Il a essayé de changer de cap, mais l'énorme masse du dinosaure qui le poursuivait a effectivement bloqué son chemin. Il n'y avait pas d'autre alternative que de pousser et de prier pour une ouverture dans les falaises escarpées.

Brusquement, un soupir de désespoir s'échappa de ses lèvres. Les parois du canyon se rétrécirent brusquement, et en travers s'étendait un mur de roche nue. Il s'aperçut trop tard qu'il était revenu au pied du plateau où il avait passé la nuit. Les murs sinistres et imposants l'entouraient complètement de trois côtés. Au quatrième côté gonflait le dinosaure, venant lentement, lourdement.

Des yeux brillants regardèrent avec ruse l'homme et la femme sans défense. Sûr maintenant que sa proie ne pouvait pas s'échapper, il étendit son énorme masse à travers l'étroit canyon pour une mise à mort tranquille.

Carruthers regarda le monstre avec des yeux distendus par la peur. Dans son cœur, il réalisa qu'il n'y avait pas d'échappatoire. Il n'avait aucun moyen de défense, aucun moyen de combattre l'énorme monstre mais la fuite. Et même cela lui était maintenant refusé.

Le tueur se rapprochait de plus en plus jusqu'à ce que sa grande bouche rouge apparaisse comme le foyer d'une énorme chaudière. Un souffle chaud éventait la joue de l'homme. L'odeur nauséabonde de la bête lui retourna l'estomac. Il se laissa tomber à genoux près de la silhouette inerte de la jeune fille et lança un regard vengeur dans les yeux brillants.

La bouche béante au bout d'un long cou souple s'élança en avant. Carruthers a entraîné la fille juste à temps pour échapper aux grincements de dents. Le dinosaure trépignait de colère.

Une fois de plus, Carruthers sentit son souffle chaud battre sur son visage. Il recula à l'idée de ce genre de mort. Personne ne saurait jamais comment c'est arrivé. Pas même son ami le plus proche, Karl Danzig ! Quel gâchis c'était. Pourquoi la bouche rouge du puissant dinosaure ne s'est-elle pas refermée sur lui et n'a-t-elle pas écrasé la vie ? Pourquoi doit-il s'agenouiller dans la torture?

De près, un cri perçant résonna dans l'air. Un cri dur. Un cri terrifiant !

Carruthers leva la tête. Le dinosaure s'était retourné pour jeter un regard haineux au perturbateur de son repas. D'autres cris éclatèrent dans l'air de la forêt. Et tandis que l'homme agenouillé regardait, il vit le grand singe rouge qui avait évité ses pas peu de temps auparavant, affalé entre le corps imposant du dinosaure et le mur de la falaise. Derrière elle venaient d'autres mammifères noirs aux bras recourbés qui traînaient sur le sol.

Leurs crocs étaient découverts. Ils étaient de mauvaise humeur. Arrivé devant le dinosaure et à moins de quatre pieds de l'homme et de la femme de la terre, le chef fit taire ses partisans avec un faible grognement et se retourna avec une fureur concentrée sur le dinosaure. Ses longs bras tambourinaient un tatouage palpitant sur sa poitrine velue.

Le dinosaure beugla pour protester contre l'attitude des singes et des gorilles. Le chef des singes protesta avec la même violence. Le dinosaure se déplaçait avec inquiétude, remuant sa lourde tête d'un côté à l'autre. De tous côtés arrivaient de profonds grognements des mammifères.

Carruthers regardait tout cet étalage déchiré entre le doute et la peur. Quel camp gagnerait ? Comment les singes et les gorilles, aussi énormes soient-ils, pouvaient espérer chasser le dinosaure ? Mais les singes étaient les maîtres. Cela était évident. Petit à petit, le dinosaure recula, le regard vengeur. Et ayant atteint un endroit où il pouvait faire demi-tour, il l'a fait. Bientôt, le sol trembla tandis qu'il filait à travers la jungle fumante. Le chef des mammifères se tourna et fit face aux gens de la terre. De longues minutes de recherche passèrent. Ses yeux rapprochés semblaient les étudier.

Nanette remua et ouvrit les yeux. La vue des anthropoïdes la fit reculer.

"Stable, Nan," dit doucement Carruthers.

D'autres singes et gorilles se sont rassemblés autour de l'animal rouge géant. Ils n'ont montré aucune hostilité, seulement un intérêt intense. Un par un, ils s'accroupirent devant les gens de la terre jusqu'à ce qu'ils forment un demi-cercle, s'étendant d'un mur du plateau rocheux à l'autre.

Pendant qu'ils étaient assis là, il commença à faire sombre. Carruthers retira sa montre et risqua un coup d'œil. La lumière du jour avait duré moins de trois heures. Une heure pour le crépuscule, puis il ferait noir. Évidemment, le cycle autour du noyau de l'atome prenait environ dix heures.

Nanette s'assit. « Aaron ! »

Il répondit sans quitter des yeux le singe rouge à moins d'un mètre de distance. "Ne me regarde pas, Nan. Concentre-toi sur le gros bonhomme rouge. Il contrôle manifestement. Si nous agissons le moins du monde effrayés, ils pourraient décider de nous détruire."

« Qu'est-ce qu'ils attendent ? Pourquoi ne partent-ils pas ?

"Nous le saurons d'ici peu. J'imagine qu'ils essaient de comprendre qui nous sommes et ce que nous faisons sur leur petite planète."

L'obscurité descendit rapidement. Au-dessus, une petite lune s'est élevée majestueusement dans les cieux et a commencé son voyage à travers la nuit. Sa faible lumière révélait le fait que les singes ne montraient aucune intention de partir. Ils étaient toujours accroupis devant les gens de la terre, dans un demi-cercle d'yeux bruns fixes.

Quelle que soit la peur que Carruthers avait ressentie envers les animaux, elle s'est évanouie. "Ils sont inoffensifs", a-t-il dit à Nanette. « Dors un peu si tu peux.

Longtemps après que la fille fatiguée ait sombré dans le sommeil, Carruthers s'assit dos au mur, essayant mentalement de tout comprendre. Le dinosaure était bien réel. Pourtant, les hommes-singes l'avaient effrayé, l'avaient en fait contraint à partir sans s'engager réellement dans le combat. Aucune question à ce sujet. Les anthropoïdes étaient aux commandes. Mais qui les contrôlait ?

Tout à coup, ses yeux s'ouvrirent d'un coup. Le jour était revenu. Il a dû s'endormir. Le bavardage strident de l'homme-singe parvint à ses oreilles. Le chef des singes rouges se leva en traînant les pieds et regarda des gens de la terre à l'endroit de la jungle d'où venait le bavarder. Brusquement, il ouvrit la bouche et émit un flot de sons charabia.

Les gorilles et les singes à ses côtés appuyaient leurs corps contre les parois rocheuses dans des attitudes d'attente.

"Que ce passe-t-il?" haleta la fille.

"Il n'y a rien à dire," murmura Aaron. "Ce doit être quelqu'un ou quelque chose d'important. Notez les expressions d'admiration et de révérence sur les visages des hommes-singes. Mon Dieu, Nanette, regarde !"

Du fond de la jungle émergèrent sept êtres blancs, humains ou animaux, c'était impossible à dire. C'étaient d'énormes créatures avec des corps d'hommes. De port droit, d'apparence presque humaine, ils contrastaient étrangement avec les singes rouges et les gorilles noirs. Six d'entre eux semblaient servir de gardes du corps au septième.

Alors qu'ils atteignaient l'espace devant les deux terriens, le garde du corps s'écarta. Le septième blanc s'arrêta net. Longtemps et attentivement, il fixa l'homme et la fille accroupis contre le mur. Et l'examen sembla lui plaire, car il sourit.

Carruthers regarda la silhouette avec inquiétude. Il a vu ce qui semblait être un homme vêtu d'un long vêtement fibreux. Avec des cheveux et une barbe blancs, c'était en effet une silhouette étrange pour un homme-singe. Il vit aussi que les yeux étaient bien espacés, une marque d'intelligence. Le front était haut et large. Et alors que Carruthers étudiait mentalement la créature, des pensées étranges et bizarres traversaient son esprit.

La bouche de l'homme-singe blanc se contracta comme s'il allait parler. Les lèvres lourdes s'entrouvrirent. Un seul mot vint à l'oreille de Carruthers : « Homme ?

Carruthers hocha la tête. "Nous sommes de la terre."

Les lèvres de l'homme-singe remuaient douloureusement comme si la parole venait avec la plus grande difficulté. "La prophétie du Grand s'est accomplie telle qu'elle a été écrite."

Les singes rouges et les gorilles noirs ont laissé leurs yeux errer de leur chef blanc aux deux peuples de la terre. Et leurs visages reflétaient la crainte surnaturelle avec laquelle ils considéraient les gens de la terre.

"C'est incroyable qu'un animal puisse parler notre langue", souffle Nanette.

Comme s'il ne l'avait pas entendue, Carruthers reprit la parole. "Nous sommes de la terre", a-t-il répété. "Nous avons passé de nombreuses heures sur votre monde, et nous avons à la fois faim et soif."

« Les mots sont durs », vinrent les lèvres du barbu blanc. "Je ne les ai pas utilisés depuis des années."

"Et qui êtes-vous?" demanda Carruthers.

Le barbu blanc s'arrêta comme pour rappeler quelque écho lointain du passé. "Je suis le dernier de la tribu d'Esaü. Mais viens ! Ce n'est pas un endroit pour parler. Cela fait longtemps que moi et mes partisans avons attendu cette heure."

Sans un mot de plus, il se retourna. Les six gardes enfermèrent son corps âgé dans un carré creux et le cortège s'éloigna. Ils arrivèrent après un court trajet à une ouverture naturelle menant au cœur du plateau. Les singes et les gorilles, à l'exception du chef rouge, sont restés à l'extérieur. Le reste du groupe a poussé à travers un tunnel tortueux jusqu'à ce qu'ils atteignent une ouverture caverneuse directement sous le plateau. Des ouvertures verticales dans les murs apportaient de la lumière et de l'air. Le chef blanc parla dans une langue étrangère à ses partisans, et ils préparèrent instantanément trois canapés dans un coin éloigné de la caverne.

Alors que les gens de la terre s'asseyaient sur les peaux qui composaient le divan, ils furent tous les deux conscients d'un grondement lointain comme des coups de tonnerre. N'ayant vu aucun signe de tempête à l'extérieur de Carruthers, il se tourna vers le vieux chef.

Les yeux du vieil homme étaient assombris par un sinistre pressentiment. "J'ai commandé quelque chose pour vous rafraîchir, vous et votre compagnon," dit-il. "Mangez d'abord, mes amis. Nous parlerons plus tard."

Les six gardes du corps quittèrent la caverne principale. Bientôt, ils revinrent avec de grands plateaux faits de feuilles en éventail ressemblant au palmier nain. Les fruits frais et les légumes crus constituaient l'essentiel du repas. En silence, ils mangèrent. Une fois la litière enlevée, les gardes se retirèrent à l'exception du singe rouge géant, qui s'accroupit près de l'ouverture du tunnel.

"Je suis content que vous soyez venu," commença le vieux chef, "mais désolé aussi. Notre planète, ou plutôt les formes de vie supérieures qui s'y trouvent, sont condamnées."

De nouveau, il parvint aux oreilles des gens de la terre ce battement lointain de son qui sembla faire trembler le sol. Ils se tournèrent vers le leader à la barbe blanche pour obtenir des explications.

"Ah, tu l'entends aussi," murmura l'autre. "Pendant des siècles, nous, de la grande tribu d'Esaü, nous sommes battus pour la suprématie de notre petit monde - depuis que le Grand est apparu parmi nous et nous a enseigné la connaissance du monde."

"Et ce Grand, comme vous l'appelez", a dit Carruthers. "Qui était-il?"

"Il venait de votre monde. Je ne l'ai jamais vu. Il me vient comme une légende. Pendant des années, il a peiné parmi nous, enseignant et instruisant jusqu'à ce que nous maîtrisions sa langue. Il s'appelait Dahlgren. Plus tard, il a gouverné toutes les tribus. la lignée d'Esaü, il en a fait des chefs à cause de notre intelligence supérieure. Les tribus de Zaku ont été entraînées pour la guerre. Peut-être avez-vous remarqué le chef de tous les Zakus. Il est maintenant accroupi à l'entrée de nos murs intérieurs. Il est Marbo, et ses partisans vivent dans la jungle."

« Et parle-t-il comme vous ?

Le chef blanc secoua la tête. "Non. Nous seuls, de la tribu d'Esaü, maîtrisons la parole. Sans compter les femmes de notre tribu qui composent notre nombre, nous ne sommes que sept en tout."

"Je dois la vie à Marbo, ainsi qu'à mon compagnon", a déclaré Carruthers.

« Marbo vous considère, peuple de la terre, comme des dieux », dit le vieux chef. "Lui et ses partisans vous protégeront de leur vie."

"Et qui règne au-delà?" interrogea Carruthers en agitant le bras pour couvrir la partie restante de l'électron.

"Il n'y a pas de règle au-delà, sauf celle de la force. Le Grand Un les a appelés par leur nom, Morosaurus, Diplodocus, le Ceratosaurus cornu, et bien d'autres dont j'ai oublié les noms depuis longtemps. Ce sont nos ennemis que nous ne pouvons pas détruire. Et leur nombre augmente d'année en année et nous soutiennent lentement sur notre dernier bastion."

« N'y a-t-il rien que nous puissions faire ? demanda Carruthers, sentant un tremblement d'appréhension le long de sa colonne vertébrale.

Lentement, le vieux chef secoua la tête. « Rien du tout. Marbo et ses partisans peuvent en contrôler un ou deux, mais lorsque les troupeaux commencent à pousser sur notre territoire, nous sommes condamnés. Même maintenant, leurs grondements et beuglements traversent la jungle. Leur soif et leur faim de chair sont énormes. "

Carruthers se tourna vers la fille. "Les mots du vieux chef expliquent tout, Nan. Le professeur Dahlgren est passé par ici et est parti. Il a vécu toute une vie en l'espace de quelques heures terrestres. Maintenant, il semble que nous étions destinés à suivre ses traces."

"Je n'ai pas peur," dit la fille. "Rien ne peut être pire que ce que nous avons déjà traversé." Et ses yeux s'adoucirent lorsqu'elle plaça ses petites mains dans celles de Carruthers. "Nous nous avons, Aaron."

Il sourit d'un air rassurant et se tourna vers le vieux chef. "Je suis Carruthers, un ami et assistant de Dahlgren. La fille ici est Nanette."

Le chef sourit gravement. "Et je suis Zark. Bienvenue dans mon royaume, Carruthers et Nanette. Nous avons besoin de vous ici. Maintenant, parlez-moi de votre monde, j'ai longtemps attendu qu'un disciple du grand Dahlgren apparaisse devant mon peuple."

Pendant le reste de la journée, Carruthers parla. Les rayons de lumière pâlissaient à la fin de la courte journée. La nuit vint, apportant avec elle un sentiment de sécurité contre les hordes croissantes qui tonnaient et claironnaient au-delà des frontières de la jungle.

Dans la matinée, Zark a demandé à Marbo de rester près de Carruthers à tout moment. Le jeune scientifique quitta donc la caverne et monta le chemin menant au sommet du plateau. Il regarda sa montre et compara la trotteuse avec l'atome noyau naviguant à travers les cieux pour estimer sa vitesse.

Les jours passèrent pendant qu'il faisait ses observations. Entre-temps, il avait cherché et trouvé l'endroit exact où lui et Nanette avaient mis le pied sur l'électron. Cet endroit, il l'a soigneusement délimité par un anneau d'énormes rochers portés par les partisans de Marbo. Puis il se mit à calculer sur son bloc-notes. Il ne doit y avoir aucune erreur. Lui et Nanette doivent être dans le cercle magique à l'heure estimée.

Entre temps, il a aidé Nanette à construire leurs quartiers d'habitation dans la caverne. Zark leur avait fourni des peaux et des fourrures pour couvrir les murs. Carruthers a fait une cheminée de pierres et a restauré l'art perdu du feu à Zark, Marbo et leurs partisans.

Les jours s'écoulaient comme des minutes. De courtes journées remplies d'excursions dans la jungle. Le visage de Carruthers se hérissa bientôt d'un chaume de barbe. Cela s'est allongé avec le temps. Des épines acérées ont déchiré leurs vêtements en rubans. Nanette, femme, a pleuré plusieurs fois pendant la nuit à cause du manque de miroir et de peigne pour ses cheveux en désordre.

Mais d'autres événements plus importants retinrent bientôt l'attention des gens de la terre. Jour après jour, les troupeaux de dinosaures et d'autres monstres de même race se rapprochaient de plus en plus de la petite civilisation autour du plateau. Cela a tellement inquiété Carruthers qu'il a cherché Zark et lui a demandé de réunir les six autres membres de sa tribu pour un conseil de guerre.

"Un système défensif complet, Zark," leur dit-il. "Nous devons faire une forteresse du plateau et remplir les cavernes de nourriture."

Zark secoua la tête. "Non. C'est tout à fait inutile. Des disciples de Marbo sont récemment revenus d'outre-mer et rapportent des choses étranges. J'ai hésité à en parler de peur de vous alarmer. Notre planète se désagrège. De violentes éruptions ont provoqué des incendies de pierre et Les grondements que vous avez entendus n'étaient pas faits entièrement par nos ennemis, ils venaient du sol.

« Un tremblement de terre », murmura Carruthers, momentanément abasourdi par la nouvelle. "Mais ils sont toujours de courte durée, Zark. Nous en avons sur notre propre planète."

"Ah, mais ceux-ci sont différents. Ils couvrent l'ensemble de notre globe. Le grand Dahlgren les a notés lorsqu'il était avec nous. Il a écrit beaucoup de mots et de chiffres sur papier à leur sujet. Hier encore, j'ai déterré ces documents. La vie de notre planète était voué à la destruction au cours de l'année en cours. Qu'importe si les troupeaux de dinosaures nous envahissent et détruisent des vies ? À la fin, eux aussi seront détruits. C'est le destin. Nous ne pouvons rien faire.

Alors même que le vieux chef parlait, un grondement gigantesque, plus intense que jamais auparavant, secoua l'électron. Au-dessus de la profonde perturbation roulante souterraine s'élevaient les cris stridents des hommes-singes.

Carruthers sauta sur ses pieds et courut dans le tunnel. Un troupeau de dinosaures étouffait le chemin menant à l'entrée extérieure. Marbo brossé devant lui, hurlant de grande excitation.

"Chassez-les !" ordonna Carruthers. "Comme ça!" Il lança une pierre dans l'œil de l'animal le plus proche.

Le dinosaure beugla et recula. Les singes et les gorilles, habitués à ne se battre qu'avec leurs longs bras, se sont attelés à la cascade avec une rapidité surprenante. Leurs bras puissants se sont tendus. Des pierres et des rochers ont commencé à jaillir de l'embouchure du tunnel. Ils cognaient contre les têtes des grands monstres comme des grêlons.

Subjugués et effrayés par cette soudaine démonstration de force, les monstres se retirèrent sur le chemin. Mais les hommes-singes avaient découvert une nouvelle méthode de guerre. Ils trouvaient un plaisir enfantin à lancer des pierres. En quelques minutes, la pente était dépourvue de rochers. Les animaux ont suivi leur avantage momentané et ont couru en hurlant sur le chemin. Les dinosaures ont fui dans la panique.

Dès que l'ennemi eut été chassé, Carruthers fit remarquer à Marbo l'avantage de ramasser les pierres du sol et de les remettre dans l'espace autour de l'embouchure du tunnel afin que lui et ses partisans soient prêts pour une seconde offensive. .

Zark est apparu à ce moment et a aidé à l'explication. Ses vieux yeux rusés se tournèrent avec un nouveau respect vers le terrien.

Carruthers travaillait avec eux chaque jour à partir de ce moment, construisant et fortifiant le plateau contre de nouvelles incursions des monstres. La sécurité et la paix régnèrent pendant plusieurs semaines puis les hostilités reprirent.

Les grondements de l'électron avaient augmenté de semaine en semaine. Les éruptions volcaniques ont déversé de nouvelles décharges de lave en fusion et d'étincelles de feu le long des bords de la jungle.

« Je ne veux pas vous alarmer inutilement, Nan, lui dit-il cette nuit-là, mais les incendies ont commencé. Zark avait raison. À moins que nous n'ayons de la pluie avant demain matin, la chaleur et la fumée nous chasseront dans le ouvert."

"Mais on peut aller jusqu'en haut du plateau", suggéra la jeune fille. "Il n'y a pas d'arbres—"

Un beuglement concentré coupa le reste de ses paroles. Poussés vers les hauteurs par la chaleur des flammes, les dinosaures piétinaient le chemin menant au tunnel.

Une fois de plus, Carruthers rallia son armée d'hommes-singes autour de lui et tenta de chasser les mammifères. Alors qu'ils atteignaient le bout du tunnel, un nuage de fumée dense leur piquait les yeux. Les hommes-singes hurlèrent de panique soudaine et oublièrent tout leur entraînement précédent pour chasser les dinosaures. Comme des rats qui se précipitent, ils se sont dispersés.

Les flammes de l'incendie ont percé la fumée - des flammes qui ont bondi et se sont tordues vers le ciel.

Carruthers chassa la peur qui le tenait en haleine et s'engagea sur le chemin menant au sommet du plateau. Une silhouette échevelée apparut soudain à ses côtés : Nanette !

"Viens," murmura-t-il d'une voix rauque. "Nous devons nous en sortir ou nous allons mourir d'étouffement."

"Mais Zark," souffla la jeune fille, "Lui et ses partisans sont toujours dans la caverne. Nous ne pouvons pas les laisser."

Comme un fou de raison, Carruthers courut le long du tunnel jusqu'à la caverne. « Zark ! » il cria.

Le son de sa voix était noyé dans le tumulte des hurlements qui montaient d'en bas alors que les dinosaures et les singes se battaient pour la suprématie de la vie. Mais de Zark et de ses six partisans, il n'a trouvé absolument aucun signe. Il se dépêcha de retourner là où il avait laissé Nanette.

Alors même qu'il atteignait l'endroit, il eut une soudaine prémonition de danger. Un gorille, énorme et noir, le frôla sur le chemin, portant un fardeau inerte sous son bras hirsute.

"Arrêt!" commanda Carruthers en courant après l'animal.

Un bras énorme le renversa. Crachant du sang, Carruthers se leva en titubant. Jusqu'alors, il n'avait eu aucune peur des gorilles. Ils avaient été ordonnés et bien comportés. Craignant que le mal ne vienne à la fille, il a couru après la silhouette sombre devant lui. La lueur rouge des flammes se rapprocha. Le gorille s'arrêta et fit face à son poursuivant. La luxure brillait dans ses yeux rapprochés - la luxure et la passion.

Carruthers s'arrêta net dans son élan. "Lâchez-la !" il a ordonné.

L'animal grogna d'une voix rauque. Il y eut un bruit de tissu déchiré. Nanette a crié - un cri terrifiant qui a fait écho et refait écho dans la nuit des électrons.

C'est alors que le mince manteau de civilisation est tombé du dos d'Aaron Carruthers. Il est devenu en un instant un animal qui se bat pour sa compagne. Avec un grondement aussi vicieux que celui du gorille piaffant vers la fille impuissante, il se précipita en avant.

Mouchant sa rage, le gorille jeta l'homme de la terre au sol. Carruthers est venu mousser à la bouche. Avec une intensité sinistre, il s'accrocha au bras libre de l'animal. Le mammifère enragé chancela impuissant sous le fardeau supplémentaire et laissa tomber la fille pour concentrer sa fureur sur l'homme. Il leva un bras poilu pour le coup fracassant. Instinctivement, Carruthers relâcha sa prise.

À ce moment précis, l'électron fit une embardée écœurante, les faisant tous les deux perdre pied. Le violent bouleversement a envoyé Carruthers dans un sens et le gorille dans l'autre. Tandis que l'homme trébuchait sur ses pieds pour reprendre le combat, il vit le monstre furieux chanceler par-dessus le bord du mur du plateau dans une chute abrupte de mille pieds.

Tout au long de la nuit, les rugissements grondants des bêtes géantes des jungles en contrebas. Nanette voleta à ses côtés. Sa robe était déchirée et traînée par terre. Malgré toute son apparence échevelée, elle était toujours belle à regarder. Oubliant le danger de tous côtés, l'animal de Carruthers vit dans son corps pitoyablement à moitié vêtu la même chose que la bête avait désirée. Sa tête tournait vivement.

« Aaron ! » supplia-t-elle alors que son bras se tendait pour l'agripper.

Avidement, il l'attira à lui. La lumière pâle de la lune électronique se mêlait au souffle rugissant des flammes. La folie enflammait son cœur et battait son sang.

"Non, Aaron," protesta la jeune fille, essayant de se libérer.

Quelque chose dans la qualité des tons effrayés de la fille ramena l'homme à la normale. Il luttait contre le désir irrésistible de posséder de toute la force de sa nature. Et la meilleure moitié a triomphé. Il n'était plus un animal, mais un être humain raisonné. Avec un léger soupir, il la relâcha et passa une main sur son front dégoulinant.

"Je suis désolé, Nan," murmura-t-il. "Cette grande brute m'a rendu fou un instant. Je vais bien maintenant."

Ensemble, ils se tenaient dans la nuit des électrons et regardaient la mort se rapprocher de plus en plus. Le plateau était maintenant entièrement entouré de flammes et la chaleur augmentait à chaque instant qui passait. Au fur et à mesure qu'il augmentait, ils reculaient vers le centre.

Sous leurs pieds sortaient les cris étouffés des hommes-singes. Ils étaient retournés dans la caverne pour être submergés par les fumées. Tandis que les habitants de la terre attendaient et regardaient la mort rouge se rapprocher, le chemin qui descendait dans la jungle devint une masse d'ombres mouvantes.

"Les dinosaures !" s'écria Nanette. « Oh, Aaron ! Nous sommes perdus !

« Calme, fille, » apaisa l'homme. "Si nous restons immobiles, ils ne nous verront peut-être pas dans le noir. La fumée détruira notre odeur."

Mais au fil des minutes, le troupeau de monstres augmentait. Ils se pressaient le long du chemin et s'étalaient sur le haut du plateau. Encore une fois le l'odeur de leurs corps luisants encrassait les narines des gens de la terre.

Lentement, Carruthers guida Nanette vers l'anneau de rochers – peut-être que la barrière servirait à éloigner les animaux. Il grimpa sur l'un des rochers et tira la fille derrière lui. Ce faisant, une violente action souterraine secoua l'électron d'un bout à l'autre.

Carruthers appuya ses pieds contre l'anneau de rochers pour ne pas tomber tête baissée sur le sol. Nanette se cramponnait à lui sans un mot. Tout autour d'eux, les forces géantes de la nature faisaient fureur. Des coutures de torsion sont apparues dans le sol rocheux du plateau d'où suintaient des vapeurs gazeuses.

« Courage », apaisa Carruthers en tenant le corps tremblant de la jeune fille effrayée près du sien. "Cela ne peut pas durer."

Mais le sol continuait de vaciller et de se soulever sur son axe. Des lumières vives traversaient et sillonnaient les cieux atomiques. Les fissures dans le sol apparaissaient maintenant comme des canaux noirs. La partie inférieure du cercle de rochers a disparu. Sur la droite, des cris de désespoir s'élèvent. Des corps blancs brillèrent un instant sur fond de flammes.

« Zark ! » cria Carruthers en voyant le chef de la tribu d'Esaü et ses partisans cheminer le long du plateau.

Zark dut entendre la voix de l'homme de la terre, car il s'élança en courant. Simultanément, un troupeau du plus grand de tous les monstres préhistoriques est apparu, le Brontosaure. Ils rechignaient énormément contre les cieux léchés par les flammes. Zark et ses partisans ont tenté de les éviter. Mais la peur des flammes brûlantes a poussé les monstres vers l'avant. Il s'ensuivit un moment affolant de douleur inexprimable pour ceux qui restaient de la tribu d'Esaü, puis le troupeau les foula aux pieds et gronda vers le demi-cercle de rochers où les deux hommes de la terre étaient accroupis.

Le chef du troupeau de Brontosaure a claironné follement et a fait irruption vers les hauteurs de sécurité. Trop tard, l'instinct l'avertit de l'élargissement de la fissure sous ses pieds. Avant qu'il ne puisse s'arrêter, la pression du troupeau l'a poussé dans la crevasse.

Carruthers recula jusqu'à l'extrême bord intérieur des rochers, essayant de calmer ses oreilles contre leurs beuglements insensés. Un nuage de fumée lourde et étouffante l'enveloppa un instant puis disparut. C'est alors qu'il vit une nouvelle étoile dans le ciel atomique, une étoile qui semblait brûler avec l'éclat d'un météore. Alors même qu'il le regardait, il était conscient qu'il se rapprochait.

La planète était maintenant dans un tumulte continu. Le sol se soulevait et tremblait comme sous l'effet d'une tension intérieure. C'était la fin. Carruthers l'a réalisé avec un cœur qui coule. Dans une autre minute, l'électron se désintégrerait en une masse de matière enflammée et s'éjecterait de son orbite autour de l'atome.

Et puis la lumière de l'étoile qui s'approchait les frappa dans un éclat aveuglant de flammes vermillon. Carruthers retint son souffle. Une force invisible semblait prendre possession de son corps et de celui de la fille à ses côtés. Le plateau rocheux, devenu une masse bouillante de rochers, tomba sous leurs pieds. Un air clair et froid enveloppait leurs corps. Puis, à la vitesse de la lumière, leurs corps furent propulsés à travers l'espace planétaire, haut, haut, haut dans les vastes étendues de l'éther supérieur.

Les ténèbres les assaillent. Les flammes du feu de la jungle se sont évanouies dans le néant. La lune électronique a pâli jusqu'à la taille d'une pointe d'épingle, puis s'est éteinte.

Carruthers avait le sentiment d'expansion et de croissance. C'était comme si son corps prenait la taille du monde entier. Cela semblait durer des heures, des jours, des siècles. Mais pendant tout ce temps, il se cramponnait au corps svelte et frémissant de Nanette.

Montagnes et collines flamboyaient soudain devant ses yeux. Monter et descendre des montagnes. Il essaya de remuer son esprit lent vers l'action. Que voulaient-ils dire ? Où les avait-il déjà vus ? Et tandis que son esprit se débattait avec le problème, les montagnes diminuaient comme la fonte des neiges. La pression autour de son corps se détendit. Un éclat aveuglant de lumière constante joua sur son visage. Alors tout fut calme et paix.

« Nan ! Aaron ! La voix était celle de Karl.

Hébétés, ils regardèrent autour d'eux. Ce qui avait été autrefois des montagnes était maintenant des bureaux et des chaises. Ils étaient de retour au laboratoire. Plusieurs minutes angoissantes passèrent avant que l'un ou l'autre ne puisse saisir le changement surprenant des choses. L'horreur de la catastrophe électronique remplissait encore leurs esprits à ras bord.

Carruthers a récupéré le premier. Il sortit de l'enceinte à balustrade marquant l'endroit où le faisceau atomique les avait restaurés après leur vol spatial, et guida la fille vers une chaise. Le visage de Karl était tiré et blanc alors que ses yeux se posaient sur les deux silhouettes pitoyables qui s'étaient matérialisées hors de l'éther.

"Ne nous posez pas encore de questions", dit Carruthers d'une voix fatiguée. "Nous avons traversé trop d'horreurs. Qu'y avait-il, Karl ? N'as-tu pas pu faire fonctionner les rayons plus tôt ?"

« Plus tôt ? » Les yeux de Danzig s'écarquillèrent d'émerveillement. Il jeta un coup d'œil à sa montre. "C'était un peu difficile de contrôler les deux machines tout seul, mais j'ai éteint le rayon des tubes dimensionnels inverses et allumé l'autre immédiatement. Au total, cela a dû me prendre quinze secondes."

« Quinze secondes », répéta Carruthers, hébété. "C'est incroyable." Il se laissa tomber avec lassitude sur une chaise et posa son front dans la paume de ses mains. « Depuis combien de temps sommes-nous partis, Nan ?

Nanette tira les restes d'une robe en lambeaux autour de ses genoux et tenta de sourire. "Presque quatre mois, selon le passage du temps sur l'électron."

"Impossible!" chuchota Dantzig en fermant les yeux sur la vérité.

Aaron Carruthers désigna ses vêtements, maintenant en lambeaux et déchirés. « Regarde, Karl ! Tout ce que je porte est complètement usé. Observe mes cheveux et ma barbe, et la semelle de mes souliers. Et nous l'avons prouvé avec nos corps. Ce que cela signifiera pour la civilisation future, je ne peux pas le prédire. C'est au-delà de l'imagination.

Et le laboratoire devint silencieux comme un tombeau alors que les trois personnes essayaient de toutes les forces de leur esprit de saisir le miracle des rayons atomiques étranges et insondables.

PRODUIRE DE LA CHALEUR PAR LE FROID ARCTIQUE

Produire de la chaleur par le froid arctique est une idée fantastique mais néanmoins tout à fait réalisable développée par le Dr H. Barjou de l'Académie française des sciences. Le Dr Barjou dit que l'eau sous la glace dans la région arctique est d'environ 70 degrés Fahrenheit. Alors que l'air est de plusieurs degrés en moins, il peut même y avoir une différence de 50 degrés. L'eau non gelée pourrait être pompée dans un réservoir et laissée geler, générant ainsi de la chaleur, car la congélation d'un mètre cube de glace libère à peu près autant de chaleur que la combustion de vingt-deux livres de charbon. La chaleur produite vaporiserait un hydrocarbure volatil qui entraînerait une turbine. Pour condenser à nouveau l'hydrocarbure, le Dr Barjou dit que de grands blocs de saumure pourraient être utilisés.

Non seulement les régions arctiques deviendraient confortablement habitables grâce à cette utilisation de l'énergie, soutient le Dr Barjou, mais la chaleur pourrait également être fournie au reste du monde.

Maintenant, si quelqu'un seulement peut découvrir comment faire en sorte que le désert du Sahara envoie des ondes de refroidissement, le monde sera parfait, du point de vue de la température.

À propos de la série de livres HackerNoon : nous vous proposons les livres techniques, scientifiques et perspicaces les plus importants du domaine public. Ce livre fait partie du domaine public.

Divers. 2009. Histoires étonnantes de super-science, octobre 1930. Urbana, Illinois : Projet Gutenberg. Extrait en mai 2022 de https://www.gutenberg.org/files/29882/29882-h/29882-h.htm#Page_75

Cet eBook est destiné à être utilisé par n'importe qui, n'importe où, sans frais et avec presque aucune restriction. Vous pouvez le copier, le donner ou le réutiliser selon les termes de la licence Project Gutenberg incluse avec cet eBook ou en ligne sur www.gutenberg.org , situé à https://www.gutenberg.org/policy/license. html .