Monstres de Mars by@astoundingstories

Monstres de Mars

tldt arrow
FR
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

Le Martien fit un geste reptilien vers l'échelle. Allan Randall fixa l'homme devant lui. « Et c'est pourquoi vous m'avez envoyé chercher, Milton ? demanda-t-il finalement. Il y eut un moment de silence, pendant lequel les yeux de Randall passèrent comme sans comprendre du visage de Milton à ceux des deux hommes à côté de lui. Les quatre étaient assis ensemble au fond d'un salon grossièrement meublé et éclairé à l'électricité, et dans ce silence momentané leur vint de la nuit extérieure le martèlement lointain de l'Atlantique sur la plage. Ce fut Randall qui reprit la parole le premier.
featured image - Monstres de Mars
Astounding Stories HackerNoon profile picture

@astoundingstories

Astounding Stories

Dare to dream. Dare to go where no other has...

Apprendre encore plus
LEARN MORE ABOUT @ASTOUNDINGSTORIES'S EXPERTISE AND PLACE ON THE INTERNET.
react to story with heart

Histoires étonnantes de super-science Avril 1931, par Histoires étonnantes fait partie de la série de billets de blog de HackerNoon. Vous pouvez sauter à n'importe quel chapitre de ce livre ici . VOL. VI, n° 1 : Monstres de Mars

Monstres de Mars

UNE NOVELETTE COMPLÈTE

Par Edmond Hamilton

image

Le Martien fit un geste reptilien vers l'échelle.

Allan Randall fixa l'homme devant lui. « Et c'est pourquoi vous m'avez envoyé chercher, Milton ? demanda-t-il finalement.

Il y eut un moment de silence, pendant lequel les yeux de Randall passèrent comme sans comprendre du visage de Milton à ceux des deux hommes à côté de lui. Les quatre étaient assis ensemble au fond d'un salon grossièrement meublé et éclairé à l'électricité, et dans ce silence momentané leur vint de la nuit extérieure le martèlement lointain de l'Atlantique sur la plage. Ce fut Randall qui reprit la parole le premier.

Trois hommes de la Terre dupés par des Martiens ouvrent les portes de l'espace qui ont si longtemps barré les hordes avides de la planète rouge.

Le visage de l'autre était sans sourire. "C'est pourquoi je t'ai envoyé chercher, Allan," dit-il calmement. "Aller sur Mars avec nous ce soir !"

"Vers Mars!" Il a répété. "Êtes-vous devenu fou, Milton - ou est-ce une blague que vous avez supportée avec Lanier et Nelson ici?"

Milton secoua gravement la tête. "Ce n'est pas une blague, Allan. Lanier et moi allons en fait flasher sur le golfe vers la planète Mars ce soir. Nelson doit rester ici, et puisque nous en voulions trois, je vous ai télégraphié comme étant le plus susceptible de faire l'aventure."

« Mais bon Dieu ! Randall explosa en se levant. "Vous, Milton, en tant que physicien, devriez savoir mieux. Les vaisseaux spatiaux et les projectiles et tout cela ne sont que des rêves de romanciers."

"Nous n'allons ni dans un vaisseau spatial ni dans un projectile," dit calmement Milton. Et puis, voyant la perplexité de son ami, il se leva et ouvrit la voie vers une porte au bout de la pièce, les trois autres le suivant dans la pièce au-delà.

C'était un long laboratoire d'une taille inhabituelle dans lequel se trouvait Randall, un laboratoire dans lequel toutes les variétés d'appareils physiques et électriques semblaient représentées. Trois énormes arrangements de moteurs à dynamo occupaient le fond de la salle, et de là un enchevêtrement de câbles conduit à travers des condensateurs noirs carrés et des transformateurs à une batterie de gros tubes. Le plus remarquable, cependant, était l'objet au centre de la pièce.

C'était comme un grand double cube de métal terne, étant en fait deux cubes de métal de douze pieds carrés, soutenus à quelques pieds au-dessus du sol par des poteaux isolés. Un côté de chaque cube était ouvert, exposant les intérieurs creux des deux chambres cubiques. D'autres câblages partaient des gros tubes électroniques et des dynamos vers les côtés des deux cubes.

Les quatre hommes regardèrent la chose énigmatique pendant un moment en silence. Le visage fort et capable de Milton ne montrait que dans ses yeux fixes quels étaient ses sentiments, mais le visage plus jeune de Lanier était allumé avec excitation; et il en était de même dans une certaine mesure pour Nelson. Randall fixa simplement la chose, jusqu'à ce que Milton lui fasse signe de la tête.

"C'est ça", dit-il, "c'est ce qui va nous envoyer sur Mars ce soir."

Randall ne put que tourner son regard vers l'autre, et Lanier gloussa. "Je ne peux pas encore l'accepter, Randall ? Eh bien, moi non plus quand l'idée nous est venue pour la première fois."

Milton fit un signe de tête aux sièges derrière eux, et alors que Randall à moitié étourdi s'enfonçait dans l'un d'eux, le physicien lui fit face avec sérieux.

"Randall, il n'y a pas beaucoup de temps maintenant, mais je vais vous dire ce que j'ai fait ces deux dernières années sur cette côte abandonnée de Dieu du Maine. J'ai été pendant ces deux années en communication ininterrompue par radio avec des êtres sur la planète Mars !

"C'est alors que je tenais encore ma chaire de physique à l'université que j'ai été le premier sur la piste de la chose. J'étudiais la variation des vibrations statiques et, ce faisant, j'ai capté des signaux stables - pas statiques - à une vague sans précédent. C'étaient des points et des tirets de longueur variable dans un code entièrement inintelligible, le même arrangement étant envoyé apparemment toutes les quelques heures.

"J'ai commencé à les étudier et j'ai bientôt constaté qu'ils ne pouvaient être envoyés par aucune station sur terre. Les signaux semblaient devenir de plus en plus forts chaque jour, et il m'est soudain venu à l'esprit que Mars approchait de l'opposition avec la terre ! J'ai été surpris, et surveillé attentivement. Le jour où Mars était le plus proche de la terre, les signaux étaient les plus forts. Par la suite, à mesure que la planète rouge s'éloignait, ils se sont affaiblis. Les signaux provenaient d'un être ou d'êtres sur Mars !

"Au début, j'allais donner la nouvelle au monde, mais j'ai vu avec le temps que je ne pouvais pas. Il n'y avait pas de preuves suffisantes, et une déclaration prématurée ne ferait que ruiner ma propre réputation scientifique. J'ai donc décidé d'étudier les signaux plus avant jusqu'à ce que J'avais des preuves irréfutables, et pour y répondre si possible. Je suis venu ici et j'ai fait construire cet endroit, et les tours aériennes et autres équipements que je voulais installer. Lanier et Nelson sont venus avec moi de l'université, et nous avons commencé notre travail.

"Notre objectif principal était de répondre à ces signaux, mais cela s'est avéré un travail déchirant au début. Nous ne pouvions pas produire une onde radio d'une longueur suffisante pour traverser la couche isolante de la Terre et traverser le golfe jusqu'à Mars. Nous avons utilisé toute la puissance de notre d'excellents branchements moulin à vent-dynamo, mais pendant longtemps je n'ai pas pu y arriver. Toutes les quelques heures, comme sur des roulettes, les signaux martiens arrivaient. Puis, enfin, nous les avons entendus répéter l'un de nos propres signaux. Nous avions été entendus !

"Pendant un moment, nous avons à peine quitté nos instruments. Nous avons commencé le travail lent et presque impossible d'établir une communication intelligente avec les martiens. C'est avec des nombres que nous avons commencé. La Terre est la troisième planète à partir du soleil et Mars la quatrième, donc trois représentaient la terre. et quatre représentaient Mars.Lentement, nous nous frayons un chemin vers un échange d'idées et, en quelques mois, nous étions en communication régulière et intelligente avec eux.

"Ils nous ont d'abord interrogés sur la terre, ses climats, ses mers et ses continents, et sur nous-mêmes, nos races, nos mécanismes et nos armes. Nous leur avons fourni de nombreuses informations, la langue de notre communication étant l'anglais, les éléments dont ils avaient appris , avec un mélange de chiffres et de signaux symboliques point-tiret.

"Nous étions aussi désireux d'en savoir plus sur eux. Ils étaient quelque peu réticents, nous avons trouvé, concernant leur planète et eux-mêmes. Ils ont admis que leur monde était en train de mourir et que leurs grands canaux devaient y rendre la vie possible, et ont également admis que ils étaient différents de nous par leur forme corporelle.

"Ils nous ont finalement dit qu'une telle communication était trop inefficace pour nous donner une image claire de leur monde, ou vice versa. Si nous pouvions visiter Mars, puis qu'ils visitent la Terre, les deux mondes bénéficieraient de la connaissance de l'autre. Cela me semblait impossible, même si j'étais assez impatient pour cela. Mais les Martiens disaient que même si les vaisseaux spatiaux et autres étaient impossibles, il y avait un moyen par lequel les êtres vivants pouvaient flasher de la terre à Mars et revenir par ondes radio, même si notre les signaux ont clignoté !"

Randall a fait irruption avec étonnement. « Par radio ! s'exclama-t-il, et Milton hocha la tête.

"Oui, disaient-ils, et l'idée d'envoyer de la matière par radio ne semblait pas non plus trop folle, après tout. Nous envoyons du son, de la musique par ondes radio à travers la moitié du monde depuis nos stations de diffusion. Nous envoyons de la lumière, des images, à travers le monde depuis Nous le faisons en changeant la longueur d'onde des vibrations lumineuses pour en faire des vibrations radio, les projetant ainsi dans le monde entier, vers des récepteurs qui modifient à nouveau leurs longueurs d'onde et les retransforment en vibrations lumineuses.

"Pourquoi alors la matière ne pourrait-elle pas être envoyée de la même manière ? La matière, a-t-on longtemps cru, n'est qu'une autre vibration de l'éther, comme la lumière et la chaleur rayonnante et les vibrations radio et autres, ayant une longueur d'onde inférieure à n'importe laquelle de les autres. Supposons que nous prenions de la matière et qu'en lui appliquant une force électrique, nous modifiions sa longueur d'onde, l'augmentions jusqu'à la longueur d'onde des vibrations radio ? Ensuite, ces vibrations peuvent être envoyées de la station émettrice à un récepteur spécial qui intensifiera les faire redescendre des vibrations radio aux vibrations de la matière.Ainsi, la matière, vivante ou non vivante, pourrait être projetée sur des distances énormes en une seconde !

"ses Martiens nous l'ont dit, et ont dit qu'ils installeraient un émetteur et un récepteur de matière sur Mars et qu'ils nous aideraient et nous instruiraient afin que nous puissions installer un émetteur et un récepteur similaires ici. Ensuite, une partie de nous pourrait être projetée sur Mars comme des vibrations radio par l'émetteur, et en quelques instants aurait traversé le golfe jusqu'à la planète rouge et serait retransformé de vibrations radio en vibrations de matière par le récepteur qui nous attendait là-bas !

"Naturellement, nous avons accepté avec enthousiasme de construire un tel émetteur et récepteur de matière, puis, avec leurs instructions constamment signalées, nous avons commencé le travail. Des semaines cela a pris, mais enfin, pas plus tard qu'hier, nous l'avons terminé. La chose est composée de deux chambres cubiques. sont l'un pour la transmission de la matière et l'autre pour sa réception. À un moment convenu hier, nous avons testé la chose, en plaçant un cobaye dans la chambre de transmission et en allumant la force d'actionnement. Instantanément, l'animal a disparu, et en quelques instants est venu un signal des Martiens disant qu'ils l'avaient reçu sain et sauf dans leur chambre de réception.

"Ensuite, nous l'avons testé dans l'autre sens, ils nous ont envoyé le même cobaye, et en quelques instants, il s'est mis à apparaître dans notre chambre de réception. Bien sûr, la force de réduction dans la chambre de réception devait être en fonctionnement, car elle l'avait pas été à ce moment-là, les radio-vibrations de l'animal auraient simplement clignoté sans fin dans un espace sans fin.

"Nous avons signalé aux Martiens que tous les tests étaient satisfaisants, et leur avons dit que la nuit suivante à minuit exactement, à notre heure, nous allions nous flasher lors de notre première visite chez eux. Ils ont promis de faire fonctionner leur chambre de réception pour nous recevoir à ce moment, bien sûr, et j'ai l'intention d'y rester vingt-quatre heures, rassemblant de nombreuses preuves de notre visite, puis de revenir sur terre.

"Nelson doit rester ici, non seulement pour nous éclairer ce soir, mais surtout pour que la chambre de réception fonctionne pour nous recevoir au moment prévu vingt-quatre heures plus tard. La force nécessaire pour la faire fonctionner est trop grande pour être utilisée. pendant plus de quelques minutes d'affilée, il faut donc avant tout que cette force soit allumée et que la chambre de réception soit prête pour nous au moment où nous revenons. Et puisque Nelson doit rester, et que Lanier et moi en voulions un autre, nous vous a télégraphié, Randall, dans l'espoir que vous voudriez nous accompagner dans cette aventure. Et vous ? »

Alors que la question de Milton restait en suspens, Randall inspira longuement. Ses yeux étaient fixés sur les deux grandes chambres cubiques, et son cerveau semblait tourbillonner à ce qu'il venait d'entendre. Puis il était debout avec les autres.

« Partir ? Pourriez-vous m'empêcher d'y aller ? Pourquoi, mec, c'est la plus grande aventure de l'histoire ! »

Milton lui saisit la main, tout comme Lanier, puis le physicien jeta un coup d'œil à l'horloge carrée accrochée au mur. "Eh bien, il nous reste peu de temps", dit-il, "car nous avons à peine une heure avant minuit, et à minuit nous devons être dans cette chambre de transmission pour que Nelson nous envoie des éclairs!"

Randall ne put jamais se souvenir que vaguement après comment cette heure tendue s'était écoulée. Ce fut une heure au cours de laquelle Milton et Nelson passèrent avec des visages anxieux et des commentaires à voix basse de l'un à l'autre des appareils de la pièce, les inspectant soigneusement, des grandes dynamos aux chambres de transmission et de réception, tandis que Lanier obtenait rapidement sortir et préparer les tenues et l'équipement kaki rugueux qu'ils devaient emporter.

Il ne leur manquait qu'un quart d'heure de minuit pour qu'ils enfilent enfin ces costumes, chacun s'assurant qu'il était en possession du petit kit personnel que Milton avait désigné. Cela comprenait pour chacun un lourd automatique, une petite réserve d'aliments concentrés et une petite caisse de médicaments choisis pour contrer l'atmosphère plus rare et la moindre gravité auxquelles Milton avait été averti de s'attendre sur la planète rouge. Chacun avait aussi une montre-bracelet solide, les trois synchronisées exactement avec la grande horloge du laboratoire.

Quand ils eurent fini de vérifier cet équipement, l'aiguille la plus longue de l'horloge indiqua presque le chiffre douze, et le physicien fit un geste expressif vers la chambre de transmission. Lanier, cependant, se dirigea un instant vers l'une des portes du laboratoire et l'ouvrit à la volée. Alors que Randall regardait avec lui, ils pouvaient voir au loin au-dessus de la mer agitée, faiblement éclairée par la grande voûte des étoiles d'été au-dessus de leur tête. Juste au zénith parmi ces étoiles brillait une étincelle cramoisie.

« Mars », dit Lanier, sa voix à moitié murmurée. "Et ils nous attendent là-bas maintenant - là-bas où nous serons dans quelques minutes!"

"Et s'ils ne devaient pas attendre - leur chambre de réception n'est pas prête -"

Mais la voix calme de Milton leur parvint à travers la pièce : « Heure zéro », dit-il en s'avançant dans la grande chambre de transmission.

Lanier et Randall suivirent lentement, et malgré lui un léger frisson secoua le corps de ce dernier alors qu'il entrait dans le mécanisme qui en quelques instants l'enverrait jaillir à travers le grand vide sous forme d'impalpables vibrations d'éther. Milton et Lanier se tenaient silencieux à côté de lui, les yeux rivés sur Nelson, qui se tenait à présent attentif au grand standard à côté des chambres, son propre regard fixé sur l'horloge. Ils le virent toucher un goujon, puis un autre, et le bourdonnement des grandes dynamos au fond de la pièce devint aussi fort que l'essaimage des abeilles en colère.

L'aiguille la plus longue de l'horloge rampait sur le dernier espace pour couvrir la petite aiguille. Nelson tourna un bouton et la batterie de grands tubes de verre éclata en une lumière blanche brillante, un crépitement venant d'eux. Randall vit l'aiguille de l'horloge cliqueter sur les dernières divisions, et alors qu'il voyait Nelson saisir un grand interrupteur, une impulsion sauvage lui vint à lui pour s'enfuir de la chambre de transmission. Mais alors comme son les pensées tourbillonnaient comme un maelström, il y eut un claquement de l'horloge et Nelson jeta l'interrupteur dans sa main. Une lumière aveuglante semblait jaillir de toute la chambre sur les trois ; Randall se sentit projeté dans le néant par des forces titanesques, inconcevables, et puis n'en sut plus.

Randall revint à lui avec un bourdonnement dans ses oreilles et avec une douleur aiguë perçant ses poumons à chaque respiration. Il se sentit allongé sur une surface lisse et dure, et entendit le bourdonnement s'arrêter et être remplacé par un silence complet. Il ouvrit les yeux, se redressa comme le faisaient Milton et Lanier, et regarda autour de lui.

Il se tenait avec ses deux amis à l'intérieur d'une chambre métallique cubique presque exactement la même que celle qu'ils avaient occupée dans le laboratoire de Milton quelques instants auparavant. Mais ce n'était pas la même chose, comme leur avait dit leur premier coup d'œil étonné à travers son côté ouvert.

Car ce n'était pas le laboratoire qui s'étendait autour d'eux, mais une vaste salle en forme de cône qui semblait aux yeux hébétés de Randall de dimensions illimitées. Ses murs de métal à l'éclat terne s'inclinaient sur mille pieds au-dessus de leurs têtes, et à travers une ouverture ronde à l'extrémité bien au-dessus et à travers de grandes portes dans les murs arrivait un mince rayon de soleil. Au centre du sol circulaire de la grande salle se trouvaient les deux chambres cubiques dans l'une desquelles se trouvaient les trois, tandis qu'autour des chambres étaient regroupées des masses d'appareils d'aspect inconnu.

Aux yeux non exercés de Randall, cela semblait un appareil électrique d'une conception très étrange, mais ni lui, ni Milton, ni Lanier n'y prêtèrent une petite attention dans ce premier moment d'essoufflement. Ils regardaient avec une horreur fascinée les dizaines de créatures qui se tenaient silencieuses au milieu de l'appareil et de ses interrupteurs, les regardant en retour. Ces créatures étaient dressées et avaient à peu près la forme d'un homme, mais ce n'étaient pas des hommes humains. Ils étaient – la pensée projetée dans le cerveau de Randall dans ce moment rempli d'horreur – des hommes-crocodiles.

Hommes-crocodiles ! C'était seulement pour qu'il puisse penser à eux à ce moment-là. Car ils ressemblaient terriblement à de grands crocodiles qui avaient appris en quelque sorte à se tenir debout sur leurs membres postérieurs. Les corps n'étaient pas recouverts de peau, mais de plaques osseuses vertes. Les membres, épais et griffus au bout de leurs pattes, semblaient plus gros et plus forts, les deux grands bras supérieurs et les deux inférieurs les jambes sur lesquelles chacun marchait, alors qu'il n'y avait que la suggestion d'une queue. Mais la tête plate posée sur le corps sans cou était la plus crocodilienne de toutes, avec de grandes mâchoires à crocs et articulées projetées vers l'avant, et avec des yeux sombres et fixes enfoncés dans des orbites osseuses.

Chacune des créatures portait sur son torse un vêtement brillant comme un manteau d'écailles métalliques, avec des ceintures métalliques dans lesquelles certaines avaient des tubes brillants. Ils se tenaient en groupes ici et là autour des mécanismes, le groupe le plus proche à un étrange grand panneau de commande à moins d'une demi-douzaine de pieds des trois hommes. Milton, Lanier et Randall rendirent dans un silence tendu le regard fixe des êtres monstrueux qui les entouraient.

"Les Martiens !" L'exclamation pleine d'horreur de Lanier fut reprise l'instant d'après par celle de Randall.

"Les Martiens ! Mon Dieu, Milton ! Ils ne ressemblent à rien de ce que nous connaissons, ils sont reptiliens !"

La main de Milton agrippa son épaule. "Du calme, Randall," marmonna-t-il. "Ils sont assez terribles, Dieu sait, mais rappelez-vous que nous devons leur sembler tout aussi grotesques."

Le son de leurs voix sembla rompre le charme de silence de la grande salle, et ils virent les martiens crocodiliens devant eux se tourner et se parler rapidement en sifflant à voix basse, des sons tout à fait inintelligibles pour les trois. Puis du petit groupe le plus proche d'eux vint un avant, jusqu'à ce qu'il se tenait juste à l'extérieur de la chambre dans laquelle ils se trouvaient.

Randall ressentit vaguement l'importance du moment, dans lequel les êtres de la Terre et de Mars s'affrontaient pour la première fois dans l'histoire du système solaire. La créature devant eux ouvrit ses grandes mâchoires et prononça lentement une succession de sons qui les troublèrent pour le moment, tant ils étaient différents du discours sifflant des autres, bien qu'avec le même sifflement de ton. De nouveau la chose répéta les sons, et cette fois Milton poussa une exclamation.

« Il nous parle ! il pleure. "Essayer de parler l'anglais que je leur ai enseigné dans notre communication! J'ai attrapé un mot - écoutez ..."

Alors que la créature répétait les sons, Randall et Lanier commencèrent à entendre aussi vaguement exprimés dans cette voix sifflante des mots familiers : « Vous… êtes Milton et… d'autres de… la terre ?

Milton s'adressa très clairement et lentement à la créature : « Nous sommes ceux de la terre », dit-il. « Et vous êtes les Martiens avec qui nous avons communiqué ?

"Nous sommes ces Martiens," dit lentement la voix sifflante de l'autre. "Ceux-ci" - il agita une patte griffue vers ceux qui se trouvaient derrière lui - "sont responsables de la matière-transmetteur et récepteur. Je fais partie du conseil de notre dirigeant."

"Règle?" répéta Milton. « Un maître de tout Mars ? »

« De tous Mars », dit l'autre. "Notre nom pour lui signifierait dans vos mots le maître martien. Je dois vous emmener à lui."

Milton se tourna vers les deux autres avec le visage illuminé d'excitation. "Ces Martiens ont un dirigeant suprême qu'ils appellent le Maître Martien," dit-il rapidement ; "et nous devons aller avant lui. En tant que premiers visiteurs de la terre, nous sommes d'une immense importance ici."

Tandis qu'il parlait, l'officier martien qui les précédait avait lancé un appel sifflant, et en réponse, une longue forme de métal brillant se précipita dans la vaste salle et s'arrêta à côté d'eux. C'était comme un mille-pattes de métal de cinquante pieds, ses dizaines de courtes pattes de soutien actionnées par un mécanisme à l'intérieur du corps cylindrique. Il y avait une salle de contrôle aux parois transparentes à l'avant de ce corps, et à l'intérieur un Martien aux commandes qui ouvrit brusquement une porte d'où une échelle métallique descendait automatiquement.

L'officiel martien fit un geste d'un bras reptilien vers l'échelle, et Milton, Lanier et Randall sortirent prudemment de la chambre cubique et traversèrent le sol jusqu'à elle, chacun de leurs pas étant fait un petit bond en avant par la moindre gravité de la plus petite. planète. Ils montèrent dans la salle de contrôle de la machine à mille-pattes, leur guide les suivant, puis lorsque la porte se referma brusquement, l'opérateur de la chose tira et tourna le bouton qu'il tenait et la longue machine se précipita vers l'avant avec une douceur et une vitesse étonnantes.

En un instant, il fut hors du bâtiment et dans la faible lumière du soleil d'une large rue pavée de métal. Autour d'eux s'étendait une ville martienne, vue par leurs yeux avides pour la première fois. C'était une ville dont les structures étaient des cônes de métal géants comme celui d'où ils venaient d'arriver, bien qu'aucun ne paraisse aussi grand que celui-là, titanesque. Des foules de Martiens crocodiliens hideux allaient et venaient activement dans les rues, tandis que parmi eux il y avait un nombre sabordé et flashé de machines à mille-pattes.

Alors que leur étrange véhicule filait, Randall vit que les structures en forme de cône étaient pour la plupart divisées en plusieurs niveaux, et qu'à l'intérieur de certains on pouvait entrevoir des rangées de grands mécanismes et des Martiens pressés qui les s'occupaient. Au loin, à leur droite, à travers la vaste forêt de cônes qu'était la ville, le petit disque du soleil brillait, et il aperçut dans cette direction un terrain plus élevé couvert d'un vaste enchevêtrement de jungle cramoisie brillante. qui s'élevait d'un grand cours d'eau à demi entrevu.

Le Martien à côté d'eux vit la direction de son regard et se pencha vers lui. "Aucun Martiens ne vit là-bas," siffla-t-il lentement. "Les Martiens ne vivent que dans les villes où les canaux se rejoignent."

"Alors il n'y a pas de vie dans ces jungles pourpres ?" demanda Randall, répétant la question un instant plus tard plus lentement.

"Pas de Martiens là-bas, mais de la vie, des êtres vivants", lui dit l'autre, cherchant ses mots. "Mais pas intelligent, comme les Martiens et vous."

Il se tourna pour regarder devant lui, puis pointa. "Le cône du maître martien," siffla-t-il.

Les trois virent qu'au bout de la large rue métallique dans laquelle leur véhicule roulait, se dressait une autre structure conique titanesque, entièrement aussi grande que la puissante dans laquelle ils se trouvaient pour la première fois. Alors que la machine à mille-pattes se dirigeait vers sa grande ouverture de porte et s'arrêtait, ils descendirent jusqu'au dallage métallique puis suivirent leur guide reptilien à travers l'ouverture.

Ils se retrouvèrent dans une grande salle dans laquelle des dizaines de Martiens allaient et venaient. Au bout du couloir se tenait une rangée de ce qui ressemblait à des gardes, des Martiens agrippant des tubes brillants tels qu'ils en avaient déjà entrevus. Ceux-ci cédèrent pour permettre leur passage quand leur conducteur poussa un ordre sifflant, et alors ils se déplaçaient dans une salle plus courte à l'extrémité de laquelle se trouvaient également des gardes. Alors que ceux-ci s'écartaient devant eux, une grande porte de métal massif qu'ils gardaient s'ouvrit doucement vers le haut, révélant un puissant hall circulaire ou une pièce à l'intérieur. Leur guide crocodilien se tourna vers eux.

"La salle du Maître Martien," siffla-t-il.

Ils passèrent à l'intérieur avec lui. La grande salle semblait s'étendre vers le haut jusqu'à la pointe du cône géant, une fine lumière descendant d'une ouverture là-bas. Sur le métal terne de ses murs menaçants couraient des frises de métal plus léger, des représentations grotesques de formes reptiliennes qu'ils ne pouvaient que vaguement entrevoir. Autour des murs se tenaient rang après rang des gardes.

Au centre de la salle se trouvait un dias bas, et en demi-cercle autour et derrière lui se dressaient une demi-centaine de grandes formes de crocodiliens. Randall devina même à l'instant qu'ils étaient le conseil dont leur chef s'était nommé membre. Mais comme Milton et Lanier, il n'avait d'yeux dans ce premier instant que pour l'estrade elle-même. Car c'était le maître martien.

Randall entendit Milton et Lanier s'étouffer avec l'horreur qui secoua son propre cœur et son cerveau alors qu'il regardait. Ce n'était pas simplement une autre grande forme de crocodilien qui était assise sur cette estrade. C'était une chose monstrueuse formée par la réunion de trois des grands corps reptiliens ! Trois corps distincts ressemblant à des crocodiles assis rapprochés sur un siège en métal, qui n'avaient qu'une seule grosse tête. Une grande et grotesque tête de crocodilien bombée vers l'arrière et de chaque côté, et qui reposait sur les trois cous épais et courts qui s'élevaient du triple corps ! Et cette tête, cette chose à trois corps, était vivante, ses yeux fixes fixant les trois hommes !

Le maître martien ! Randall sentit son cerveau tournoyer alors qu'il regardait cette chose bouleversante. Le Maître martien, cette grosse tête à trois corps ! La raison a dit à Randall, alors même qu'il s'efforçait de rester sain d'esprit, que la chose n'était que logique, que même sur terre les biologistes avaient formé des créatures à plusieurs têtes par chirurgie, et que les Martiens l'avaient fait pour se combiner en une seule grande tête, un seul grand cerveau, les cerveaux de trois corps. La raison lui a dit que le grand cerveau triple à l'intérieur de cette tête bombée avait besoin des courants sanguins des trois corps pour le nourrir, devait être un intellect géant en effet, un digne d'être le maître martien suprême. Mais la raison ne pouvait vaincre l'horreur qui l'étouffait alors qu'il regardait la chose affreuse.

Une voix sifflante résonnant devant lui lui fit prendre conscience que le maître martien parlait.

"Vous êtes les êtres terrestres avec lesquels nous avons communiqué et à qui nous avons demandé de construire un émetteur et un récepteur de matière sur terre ?" demanda la voix lente. « Vous êtes venu sain et sauf sur Mars grâce à cette station ?

"Nous sommes arrivés sains et saufs." La voix de Milton était secouée et il ne pouvait trouver d'autres mots.

"C'est bien. Depuis longtemps nous désirions faire construire une telle station sur la terre, car avec elle, il est facile de faire des allers-retours entre les deux mondes. Vous êtes donc venu pour apprendre de ce monde et en rapporter ce que tu apprends à tes courses ?"

"C'est pourquoi nous sommes venus." dit Milton, plus calmement. "Nous voulons ne rester que quelques heures lors de cette première visite, puis revenir sur terre au fur et à mesure de notre arrivée."

Les yeux affreux du chef semblaient les considérer. "Mais quand avez-vous l'intention d'y retourner ?" demanda sa voix étrange. "A moins que celui de votre station terrienne n'ait son récepteur en marche au bon moment, vous allez simplement clignoter sans fin alors que les ondes radio seront annihilées."

Milton trouva le courage de sourire. "Nous sommes partis de la terre à minuit exactement, et à minuit exactement vingt-quatre heures terrestres plus tard, nous devons revenir en arrière et le récepteur nous attendra."

Il y eut un silence quand il eut dit cela, un silence qui sembla à l'esprit tendu de Randall être devenu soudainement tendu, sinistre. La grande créature à trois corps devant eux les considéra à nouveau, ses yeux se déplaçant sur eux, et quand elle reprit la parole, les mots sifflants vinrent très lentement.

« Vingt-quatre heures terrestres », disait-il ; "et alors votre récepteur sur terre vous attendra. Ce temps, nous pouvons le mesurer à l'instant, et c'est bien. Car ce ne sont pas vous trois êtres terrestres qui reviendrez sur terre quand ce moment viendra ! Ce seront des Martiens , la première de nos masses martiennes qui attend ce moment depuis des lustres et qui commencera alors notre conquête de la terre !

« Oui, êtres de la Terre, notre grand plan touche enfin à sa fin ! Enfin ! D'âge en âge, emprisonnés sur ce monde aride et mourant, nous avons désiré la terre qui, par droit de pouvoir, sera la nôtre, nous avons cherché des âges pour communiquer avec ses êtres. Vous nous avez finalement entendus, vous nous avez écoutés, vous avez construit la station de transmission et de réception de matière sur terre qui était la seule chose nécessaire à notre plan. Car lorsque le récepteur de matière de cette station est allumé dans vingt-quatre de vos heures, et prêt à recevoir d'ici des éclairs de matière, ce sera le premier de nos millions qui éclatera enfin sur terre !

"Moi, le Maître Martien, je le dis. Les premiers à partir saisiront ce récepteur de matière sur terre lorsqu'ils y apparaîtront pour la première fois, construiront d'autres récepteurs plus grands, et à travers eux, en quelques jours, toutes nos hordes martiennes auront été projetées sur terre. Aurons-nous déversé dessus et vaincu avec nos armes vos faibles races d'êtres terrestres, qui ne peuvent pas se tenir devant nous, et dont vous avez enfin livré le monde entre nos mains !

Pendant un moment, lorsque la voix sifflante du grand monstre eut cessé, Milton, Randall et Lanier le regardèrent comme pétrifiés, toute la scène surnaturelle tournant autour d'eux. Et puis, à travers l'épais silence, le son ténu de la voix de Milton :

« Notre monde – notre terre – livré aux Martiens, et par nous ! Dieu – non !

Avec ce dernier cri de compréhension angoissée et d'horreur, Milton fit ce que personne n'avait sûrement attendu dans la grande salle, bondit sur l'estrade d'un seul bond vers le Maître Martien ! Randall entendit une centaine de sifflements sauvages s'échapper autour de lui, vit les formes crocodiliennes des gardes et du conseil se précipiter alors même que lui et Lanier s'élançaient après Milton, puis aperçut des tubes brillants nivelés à partir desquels des brillants des rayons de lumière ou de force pourpre éblouissante pointaient vers eux !

Pour Randall, le moment qui a suivi n'était qu'un flash et un tourbillon d'action d'une fraction de seconde. Alors que ses muscles terrestres l'emmenaient avec Lanier après Milton dans un grand saut vers l'estrade, il était conscient des rayons rouges brillants qui poignardaient derrière lui de près, et savait que seule la taille énorme de son saut l'avait fait passer devant eux. L'instant suivant, il fut mis au courant de ce à quoi il avait échappé, car les rayons lâchés à la hâte frappèrent carrément un groupe de trois ou quatre gardes martiens se précipitant vers l'estrade du côté opposé, et ils disparurent de la vue avec une détonation aiguë comme si cliqué sur l'existence!

Randall ne devait pas savoir alors que les rayons rouges étaient ceux qui anéantissaient la matière en neutralisant ou en atténuant les vibrations de la matière dans l'éther. Mais il savait qu'il n'y avait plus de rayons déchaînés, car à ce moment-là, lui, Milton et Lanier étaient sur l'estrade et étaient enveloppés dans un combat d'ouragan avec les gardes qui s'étaient précipités entre eux et le maître martien.

Des crocs brillants - des formes à grandes écailles - atteignant des serres - tout cela n'était qu'une fantasmagorie sauvage de formes grotesques tournoyant autour de lui alors qu'il frappait de toute la puissance de ses muscles terrestres et sentait des formes de crocodiliens tituber et descendre sous ses coups frénétiques. Il entendit le rugissement d'un fusil automatique près de lui dans la mêlée alors que Milton se souvenait enfin à travers la brume rouge de sa fureur de l'arme qu'il portait, mais avant que Randall ou Lanier ne puissent atteindre leurs propres armes, une nouvelle vague de formes crocodiliennes s'était déversée sur lui. eux qui, à force de pression, les tenaient impuissants, à désarmer.

Des ordres sifflés retentirent, les bras et les jambes des trois furent fermement saisis par de grandes pattes griffues, et les masses de Martiens autour d'eux fondirent de l'estrade. Tenus chacun par deux grandes créatures, Milton et Randall et Lanier affrontèrent à nouveau le maître martien à trois corps, qui dans tout ce moment de lutte sauvage ne semblait pas avoir changé de position. Les yeux noirs du grand monstre les regardaient fixement.

"Vous, les êtres de la Terre, semblez avoir une intelligence inférieure même à ce que nous pensions," les informa sa voix sifflante. "Et ces armes - rudimentaires, très rudimentaires."

Milton, le visage figé, répondit : « Il se peut que vous trouviez des armes humaines d'une certaine puissance si vos hordes atteignent la terre », dit-il.

"Mais qu'est-ce qui se compare à la puissance de la nôtre?" demanda froidement l'autre. "Et puisque nos scientifiques conçoivent même maintenant de nouvelles armes pour anéantir les races terrestres, je pense qu'ils seraient heureux d'avoir trois de ces races à expérimenter maintenant. Le seul usage que nous pouvons faire de vous, certainement."

La créature tourna un peu sa tête bombée vers les gardes qui retenaient les trois hommes, et poussa un bref sifflement. Instantanément, les six Martiens, les saisissant fermement, les firent traverser la grande salle et franchir une porte différente de celle par laquelle ils étaient entrés.

Ils ont été emmenés dans un couloir étroit qui tournait brusquement deux fois au fur et à mesure qu'ils avançaient. Randall vit qu'elle était éclairée par des carrés incrustés dans les murs qui brillaient d'une lumière cramoisie. Elle lui vint alors qu'ils marchaient cette nuit-là sur la cité martienne du dehors, puisque le soleil s'était couché quand ils l'avaient traversé dans la machine à mille-pattes.

À travers ce qui semblait une antichambre, ils furent emmenés, puis dans un long couloir immédiatement reconnaissable comme un laboratoire. Il y avait de nombreux carrés lumineux qui l'illuminaient, et des fenêtres étroites hautes dans le mur leur donnaient un aperçu de la ville à l'extérieur, un motif de lumières cramoisies. De longues tables et étagères en métal remplissaient le fond de la grande pièce, tandis que le long des murs étaient alignés des mécanismes brillants d'apparence étrange et grotesque. Une vingtaine de martiens crocodiliens étaient occupés dans la pièce, certains concentrés sur leur travail aux étagères et aux tables, d'autres faisant fonctionner certaines des étranges machines.

Les gardes conduisirent les trois dans un espace ouvert près du mur, sous l'une des hautes ouvertures des fenêtres et entre deux grands mécanismes cylindriques. Puis, tandis que cinq d'entre eux retenaient les trois hommes emprisonnés dans cet espace par la menace de leurs tubes à rayons nivelés, l'autre se dirigea vers l'un des scientifiques martiens occupés et eut avec lui un bref échange de paroles sifflantes.

Milton se pencha pour chuchoter aux deux autres : « Il faut qu'on s'en sorte pendant qu'on est encore en vie », chuchota-t-il. "Vous avez entendu le maître martien - en construisant ce récepteur de matière sur terre, nous avons ouvert une porte par laquelle tous les millions de martiens se déverseront sur notre monde!"

"C'est inutile, Milton," dit sourdement Randall. "Même si nous nous débarrassions de cela, les Martiens seront à leur émetteur de matière en hordes quand viendra le moment de revenir sur terre."

"Je le sais, mais nous devons essayer," insista l'autre. "Si nous ou certains d'entre nous pouvions nous dégager de cela, nous pourrions d'une manière ou d'une autre nous cacher près du transmetteur de matière jusqu'à ce que le moment vienne, puis nous battre pour cela."

"Mais comment sortir des mains de ceux-ci, même?" demanda Lanier en désignant de la tête les gardes vigilants devant eux.

"Il n'y a qu'un seul moyen," chuchota vivement Milton. "Nos muscles terrestres nous permettraient, je pense, de franchir cette ouverture de fenêtre au-dessus de nous en un bond, si nous avions un instant de chance. Eh bien, celui d'entre nous qu'ils prennent pour expérimenter ou examiner en premier, doit lutter ou perturbation qui détournera l'attention des gardes pendant un moment et donnera aux deux autres une chance de tenter l'expérience !"

"Un pour rester et les deux autres pour s'en aller..." dit lentement Randall ; mais le murmure tendu de Milton l'interrompit :

« C'est le seul moyen, et encore mille chances contre une ! Mais c'est nous qui avons ouvert cette porte à l'invasion martienne de notre monde et c'est nous qui devons… »

Avant qu'il ne puisse finir, l'approche de voix sifflantes leur indiqua que le chef des six gardes et le Martien qui semblait être le chef des expérimentateurs dans la salle s'approchaient d'eux. Les trois hommes restèrent silencieux et tendus alors que les deux monstres crocodiliens s'arrêtaient devant eux. Le savant, qui portait dans sa ceinture de métal, au lieu d'un tube à rayons, une mallette compacte d'instruments, les examina comme par curiosité.

Il s'approcha, ses rapides yeux reptiliens observant avec un intérêt évident chaque trait de leur apparence corporelle. Intuitivement les trois savaient que l'un d'eux devait être choisi pour une première enquête par les scientifiques martiens, et que celui-là n'aurait même pas le mince espoir d'évasion ouvert aux deux autres. Une étrange loterie de la vie et de la mort !

Randall vit le regard de la créature passer de l'un à l'autre, puis entendit le sifflement de sa voix alors qu'il pointait une patte griffue vers Milton. Instantanément, deux des gardes avaient saisi Milton et l'avaient jeté hors du mur, les autres gardes retenant Randall et Lanier avec des tubes menaçants. C'était sur Milton que le choix fatal était tombé !

Randall et Lanier ont fait ensemble un demi-mouvement en avant, mais Milton, un message tendu dans ses yeux, les a forcés à reculer. Les gardes qui retenaient le physicien le conduisirent, sous la direction du savant martien, vers un grand cadre vertical à l'extrémité de la salle, sur lequel étaient groupés une vingtaine de cadrans indicateurs. De ces cordons flexibles ont conduit; et maintenant les scientifiques ont commencé à les attacher par des clips à divers endroits du corps de Milton. Un examen mécanique de ses caractéristiques corporelles devait apparemment être fait. Milton lança soudain un coup d'œil aux deux près du mur, et sa tête hocha la tête dans un signal presque imperceptible. Les muscles de Lanier et Randall se tendirent.

Puis, brusquement, Milton parut devenir fou. Il a crié à haute voix d'une voix terrible, et au même moment lui a arraché les cordes qu'il venait d'attacher, ses poings frappant alors les Martiens stupéfaits qui l'entouraient. Alors qu'ils s'éloignaient de cette soudaine explosion d'activité et de bruit de la part de Milton, les gardes devant Randall et Lanier se précipitèrent instinctivement un instant vers elle. Et à cet instant, les deux avaient bondi.

Ce fut vers le haut qu'ils sautèrent, de toute la force de leurs muscles terrestres, vers la grande fenêtre s'ouvrant à une demi-douzaine de pieds dans le mur au-dessus d'eux. Comme des ressorts d'acier libérés, ils s'assirent, et Randall entendit le bruit de leurs pieds lorsqu'ils heurtèrent le rebord de l'ouverture, entendit des cris sauvages venant soudainement de dessous eux, alors que les gardes se retournaient vers eux. Des rayons cramoisis s'élevaient comme une lumière vers eux, mais la surprise de l'instant avait suffi, et en elle ils avaient sauté par l'ouverture, dans la nuit extérieure !

Alors qu'ils tiraient vers le bas et frappaient le dallage métallique à l'extérieur, Randall a entendu un babillage sauvage de cris à l'intérieur. Un instant, Lanier et lui regardèrent frénétiquement autour d'eux, puis coururent à grands bonds le long de la base de l'immeuble dont ils venaient de s'échapper.

Dans l'obscurité de la nuit, la cité martienne s'étendait sur leur droite, ses massives structures coniques sombres soulignées par des points de lumière rougeoyante ici et là dessus. À côté, les rues métalliques de la ville étaient illuminées par le brillant champ d'étoiles au-dessus de nos têtes et par la douce lumière des deux lunes, l'une beaucoup plus grande que l'autre, qui se déplaçaient parmi ces étoiles.

Le long de la rue, des Martiens crocodiliens allaient et venaient toujours, bien qu'en petit nombre, il n'y en avait que peu en vue dans la longueur de la rue faiblement éclairée. Lanier pointa vers l'avant alors qu'ils sautaient en avant.

« Tout droit, Randall ! il a sursauté. "Il semble qu'il y ait moins de Martiens par ici !"

"Mais le grand cône de la matière-station est dans l'autre sens !" s'exclama Randall.

"Nous ne pouvons pas risquer d'y arriver maintenant!" cria l'autre. "Nous devons nous tenir à l'écart d'eux jusqu'à ce que l'alarme soit passée. Vous les entendez maintenant ?"

Car alors même qu'ils bondissaient en avant, une clameur montante de cris sifflants et de précipitations de pas venait de derrière alors que des dizaines de Martiens se déversaient dans l'obscurité depuis le grand bâtiment conique. Les deux fugitifs étaient alors passés de l'ombre de la puissante structure, et alors qu'ils couraient le long de la large rue métallique vers l'ombre du prochain cône, à travers la lumière des lunes au-dessus, ils entendirent des cris plus aigus et aperçurent alors des puits étroits de force cramoisie fendant la nuit autour d'eux.

Randall, alors que les rayons mortels passaient devant lui, entendit le faible bruit de détonation produit par leur destruction de l'air sur leur chemin et l'afflux d'air nouveau. Mais dans le clair de lune brumeux et incertain, les rayons ne pouvaient être dégagés avec précision, et avant qu'ils ne puissent être balayés latéralement pour anéantir les deux hommes en fuite, ils avaient gagné, d'un dernier grand bond, l'ombre du bâtiment voisin.

Ils continuèrent à courir, le fracas de la poursuite martienne devenant plus bruyant derrière eux. Randall entendait Lanier haleter à chaque grand saut, et se sentait à chaque respiration un couteau de douleur transpercer ses poumons, l'atmosphère raréfiée de la planète rouge faisant des ravages. De nouveau dans l'obscurité derrière eux, les rayons cramoisis jaillirent, mais cette fois ils étaient loin de leur cible.

À chaque instant, la clameur de la poursuite semblait s'intensifier, l'alarme se répandant sur la cité martienne et la réveillant. Alors qu'ils couraient passé cône après cône, Randall savait que même la puissance accrue de leurs muscles ne pourrait pas les aider longtemps contre l'épuisement que l'air raréfié leur imposait. Ses pensées tournèrent un instant vers Milton, dans le laboratoire derrière, puis revinrent à leur propre situation désespérée.

Brusquement des formes apparurent dans la lumière brumeuse devant eux ! Un groupe de trois grands martiens, des formes reptiliennes qui venaient vers eux et s'étaient arrêtés un instant d'étonnement à la vue du duo en train de courir. Ils n'eurent pas le temps de s'arrêter, d'échapper aux trois, et d'un instinct mutuel Lanier et Randall saisirent ensemble le dernier expédient qui s'offrait à eux. Ils coururent droit vers les trois stupéfaits, et lorsqu'ils furent à une vingtaine de mètres d'eux, bondirent de toutes leurs forces vers le haut et vers eux, leurs corps tendus volant dans les airs avec les pieds tendus devant eux.

Puis ils avaient frappé le groupe de trois avec les pieds en avant, et avec l'impulsion de ce grand saut les avaient jetés de côté et d'autre, tandis que d'un effort suprême les deux gardaient leur équilibre et sautaient dessus. Les cris des trois s'ajoutèrent au vacarme derrière eux alors qu'ils se jetaient en avant.

Ils se sont précipités devant un dernier bâtiment en forme de cône pour s'arrêter un instant dans la stupéfaction totale malgré la poursuite imminente. Avant eux, il n'y avait plus de rues et de structures, mais un immense cours d'eau fluide ! Il brillait au clair de lune et se trouvait à angle droit sur leur chemin, semblant couler le long du bord de la ville martienne.

« Un canal ! s'écria Lanier. "C'est l'un des canaux qui se rejoignent dans cette ville et la contournent ! Nous sommes piégés, nous avons atteint les limites de la ville !"

"Pas encore!" Randall haleta. "Voir!"

Alors qu'il montrait la gauche, Lanier y jeta un coup d'œil ; puis tous deux couraient dans cette direction, le long du pavé de métal lisse qui bordait le puissant canal. Ils arrivèrent à ce que Randall avait vu, une puissante arche métallique qui s'élevait au-dessus de la voie navigable de son côté opposé. Un pont !

Ils étaient dessus, ils gravissaient la pente douce de celle-ci. Randall jeta un coup d'œil en arrière alors qu'ils atteignaient le sommet de l'arche. De cette hauteur, la ville s'étendait loin derrière eux, une dentelle de lumières cramoisies dans la nuit. Il entrevit la lueur de la voie navigable géante qui encerclait complètement la ville, alimentée par d'autres canaux venus de loin qui s'y déversaient, l'approvisionnement en eau vitale de la grande ville apportée ainsi de la fonte des neiges polaires de ce monde.

Il y avait aussi des lumières mouvantes derrière, maintenant, se déversant sur le dallage métallique au bord de la voie navigable, allant et venant comme dans la confusion, avec un babillage de cris sifflants. Ce n'est que lorsque Randall et Lanier ont descendu la pente descendante du grand pont en arc que les lumières et les cris de leurs poursuivants ont commencé à monter sur ce pont après eux.

En courant sur la voie douce du pont, les deux se sont retrouvés à trébucher dans l'obscurité sur plus de pavage métallique, puis sur un sol mou. Il n'y avait ni lumières, ni bâtiments, ni bruits d'aucune sorte de l'autre côté de la grande voie navigable. Un grand mur sombre sembla soudainement surgir de l'obscurité à une certaine distance devant les deux.

"La jungle cramoisie !" Randall a pleuré. "La jungle que nous avons aperçue depuis la ville ! C'est une chance de se cacher !"

Ils coururent vers la noirceur protectrice de ce mur de végétation. Ils l'atteignirent, se précipitèrent à l'intérieur, juste au moment où les Martiens poursuivants, une masse de formes de crocodiliens en course et de grandes machines à mille-pattes de course, balayaient l'arche du pont derrière. Un instant, les deux s'arrêtèrent dans l'abri de la végétation épaisse, à bout de souffle, puis avancèrent dans l'obscurité plus dense de la jungle.

Autour d'eux et loin au-dessus d'eux s'élevaient les masses d'arbres étranges et la vie végétale à travers laquelle ils ont fait leur chemin. Randall ne pouvait voir que vaguement la nature de ces formes végétales, mais pouvait distinguer qu'elles étaient d'apparence grotesque et surnaturelle, toutes sans feuilles, et avec des masses de vrilles minces se ramifiant à partir d'elles au lieu de feuilles. Il se rendit compte que c'était seulement à côté des grands canaux de la planète aride que cette profusion de vie végétale avait suffisamment d'humidité pour l'existence, et que c'étaient les larges bandes de jungle bordant les canaux qui avaient rendu ces derniers visibles aux astronomes terrestres.

Lanier et lui s'arrêtèrent un moment pour écouter. L'épaisse jungle qui les entourait semblait assez silencieuse. Mais de derrière lui venait un vague tumulte d'appels sifflants ; puis, alors qu'ils apercevaient des éclairs rouges loin derrière, ils entendirent le fracas de grandes masses d'arbres sans feuilles.

"Les rayons !" murmura Lanier. "Ils traversent la jungle avec eux et les machines à mille-pattes après nous!"

Ils ne s'arrêtèrent plus, mais poussèrent à travers les épaisses excroissances avec une urgence renouvelée. De temps en temps, alors qu'ils traversaient de petites clairières, Randall apercevait au-dessus de leur tête la lune la plus proche qui se déplaçait rapidement et la lune plus éloignée de Mars qui naviguait plus lentement, se déplaçant à travers les étoiles stables. Dans certaines de ces clairières, ils virent aussi d'étranges grandes ouvertures creusées dans le sol comme par un animal étrange.

La clameur fracassante des Martiens battant la jungle derrière eux se rapprochait, de plus en plus, et alors qu'ils approchaient encore d'une autre clairière brumeuse, Lanier s'arrêta, le visage blanc et tendu.

"Ils se rapprochent de nous !" il a dit. "Ils nous traquent en battant la jungle avec ces machines à mille-pattes, et même si nous leur échappons, nous nous éloignons à chaque instant de la ville et de la station-matière !"

Les yeux de Randall parcouraient désespérément la clairière ; puis, comme ils tombaient sur un groupe de grandes ouvertures creusées qui semblaient présentes partout autour d'eux, il poussa une exclamation.

"Ces trous ! Nous pouvons nous cacher dans un jusqu'à ce qu'ils soient passés au-dessus de nous, puis voler jusqu'à la ville !"

Les yeux de Lanier s'illuminèrent. « C'est une chance !

Ils s'élancèrent vers les ouvertures. Ils mesuraient chacun environ quatre pieds de diamètre, s'étendant indéfiniment vers le bas comme s'il s'agissait de bouches de tunnels. Au bout d'un moment, Randall s'y abaissa, Lanier après lui. Ils trouvèrent que le tunnel dans lequel ils se trouvaient s'incurvait d'un côté à quelques pieds sous la surface. Ils rampèrent dans cette courbe jusqu'à ce qu'ils soient hors de vue de l'ouverture au-dessus. Ils se sont accroupis en silence, puis, écoutant.

Là leur parvenait la clameur sourde et lointaine des machines à mille-pattes qui s'écrasaient dans la jungle, se frayant un chemin avec des rayons, leur clameur devenant de plus en plus forte. Puis Randall, qui était le plus bas dans le tunnel, se retourna soudainement lorsqu'un étrange bruissement lui parvint sous lui. C'était comme si quelque chose rampant ou rampant se déplaçait dans le tunnel en dessous d'eux !

Il saisit le bras de Lanier, à côté et un peu au-dessus de lui, pour l'avertir, mais les mots qu'il allait chuchoter ne furent jamais prononcés. Car à ce moment, une grande chose vivante informe sembla jaillir vers eux à travers l'obscurité par en dessous, des tentacules froides semblables à des cordes les agrippèrent étroitement ; et puis en un instant ils furent entraînés irrésistiblement dans les profondeurs du tunnel sans lumière !

Alors qu'ils étaient tirés rapidement vers le bas dans le tunnel par les tentacules qui les agrippaient, un cri d'horreur involontaire retentit de la part de Randall et de Lanier. Ils se tordaient frénétiquement dans l'étreinte froide qui les retenait, mais la trouvaient de la qualité de l'acier. Et alors que Randall s'y tordait pour frapper frénétiquement à travers l'obscurité tout ce qui les retenait, son poing fermé rencontra le froid. peau lisse d'une grande créature au corps mou !

En bas, en bas, sans remords, ils étaient entraînés plus loin dans les profondeurs noires du tunnel par la grande chose rampant en dessous d'eux. Encore et encore, les deux se sont tordus et ont frappé, mais n'ont pas pu ébranler sa prise. Dans l'épuisement, ils cessèrent de se débattre, entraînés impuissants plus bas.

Était-ce des minutes ou des heures, se demanda Randall par la suite, de cet horrible progrès vers le bas, qui s'écoula avant qu'ils n'aperçoivent la lumière en dessous ? Il s'agissait d'une lueur faible, à peine perceptible, et alors qu'ils descendaient encore, il vit qu'elle était causée par le tunnel traversant une couche de roche radioactive qui dégageait une faible lumière. Dans cette lumière, ils entrevoyaient pour la première fois l'horreur qui les entraînait vers le bas.

C'était une énorme créature ver! Une chose comme un ver d'angle géant, trois pieds ou plus d'épaisseur et trois fois plus long, son grand corps doux et froid et semblable à un ver. De l'extrémité la plus proche d'eux sortaient deux longs tentacules avec lesquels il avait saisi les deux hommes et les traînait dans le tunnel après lui ! Randall aperçut également une ouverture buccale à l'extrémité tentaculaire du corps du ver, et deux marques cicatricielles au-dessus, placées comme des yeux, bien que la chose monstrueuse n'en avait pas.

Mais un instant, ils l'aperçurent, puis se retrouvèrent dans l'obscurité alors que le tunnel traversait les strates radioactives et plus bas. L'horreur de l'aperçu de ce moment, cependant, les fit frapper dans une répulsion aveugle, mais sans relâche la créature les traîna après elle.

"Dieu!" C'était le cri haletant de Lanier alors qu'ils étaient traînés. "Ce ver monstre, nous sommes à des centaines de mètres sous la surface !"

Randall a cherché à répondre, mais sa voix s'est étouffée. L'air autour d'eux était fermé et humide, avec une odeur terreuse irrésistible. Il sentit la conscience le quitter.

Une lueur de lumière douce - ils passaient devant d'autres taches radioactives. Il sentit les luttes sauvages et convulsives de Lanier contre la chose ; et puis, soudain, le tunnel se termina, débouchant dans une vaste cavité au plafond bas. Il était faiblement éclairé par des taches radioactives ici et là dans les murs et le plafond, et alors que le monstre qui les retenait s'arrêtait en entrant dans la cavité, Randall et Lanier se trouvaient dans son emprise et regardaient l'endroit étrange avec une horreur intensifiée.

Car il grouillait d'innombrables monstres vers ! Tous ressemblaient à celui qui les tenait, de longs corps de vers épais avec des tentacules saillants et des visages noirs sans yeux. Ils rampaient dans cette caverne loin sous la surface, grouillant en hordes les uns autour des autres, entrant et sortant de cet endroit horrible à partir d'innombrables tunnels qui montaient et descendaient de là !

Un monde de monstres vers, sous la surface des jungles martiennes ! Alors que Randall regardait fixement cette grotte d'horreur grouillante et faiblement éclairée, physiquement malade à sa vue, il se souvint des innombrables ouvertures de tunnel qu'ils avaient aperçues dans leur vol à travers la jungle, et se souvint de la remarque du Martien qui les avait d'abord guidés à travers la ville, qui dans les jungles étaient des êtres vivants, en quelque sorte. C'étaient les choses, des monstres de vers dont les réseaux impensables de tunnels et de terriers formaient sous la surface un véritable monde de vers !

« Randall ! » C'était la grosse exclamation de Lanier. « Randall… ces cicatrices sur leurs… visages… tu vois… ?

"Voir?"

"Ces marques ! Ces créatures ont eu des yeux autrefois mais ont dû être forcées ici par les Martiens. Celles-ci ont peut-être été - il y a des siècles - humaines !"

A cette pensée, Randall sentit l'horreur submerger ses sens. Il savait que le grand monstre ver qui les tenait les entraînait dans la caverne, que d'autres des essaims s'y pressaient autour d'eux, les tâtant aveuglément de leurs tentacules, aidant à les entraîner vers l'avant.

À moitié portés et à moitié traînés, ils avançaient, des dizaines de tentacules les retenant maintenant, de grandes formes de vers rampant vers l'avant de tous côtés et les accompagnant le long de la caverne. Il a aperçu des monstres de vers ici et là émergeant des tunnels ascendants avec des masses de plantes étranges à leur portée que d'autres dévoraient aveuglément. Ses sens étaient ébranlés par l'air suffocant, la grande cavité n'ayant qu'une vingtaine de pieds de hauteur, creusée dans la terre humide par ces innombrables choses.

La lumière faible et étrange des taches radioactives lui montra qu'elles approchaient de la fin de la caverne. Des tunnels s'ouvraient de son extrémité comme de tous ses murs et de son sol, et dans l'un Randall fut entraîné par les créatures, une devant et une derrière, le saisissant, et Lanier étant amené derrière lui de la même manière. Dans le tunnel proche, l'air lourd était mortel, et il n'était qu'en partie conscient quand, après avoir rampé quelques instants le long de celui-ci, il se sentit entraîné dans une autre caverne.

Cette cavité aux murs de terre, cependant, semblait s'étendre plus loin que la première, quoique de la même hauteur que la première et avec quelques taches éclairantes radio-actives. Dedans bouillonnaient et fourmillaient littéralement des centaines de centaines de monstres vers, une mer de grands corps rampants. Randall et Lanier s'aperçurent qu'on les emmenait et les traînait maintenant vers l'extrémité la plus éloignée de cette plus grande cavité.

Alors qu'ils s'en approchaient, poussant à travers les créatures grouillantes qui les palpaient avec des tentacules curieux alors que leurs ravisseurs les emmenaient en avant, les deux hommes virent qu'une grande forme se profilait dans la faible lumière au fond de la grotte. En quelques instants, ils furent assez proches pour en discerner la nature, et une horreur et une crainte les remplirent à sa vue plus intense qu'ils n'en avaient encore ressentie.

Car la forme imminente était une énorme image en terre ou une statue de ver ! Il a été façonné avec une grossièreté enfantine de la terre solide, une forme de ver de terre géant dont le corps s'enroulait à travers l'extrémité de la grotte et dont la tête tentaculaire ou l'extrémité avant était élevée vers le toit de la cavité. Devant cette horrible forme de terre se trouvait une section du sol de la grotte plus haute que le reste, et dessus un grand bloc de terre rectangulaire de forme grossière.

"Lanier—cette forme !" chuchota Randall dans son horreur. "Cette image de terre, faite par ces créatures, c'est le dieu ver qu'ils se sont fait !"

"Un dieu ver !" répéta Lanier, regardant vers elle alors qu'ils étaient traînés plus près. "Alors ce bloc..."

« Son autel ! s'exclama Randall. "Ces choses ont une faible étincelle d'intelligence ou de mémoire ! Ils nous ont amenés ici pour..."

Avant qu'il ne puisse terminer, les tentacules des monstres vers qui les entouraient les avaient entraînés sur le sol surélevé à côté du bloc, sous la forme de ver de terre qui se profilait. Là, ils en aperçurent pour la première fois dans la faible lumière un autre qui se tenait là, serré par les tentacules de deux monstres vers. C'était un Martien !

La grande forme crocodilienne était apparemment un prisonnier comme eux, capturé et abattu d'en haut. Ses yeux reptiliens examinèrent rapidement Lanier et Randall alors qu'ils étaient traînés et tenus à côté de lui, mais il n'y prêta aucun autre intérêt. Pour les deux hommes, à ce moment, il semblait que sa grande forme crocodilienne était humaine, presque, tellement plus humaine que les monstres vers grotesques avant eux.

Avec une demi-douzaine de créatures tenant fermement les deux hommes et le martien, un autre grand monstre ver a rampé jusqu'au bord du plancher de terre surélevé devant l'image du dieu ver géant, puis a élevé le premier tiers de son corps épais dans les airs. À ce moment-là, la grande cavité faiblement éclairée qui s'étendait devant eux était remplie d'un nombre incalculable de monstres, s'y déversant de tous les tunnels qui s'y ouvraient d'en haut et d'en bas, l'épaississant de leurs corps grotesques à perte de vue. atteindre dans la pénombre.

Ils bouillonnaient et rampaient dans cette grande masse ; mais alors que le monstre ver sur l'élévation s'élevait, tout dans la cavité sembla soudainement se calmer. Alors la chose sans yeux dressée commença à remuer ses longs tentacules. Très lentement au début, il les agita d'avant en arrière, et lentement les masses de monstres dans la cavité, tous tournés par un certain sens vers lui, firent de même, la cavité devenant une forêt de tentacules dressés ondulant rythmiquement d'avant en arrière à l'unisson avec ceux de le meneur.

D'avant en arrière – d'avant en arrière – Randall se sentit pris dans un cauchemar torturant alors qu'il regardait les innombrables palpeurs de tentacules s'agiter ainsi d'un côté à l'autre. C'était une cérémonie, il le savait – un rite étrange, peut-être issu d'une faible mémoire, que ces monstres vers accomplissaient ainsi devant la forme imminente de leur dieu ver. Seuls les six qui détenaient les trois captifs n'ont jamais relâché leur emprise.

Toujours indéfiniment le rite étrange et insensé. À ce moment-là, l'air proche et humide de cette cavité loin sous la surface de Mars plongeait Randall et Lanier plus profondément dans une demi-conscience. Le Martien à côté d'eux n'a jamais bougé ni parlé. Les tentacules tendues du chef et de la grande horde de vers devant lui ne cessent de se balancer en rythme d'un côté à l'autre.

Randall, à moitié hypnotisé par ces tentacules qui se balançaient et mais à moitié conscient à ce moment-là, ne put qu'estimer par la suite combien de temps ce rite grotesque dura. Des heures qu'il avait dû durer, il le savait, des heures où chaque ouverture de ses yeux ne révélait que la caverne faiblement éclairée, les monstres vers qui l'emplissaient, la forêt de tentacules ondulant à l'unisson. Ce n'est que vers la fin de ces heures qu'il remarqua vaguement que les tentacules s'agitaient de plus en plus vite.

Et alors que les tentacules du chef et de la horde de vers s'agitaient de plus en plus rapidement, une atmosphère d'excitation et d'attente croissantes semblait retenir la horde. Enfin, les antennes tendues se balançaient d'avant en arrière presque trop rapidement pour que l'œil puisse les suivre. Puis brusquement le chef du ver cessa lui-même le mouvement, et tandis que la horde devant lui continuait, se retourna et rampa vers les trois captifs.

En un instant, comme en réponse à un second ordre, les deux monstres vers qui tenaient le Martien l'entraînèrent vers le grand bloc de terre devant l'image du dieu ver. Deux autres des créatures sont venues du côté, et les quatre ont rapidement étiré le plat martien sur le dessus du bloc, chacun des quatre saisissant avec leurs tentacules l'un de ses quatre membres griffus. Ils semblèrent alors hésiter, le chef du ver à côté d'eux, les tentacules de la horde s'agitant toujours rapidement.

Brusquement, les tentacules du chef s'élancèrent comme dans un signal. Il y eut un bruit sourd de déchirement, et à ce moment Randall et Lanier virent le Martien sur le bloc déchiré littéralement membre par membre par les quatre grands monstres vers qui avaient tenu ses quatre membres !

Les tentacules de la horde s'agitèrent soudainement avec une rapidité accrue et excitée à cela. Randall recula d'horreur.

« Ils nous ont amenés ici pour ça ! il pleure. "Pour nous sacrifier sur cet autel de cette façon à leur dieu ver!"

Mais Lanier aussi avait crié, consterné, en voyant cet affreux sacrifice, et tous deux se sont tendus follement contre l'étreinte des créatures du ver. Leurs luttes furent vaines, puis en réponse à un autre ordre tacite, les deux monstres qui retenaient Randall furent le traînant aussi à l'autel de terre !

Il se sentit saisi par les quatre grandes créatures autour du bloc, sentit alors qu'il luttait avec ses dernières forces qu'il était allongé sur le bloc, chacun des quatre à l'un de ses coins saisissant l'un de ses membres. Il entendit les cris fous de Lanier comme à une grande distance, aperçut alors qu'il était ainsi tenu sur son dos la grande forme du dieu ver de terre dressé au-dessus de lui, puis aperçut le chef des monstres cabré à côté de lui.

Le son sourd des tentacules ondulant rapidement de la horde lui est venu, il y a eu un moment tendu d'agonie d'attente, puis les tentacules du chef ont éclaté dans le signal!

Mais au même instant Randall sentit ses membres libérés par les quatre monstres qui les avaient tenus ! Il parut soudain une confusion sauvage dans la grande grotte. L'étrange rite s'interrompit ; la horde de monstres vers rampait frénétiquement d'un côté et de l'autre. Randall a glissé du bloc; renversé sur ses pieds.

Les monstres vers dans la grotte grouillaient vers les ouvertures du tunnel vers le bas ! Les deux captifs oubliés, les créatures affluaient en rampant, combattant des essaims vers ces ouvertures. Et puis, alors que Randall et Lanier regardaient stupéfaits, un éclair rouge est venu de l'un des tunnels ascendants et un rayon cramoisi brillant a poignardé et fauché un chemin d'annihilation dans le côté terre de la grotte !

Les deux ont entendu de grands bruits sourds d'en haut, ont vu les tunnels menant d'en haut devenir soudainement plusieurs fois plus grands alors que des rayons rouges descendaient le long d'eux pour creuser les murs du tunnel. Alors, du haut de ces tunnels élargis éclataient de longues formes brillantes, de grandes machines à mille-pattes rampant dans les tunnels que leurs rayons agrandissaient devant elles ! Et tandis que les machines à mille-pattes faisaient irruption dans la caverne, leurs rayons cramoisis poignardaient à droite et à gauche pour se frayer des chemins d'anéantissement parmi les vers.

"Les Martiens !" Lanier a pleuré. "Ils ne nous ont pas trouvés là-haut - ils savaient que nous avions dû être pris par ces choses - et ils sont descendus après nous!"

"Retour, Lanier !" cria Randall. "Vite, avant qu'ils nous voient, derrière ce..."

Pendant qu'il parlait, il secouait Lanier avec lui derrière la statue de terre menaçante du grand dieu ver. Accroupis entre la statue et le mur de la grotte, ils étaient cachés de manière précaire à la vue de ceux qui se trouvaient dans la caverne. Et maintenant, cette caverne était devenue une scène d'horreur impensable alors que les machines à mille-pattes qui s'y déversaient frappaient de leurs rayons les monstres vers qui rampaient frénétiquement.

Les monstres vers n'ont tenté aucune résistance, mais ont cherché seulement à s'échapper dans leurs tunnels descendants, et en quelques instants ceux qui n'avaient pas été capturés par les rayons avaient disparu dans les ouvertures. Mais les machines à mille-pattes, après avoir couru rapidement autour de la cavité, les suivaient, descendaient également dans ces tunnels descendants, leurs rayons soufflant devant chacun pour rendre le tunnel assez large pour qu'ils puissent les suivre.

En un instant, tous sauf un avaient disparu dans les ouvertures, le dernier ayant son front ou sa tête coincé dans l'une des ouvertures à cause de l'échec de son opérateur à faire exploser une ouverture suffisamment grande devant lui. Alors que Lanier et Randall regardaient attentivement, ils virent la porte de la salle de contrôle de la machine s'ouvrir et un Martien descendre. Il a inspecté l'ouverture du tunnel dans laquelle son véhicule était coincé, puis avec un tube à rayons à la main a commencé à désintégrer la terre autour de cette ouverture pour libérer sa machine.

Randall agrippa le bras de son compagnon. "Cette machine !" Il murmura. "Si nous pouvions le capturer, cela nous donnerait une chance de retourner à la ville - à Milton et au transmetteur de matière!"

Lanier sursauta, puis hocha rapidement la tête. "Nous allons tenter le coup," murmura-t-il. « Car nos vingt-quatre heures ici doivent être presque terminées.

Ils hésitèrent un moment, puis se glissèrent derrière la grande statue de terre. Le Martien leur tournait le dos, son attention sur la libération de son mécanisme. À travers la caverne faiblement éclairée, ils se glissèrent doucement et se trouvèrent à moins d'une dizaine de mètres du Martien lorsqu'un son le fit se retourner rapidement pour les affronter avec le tube mortel. Mais alors même qu'il tournait, les deux avaient bondi.

La force de leur saut les envoya voler à travers cette douzaine de pieds d'espace pour frapper le Martien au moment où son tube s'est nivelé. Un sifflement qu'il poussa alors qu'ils le frappaient, puis de toutes ses forces, Lanier avait saisi le corps du crocodilien et l'avait plié en arrière. Quelque chose dedans s'est cassé et le Martien s'est effondré mollement. Les deux regardèrent autour d'eux.

Rien ne montrait que l'appel du Martien avait été entendu, et après un instant de regard qui montrait la tête de la machine à mille-pattes déjà libérée, ils grimpaient dans sa salle de contrôle, fermant la porte. Randall saisit le bouton avec lequel il avait vu les machines fonctionner. Alors qu'il la tirait vers lui, la machine traversa l'ouverture du tunnel et fila doucement sur le sol de la caverne. Alors qu'il tournait le bouton, la machine tournait rapidement dans la même direction.

Il dirigea le long mécanisme vers l'un des tunnels incurvés vers le haut que les Martiens avaient agrandis en descendant. Ils y étaient presque lorsqu'une des ouvertures descendantes du tunnel jaillit dans la cavité d'une machine à mille-pattes, puis une autre, et une autre. Les Martiens, dans leurs salles de contrôle aux fenêtres transparentes, aperçurent d'un coup d'œil le crocodilien mort sur le sol, puis les trois grandes machines se précipitèrent vers celle de Randall et Lanier.

"Le Martien que nous avons tué !" Randall a pleuré. "Ils ont entendu son appel et nous poursuivent !"

« Tourne-toi vers le mur ! Lanier lui a crié. "J'ai les rayons—"

À ce moment, il y eut un déclic à côté de Randall et il aperçut Lanier tirer deux petites poignées qu'il avait trouvées, puis vit que deux rayons cramoisis poignardaient des tubes à l'avant de leur machine vers les autres alors même que leurs propres rayons revenaient. Les faisceaux qui avaient été lâchés vers eux les frôlèrent alors que Randall faisait tournoyer leur machine contre le mur, et il vit l'un des trois mécanismes d'attaque disparaître lorsque les faisceaux de Lanier le frappèrent.

Autour – en arrière – avec des mouvements instinctifs, semblables à des éclairs, il fit tournoyer leur machine à mille-pattes dans la grande caverne faiblement éclairée tandis que les deux autres bondissaient à nouveau à l'attaque. Leurs rayons filèrent à droite et à gauche pour attraper le véhicule des deux hommes dans un piège de la mort, et tandis que Randall balançait leur propre mécanisme droit devant, il aperçut à l'extrémité de la caverne le grand dieu ver de terre toujours dressé.

De chaque côté d'eux, les rayons rouges brûlaient tandis qu'ils bondissaient en avant, mais comme s'il lançait un gant de mort, Randall fit avancer la machine dans la seconde qui suivit jusqu'à ce que les deux autres se dressent de chaque côté. Puis les rayons de Lanier se dirigeaient tour à tour à droite et à gauche d'eux et les deux disparurent comme par magie lorsqu'ils furent frappés.

« Jusqu'à la surface ! cria Lanier, les yeux fixés sur le cadran lumineux de sa montre-bracelet. "Nous avons été retenus des heures ici - nous n'avons qu'une demi-heure ou plus avant minuit terrestre!"

Randall envoya à nouveau leur machine courir vers l'un des tunnels ascendants, et alors que le long mécanisme commençait à grimper doucement dans l'obscurité, il entendit Lanier agonisant à côté de lui.

"Dieu, si seulement nous avions assez de temps pour arriver à ce transmetteur de matière avant que les Martiens ne commencent à clignoter sur terre à travers lui !"

« Mais Milton ? Randall a pleuré. « Nous ne savons pas s'il est vivant ou mort ! Nous ne pouvons pas le quitter !

"Nous devons!" dit solennellement Lanier. « Notre devoir est envers la terre maintenant, mec, envers le monde que nous seuls pouvons sauver de l'invasion et de la conquête martienne ! - à moins que nous ne l'en empêchions !"

Soudain, Randall serra plus fort le bouton dans ses mains alors que la lumière apparaissait au-dessus d'eux. Ils avaient grimpé à travers le tunnel agrandi à la vitesse la plus élevée de leur machine, et maintenant que le tunnel s'incurvait, la lumière devenait plus forte. Soudain, ils émergeaient dans la faible lumière du soleil du jour martien.

Dans la jungle cramoisie qui les entourait se trouvaient de nombreux Martiens, qui allaient et venaient avec enthousiasme, et d'autres machines à mille-pattes qui se frayaient un chemin à travers les tunnels jusqu'au monde des vers en dessous.

Randall et Lanier, à bout de souffle, s'accroupirent dans la salle de contrôle aux fenêtres transparentes alors qu'ils envoyaient leur mécanisme courir à travers cette scène d'activité grouillante. Tous deux haletèrent lorsque l'une des machines à mille-pattes heurta la leur au passage, son conducteur martien se tournant pour les regarder. Mais il n'y eut aucune alarme, et en un instant ils avaient dépassé l'essaim de Martiens et de machines et se dirigeaient à travers la jungle en direction de la ville.

À travers l'étrange végétation rouge, leur mécanisme courut avec eux, Randall le maintenant à sa vitesse maximale, et en quelques minutes ils sortirent de la jungle et filèrent sur l'espace dégagé entre elle et le grand canal. Au-delà de ce canal se profilaient dans la mince lumière du soleil les cônes groupés de la puissante cité martienne, deux s'élevant au-dessus de tous les autres - le cône du maître martien et l'autre cône dans lequel se trouvaient la matière-émetteur et récepteur.

C'est vers ce dernier que Lanier a pointé. « Dirigez-vous tout droit vers ce cône, Randall, il ne nous reste que quelques minutes !

Ils s'élançaient maintenant sur la grande arche du pont métallique du canal, puis s'en échappaient doucement et le long de la large rue métallique par laquelle ils s'étaient enfuis dans l'obscurité des heures auparavant. Des martiens et des machines à mille-pattes y allaient et venaient en grand nombre, mais personne ne remarqua les formes humaines des deux accroupis dans la salle de contrôle de leur mécanisme.

Ils se précipitaient alors vers le cône menaçant du Maître Martien. Alors qu'ils passaient devant, Randall vit le visage de Lanier travailler, sentit le désir qui le déchirait comme lui-même de faire irruption à l'intérieur et de vérifier si oui ou non Milton vivait encore dans les laboratoires d'où ils s'étaient enfuis. Mais ils étaient passés devant, les visages blancs et sinistres, se précipitaient à travers la ville martienne à une vitesse imprudente vers l'autre cône puissant.

Il semblait que tous dans la grande ville se dirigeaient vers le même but, des flots de martiens crocodiliens et des masses de machines à mille-pattes brillantes remplissant les rues alors qu'ils se dirigeaient vers elle. Alors qu'ils se rapprochaient de la puissante structure, le cœur battant, ils virent qu'autour d'elle surgissait une puissante masse de Martiens et de machines. Les hordes attendant d'être libérées par le transmetteur de matière à l'intérieur sur la terre sans méfiance !

"Essayez de faire rentrer la machine à l'intérieur !" murmura Lanier d'une voix tendue. "Si nous pouvons encore détruire cet émetteur..."

Randall hocha la tête d'un air sombre. "Tiens-toi prêt aux tubes à rayons", dit-il à l'autre.

Aussi discrètement que possible, il envoya leur long mécanisme se faufiler à travers la foule immense des machines et des Martiens, vers la porte du grand cône. Accroupis, les aiguilles de leurs montres se rapprochant rapidement du douzième chiffre, ils s'avancèrent dans la longue machine. Enfin, ils franchissaient la puissante porte, à l'intérieur du cône.

Ils avançaient lentement à travers la masse de machines et de formes de crocodiles à l'intérieur, puis s'arrêta. Car au centre de la grande foule se trouvait un cercle clair de plusieurs centaines de mètres de large, et alors que Randall le regardait, son cœur sembla bondir une fois puis s'arrêter.

Au centre de ce cercle clair s'élevaient les deux chambres métalliques cubiques de la matière émettrice et réceptrice. La chambre de transmission, ont-ils vu, était inondée d'une force de bourdonnement, avec une lumière blanche se déversant de ses parois intérieures. Il fonctionnait déjà, et les masses de Martiens dans le grand cône n'attendaient que le moment de sonner où le récepteur terrestre fonctionnerait également. Ensuite, ils se déversaient dans la chambre pour être projetés en masse à travers le golfe jusqu'à la terre ! Les yeux de tous dans le cône semblaient tournés vers un mécanisme de cadran dressé à côté des chambres qui ressemblait à une horloge, et qui marquerait le moment où le premier Martien pourrait entrer dans la chambre de transmission et en sortir.

A peu de distance des deux chambres métalliques se dressait une estrade basse sur laquelle était assise la forme hideuse à trois corps du Maître Martien. Autour de lui se trouvaient les membres massifs de son conseil, attendant comme lui le début de leur invasion de la terre planifiée par l'âge. Et à côté de l'estrade se tenait une silhouette entre deux gardes crocodiliens à la vue desquels Randall oublia tout le reste.

« Milton ! Mon Dieu, Lanier, c'est Milton !

"Milton ! Ils l'ont amené ici pour le torturer ou le tuer s'ils découvrent qu'il a menti sur le moment où ils pourraient s'écraser !"

Milton ! Et à sa vue, quelque chose claqua dans le cerveau de Randall.

D'un simple mouvement du bouton, il envoya leur machine à mille-pattes s'écraser dans le cercle clair au centre du puissant cône. Un tumulte sauvage de cris sifflants éclata de tous les milliers de personnes à l'intérieur alors qu'il envoyait le mécanisme tourbillonner vers l'estrade du Maître Martien. Il vit les formes de crocodiliens se disperser aveuglément devant lui, puis alors que ses rayons chassaient et filaient et poignardaient en figures folles de mort cramoisie à travers les masses martiennes stupéfaites, il vit Milton lever les yeux vers eux, criant follement vers eux alors que ses deux gardes l'a lâché pour le moment.

Un appel aigu du maître martien a traversé le hall et a été répondu par un rugissement fracassant de voix sifflantes alors que les martiens et les machines se précipitaient follement vers eux. Randall et Lanier furent d'un seul bond hors de la machine à mille-pattes, et en un instant avaient à moitié traîné Milton avec eux dans un grand bond jusqu'au bord de la chambre de transmission bourdonnante.

Milton leur criait d'une voix rauque par-dessus le tumulte sauvage. Entrer dans cette chambre de transmission avant le moment prévu était l'anéantissement, être projeté sans récepteur sur terre qui les attendait. Ils se retournèrent, frappèrent de toutes leurs forces les premiers martiens qui se précipitaient vers eux. Aucun rayon ne brillait, car un rayon déchaîné détruirait la chambre derrière eux qui était la seule porte pour les Martiens vers le monde qu'ils allaient envahir. Mais alors que l'appel aigu du maître martien sifflait à nouveau, toutes les innombrables formes de crocodiliens dans le grand cône se précipitaient vers eux.

Accrochés au bord même de la chambre bourdonnante et lumineuse, Randall, Lanier et Milton frappèrent follement les Martiens qui se précipitaient vers eux. Randall semblait dans un rêve. Une vingtaine de pattes griffues l'agrippaient par en dessous ; des formes écailleuses se sont effondrées sous ses coups insensés.

Tout le vaste cône et les hordes reptiliennes déferlantes semblaient tourner à une vitesse croissante autour de lui. Alors que ses poings serrés brillaient avec une force décroissante, il aperçut des formes de crocodiliens grouillant de chaque côté d'eux, aperçut Lanier baissé, les serres tendues vers lui, Milton se battant pour lui comme un fou. Un autre moment verrait la fin - des bras reptiliens s'étirant par dizaines pour le tirer vers le bas - Milton secouant Lanier à moitié sur ses pieds. L'appel du maître martien retentit, puis vint un grand bruit sourd auquel les hordes martiennes semblèrent se figer un instant immobile, auquel la voix de Milton lui parvint dans un cri suprême.

« Randall, l'émetteur ! »

Car à cet instant, Milton bondissait en arrière avec Lanier, et alors que Randall, avec ses dernières forces, se jetait en arrière avec eux dans la lumière brillante de la chambre de transmission bourdonnante, il entendit un dernier rugissement frénétique des cris sifflants des hordes martiennes autour d'eux. Puis, alors que la lumière et la force brillantes des murs de la chambre les frappaient, Randall se sentit projeté dans une obscurité inconcevable, qui se brisa comme un rideau descendant sur son cerveau.

Le rideau de noirceur se leva un instant. Il était couché avec Milton et Lanier dans une autre chambre dont la force battait sur eux. Il vit une pièce éclairée en jaune au lieu du grand cône – vit le visage tendu et anxieux de Nelson devant l'interrupteur à côté d'eux. Il s'efforça de bouger, fit à Nelson un geste du bras qui sembla lui ôter toute force et toute vie ; puis, en réponse à cela, Nelson actionna l'interrupteur et coupa la force du récepteur de matière dans lequel ils reposaient, le rideau noir descendit une fois de plus sur le cerveau de Randall.

Deux heures plus tard, c'est lorsque Milton et Randall et Lanier et Nelson se sont tournés vers la porte du laboratoire. Ils s'arrêtèrent pour regarder derrière eux. Du grand émetteur et récepteur de matière, de l'appareil qui avait encombré le laboratoire, il ne restait plus que des débris.

Car cela avait été leur première pensée, leur première tâche, lorsque Nelson, stupéfait, avait ramené les trois à la conscience et avait entendu leur incroyable histoire. Ils avaient si complètement détruit la station de matière et son appareil d'actionnement que personne n'aurait jamais pu deviner quel mécanisme d'émerveillement le laboratoire avait tenu peu de temps auparavant.

Les chambres cubiques avaient été brisées au-delà de toute reconnaissance, les dynamos étaient des masses de métal fendu et de câblage fondu, les batteries de tubes étaient brisées, les condensateurs, les transformateurs et le câblage démolis. Et ce n'était que lorsque les derniers plans et plans écrits du mécanisme avaient été brûlés que Milton, Randall et Lanier s'étaient arrêtés pour permettre à leurs corps épuisés un moment de repos.

Alors qu'ils s'arrêtaient devant la porte du laboratoire, Lanier tendit la main et l'ouvrit. Ensemble, silencieux, ils regardèrent.

Tout semblait à Randall exactement comme la veille. Les masses ténébreuses dans l'obscurité, la mer agitée et faiblement éclairée qui s'étendait au loin devant eux, le rideau d'étoiles d'été s'étendait à travers les cieux. Et, s'enfonçant vers l'ouest au milieu de ces étoiles, l'étincelle rouge de Mars vers laquelle comme vers un aimant tous leurs yeux s'étaient tournés.

Milton parlait. "Là-haut, il a brillé pendant des siècles - des siècles - une tache de lumière cramoisie. Et là-haut, les Martiens ont regardé, regardé - jusqu'à ce que nous leur ouvrions enfin la porte."

La main de Randall était sur son épaule. "Mais nous avons fermé cette porte aussi, à la fin."

Milton hocha lentement la tête. "Nous - ou le destin qui régit nos mondes. Mais la porte est fermée, et Dieu accorde qu'elle ne sera plus jamais ouverte par qui que ce soit sur ce monde."

"Dieu accorde-le," répéta l'autre en écho.

Et ils regardaient tous toujours vers la chose. Levant les yeux vers la tache de lumière cramoisie qui y brûlait parmi les étoiles, vers la planète qui brillait rouge, menaçante, terrible, mais dont la menace et la terreur avaient été repoussées alors même qu'elles s'étaient accroupies pour jaillir enfin sur la terre.

À propos de la série de livres HackerNoon : nous vous proposons les livres techniques, scientifiques et perspicaces les plus importants du domaine public. Ce livre fait partie du domaine public.

Divers. 2009. Histoires étonnantes de super-science, avril 1931. Urbana, Illinois : Projet Gutenberg. Extrait en mai 2022 de https://www.gutenberg.org/files/30452/30452-h/30452-h.htm#Page_4

Cet eBook est destiné à être utilisé par n'importe qui, n'importe où, sans frais et avec presque aucune restriction. Vous pouvez le copier, le donner ou le réutiliser selon les termes de la licence Project Gutenberg incluse avec cet eBook ou en ligne sur www.gutenberg.org , situé à https://www.gutenberg.org/policy/license. html .

HISTOIRES CONNEXES

L O A D I N G
. . . comments & more!
Hackernoon hq - po box 2206, edwards, colorado 81632, usa