paint-brush
Les racines humaines du fascisme montantpar@kitthirasaki
1,294 lectures
1,294 lectures

Les racines humaines du fascisme montant

par Kitt Hirasaki7m2024/05/06
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

La montée du fascisme aux États-Unis et en Europe est motivée par des besoins humains profondément enracinés de confort, de signification et d’appartenance face à des changements économiques, technologiques et sociaux rapides. Les perturbations des hiérarchies traditionnelles de genre, de race et de classe ont laissé de nombreuses personnes déplacées et irritées. Le fascisme exploite ces angoisses, proposant un retour à un passé idéalisé et la restauration d’un statut perdu. Cependant, le rythme accéléré du changement signifie que les tentatives visant à ralentir ou à inverser les progrès sont vaines.
featured image - Les racines humaines du fascisme montant
Kitt Hirasaki HackerNoon profile picture
0-item

Les mouvements fascistes gagnent du terrain et de l’influence aux États-Unis et dans toute l’Europe. Pour comprendre cette tendance, nous devons regarder au-delà de la rhétorique et des politiques des politiciens ou des partis individuels et examiner les besoins humains plus profonds et les changements sociétaux sismiques qui alimentent ce mouvement politique.


Au niveau le plus fondamental, tous les humains ont soif de confort et de signification. Nous recherchons la prévisibilité, le statut, le respect et la sécurité d’appartenance au sein d’une communauté qui partage nos valeurs. Pour beaucoup, en particulier ceux appartenant à des groupes démographiques qui ont historiquement détenu le pouvoir sociétal, ces besoins psychologiques ont longtemps été satisfaits par les hiérarchies sociales et les normes culturelles traditionnelles. Pourtant, au cours des dernières décennies, les changements économiques, technologiques et sociaux ont profondément bouleversé ces structures de longue date.


Pour répondre à ces besoins, de nombreuses personnes se tournent aujourd’hui vers le fascisme comme solution. Le fascisme, un nationalisme autoritaire caractérisé par un pouvoir dictatorial, la répression forcée de l'opposition et une forte enrégimentation de la société et de l'économie, met souvent l'accent sur une masculinité agressive, une pureté ethnique et une politique étrangère belliqueuse. Les mouvements fascistes partagent une hostilité à l’égard de la démocratie libérale, une attitude de violence et de domination, ainsi qu’une politique du « nous contre eux » qui présente les opposants comme des menaces pour la nation. Le fascisme apporte des solutions simples à des défis complexes.


Perturbation économique et érosion des rôles masculins traditionnels

La mondialisation et l’automatisation ont miné la valeur du secteur manufacturier en tant que source d’emplois stables qui assuraient autrefois un statut économique et social à de nombreux hommes. La perte de cette stabilité économique et du statut social de soutien de famille a laissé de nombreuses personnes se sentir à la dérive et irritées par un système qui, selon elles, les a laissées pour compte.


Dans le même temps, l’essor de l’économie du savoir et les rendements croissants de l’enseignement supérieur ont bouleversé les structures de classe traditionnelles. La réussite économique est de plus en plus déterminée par la capacité d'une personne à acquérir des compétences et des titres de compétences plutôt que par ses antécédents familiaux ou ses liens sociaux. Les femmes surpassent de plus en plus les hommes dans le domaine de l’enseignement supérieur, un renversement des normes historiques qui a perturbé les rôles traditionnels de genre et la dynamique sociale. Une femme ayant fait des études universitaires peut désormais gagner plus que son partenaire masculin, mais un tel renversement des attentes sexistes met à rude épreuve la relation conjugale, dont les attentes n’ont pas évolué aussi rapidement que notre économie.


L’institution sociale de la famille nucléaire, dirigée par le père, est en pleine mutation. Le contrôle des naissances a donné aux femmes une bien plus grande autonomie en matière de procréation, et l’évolution des mœurs sociales a rendu plus acceptée la diversité des structures familiales. Les relations homosexuelles, la monoparentalité, les familles recomposées et le polyamour sont ou sont en train de devenir courants. Pour ceux qui tirent un sens et une certitude morale des rôles familiaux rigides et des valeurs sexuelles traditionnelles, ces changements peuvent remettre en question leur propre identité.


L'impact psychologique d'une diversité croissante

Les niveaux croissants d’immigration en Europe et aux États-Unis ont également contribué à un puissant sentiment de changement culturel et démographique. À mesure que les populations immigrées augmentent et deviennent de plus en plus visibles, nombre d’entre elles se retrouvent à vivre aux côtés de personnes qui ont une apparence, un langage et un comportement différents de ceux auxquels elles sont habituées. Même lorsque les gens n’existent pas dans le même espace physique, dans nos médias et nos divertissements, divers types de personnes et points de vue sont désormais beaucoup plus visibles. Les humains sont des créatures intrinsèquement tribales, et nous tirons un sentiment de confort et de sécurité du fait d’être entourés de ceux que nous percevons comme semblables à nous-mêmes. Les rencontres avec « l'altérité » dans notre vie quotidienne déclenchent un sentiment de malaise et de désorientation.


L’héritage des hiérarchies raciales et le défi de l’égalité

La lutte pour les droits civiques et l’égalité raciale a été l’un des défis déterminants de l’histoire américaine moderne. Les succès du mouvement des droits civiques dans le démantèlement de la ségrégation légale et l’obtention de meilleures opportunités politiques et économiques pour les Noirs américains ont fondamentalement modifié la hiérarchie raciale qui sous-tenait depuis longtemps la société américaine. Pour les Américains non noirs qui avaient bénéficié de cette hiérarchie, que ce soit activement ou passivement, ce changement représentait une profonde perturbation de leur sentiment d’identité et de leur place dans le monde.


Ces dernières années, la montée de la culture « éveillée » et une plus grande prise de conscience sociale des réalités actuelles du racisme et de la discrimination ont encore remis en question les dynamiques de pouvoir traditionnelles. L’expression manifeste de préjugés raciaux ou d’un malaise à l’égard de la diversité, autrefois monnaie courante et acceptée, est devenue de plus en plus taboue. Pour ceux qui nourrissent de tels sentiments, ce changement culturel ressemble à une forme de censure, un déni de leur droit d’exprimer leurs sentiments et leurs peurs authentiques.


Cependant, le caractère socialement inacceptable du racisme manifeste n’élimine pas comme par magie les attitudes et les angoisses sous-jacentes. Les préjugés, lorsqu’ils sont refoulés dans la clandestinité, ne disparaissent pas mais se métastasent souvent sous des formes plus insidieuses. La peur du changement démographique, le ressentiment à l’égard d’un « traitement spécial » perçu pour les groupes minoritaires, l’inconfort viscéral face à un monde qui n’est plus centré sur sa propre identité – ces sentiments couvent sous la surface d’une société polie, à la recherche d’exutoires et de validation.


L’attrait du fascisme dans un monde complexe

Dans ce contexte de changements rapides et d’érosion des hiérarchies sociales, l’attrait des idées fascistes devient compréhensible, voire excusable. Pour beaucoup, la complexité de naviguer dans un monde en évolution semble accablante. La politique, comme tant d’aspects de la vie moderne, est devenue un domaine d’une complexité vertigineuse. L’interaction complexe des économies mondialisées, des institutions transnationales et des valeurs culturelles changeantes peut sembler impossible à analyser, et encore moins à influencer.


Le fascisme, en revanche, propose un récit d’une simplicité séduisante. Il promet un retour à un passé idéalisé où les valeurs traditionnelles régnaient sans contestation et où la position privilégiée des groupes ethniques et religieux dominants était assurée. En diabolisant les minorités, les intellectuels et les mouvements sociaux progressistes comme la source de tous les maux de la société, le fascisme constitue un ennemi évident et une solution simple. Pour ceux qui ne se sentent pas amarrés au rythme du changement et à l’érosion de hiérarchies autrefois stables, cette clarté peut être profondément réconfortante.


En effet, l’attrait du fascisme opère moins au niveau de l’analyse politique rationnelle qu’au niveau des besoins émotionnels profondément enracinés. Tout comme peu de gens ont le temps ou l’envie de développer une compréhension nuancée du système financier mondial, même si celui-ci façonne leurs perspectives économiques, la plupart ne s’attaquent pas aux subtilités de l’idéologie politique. Au lieu de cela, face à l’anxiété et à l’impuissance, la promesse fasciste de restaurer la grandeur perdue, de protéger les justes des menaces extérieures et de ramener le monde à un état de simplicité réconfortante détient un immense pouvoir psychologique.


Le leader fasciste, invariablement une figure paternelle charismatique, devient l’incarnation de cette promesse. Il se propose comme un vaisseau pour les espoirs et les insécurités de ceux qui se sentent jetés à la dérive par un monde en bouleversement. En élevant les idéaux masculins traditionnels de force, d’agressivité et de domination comme antidote aux sentiments de vulnérabilité et d’émasculation, il confère à ses adeptes un sentiment de pouvoir et de but renouvelés. Les spécificités de sa politique et leurs implications dans le monde réel importent bien moins que sa capacité à puiser dans les profondeurs de l’anxiété existentielle et à fournir l’illusion du contrôle.


Même si elle est difficile à affronter, la montée du fascisme n’est pas une aberration ou le seul résultat de l’exploitation par quelques dirigeants charismatiques des craintes du public. Il s’agit à bien des égards d’une réponse humaine compréhensible, bien que profondément problématique, aux profonds changements sociétaux et à l’effondrement de sources d’identité et d’estime de longue date. Reconnaître cela ne nécessite pas d’accepter ou de valider les idées fascistes, qui conduisent inévitablement à l’oppression et à la violence. Mais cela exige que nous reconnaissions les puissantes forces humaines à l’œuvre.


Alors que nous sommes aux prises avec la montée du fascisme, il est crucial de reconnaître que son attrait ne réside pas dans une vision d’un avenir meilleur, mais dans la promesse de restaurer un passé mythifié. Des slogans comme « Make America Great Again » sont fondamentalement orientés vers la perte, une aspiration à annuler les changements sociaux et culturels qui ont laissé de nombreuses personnes déplacées et dévalorisées. Le fascisme ne propose pas de feuille de route pour relever les défis complexes du 21e siècle, mais plutôt un repli dans une ère imaginée de simplicité et de certitude.


Cette orientation rétrospective est profondément ancrée dans la psychologie humaine. Les études ont constamment montré que nous ressentons la douleur de la perte deux fois plus intensément que le plaisir du gain. Alors que les progrès technologiques rapides et la mondialisation perturbent les structures économiques et sociales traditionnelles, beaucoup éprouvent un profond sentiment de perte de statut, d’identité, de place claire dans le monde. La promesse fasciste de restaurer la grandeur perdue s’adresse directement à cette douleur, offrant un baume aux blessures psychologiques infligées par un monde en mutation.


Construire un avenir sans fascisme

Pourtant, la dure réalité est que le rythme du changement ne montre aucun signe de ralentissement. Nous vivons une ère de croissance technologique exponentielle, chaque innovation entraînant de nouvelles perturbations économiques et sociales. Les parcours professionnels traditionnels, les structures familiales et les repères culturels qui assuraient autrefois stabilité et sens deviennent de plus en plus des reliques du passé. Il est important de noter que cette perturbation ne se produit plus au fil des générations, mais au cours de la vie de chaque individu. Un travailleur peut désormais s’attendre à changer de carrière à plusieurs reprises à mesure que des secteurs entiers connaissent des hauts et des bas, tandis que les normes sociales autour du genre, de la sexualité et de l’identité changent de façon sismique en une seule décennie.


Dans ce contexte, la tentation politique sera forte de freiner, de tenter de ralentir le rythme du changement et de préserver ce qui est familier. Mais aussi attrayant qu’un tel repli puisse paraître face à un changement désorientant, il s’agit en fin de compte d’une stratégie perdante. Les courants de transformation technologique et sociale ne peuvent pas être inversés, mais seulement adaptés. Tenter d’y parvenir reviendrait non seulement à sacrifier les immenses bénéfices potentiels de l’innovation, mais ne ferait que retarder l’inévitable bilan.


Nous devons plutôt trouver des moyens d’adopter le dynamisme tout en atténuant ses effets les plus déstabilisateurs. Cela nécessitera une réimagination proactive de notre contrat social, de nos systèmes éducatifs et de notre approche du travail et de nos objectifs. Il faudra pour cela aller au-delà de la pensée à somme nulle et de la politique du ressentiment, en reconnaissant qu’une société qui donne à tous dignité, sens et sentiment d’appartenance est le seul antidote au chant des sirènes de la « grandeur » via la domination.


Le chemin à parcourir est incertain et la tentation de solutions fausses et fascistes est forte. Mais nous devons résister à la tentation de rechercher un retour à un passé imaginaire et plutôt affronter de front le défi de construire une société résiliente aux chocs et inclusive dans son épanouissement. Notre avenir dépend de notre capacité à accepter la complexité, à créer de nouvelles formes d’identité et de solidarité et à avoir le courage de penser en termes de ce que nous pourrions construire plutôt que de ce que nous avons perdu. Ce n’est qu’en répondant aux besoins humains exploités par le fascisme, tout en refusant ses fausses promesses et sa logique obscure, que nous pourrons nous adapter à un monde en changement continu.