Les plateformes en ligne devraient-elles avoir des syndicats ?par@lijin
415 lectures

Les plateformes en ligne devraient-elles avoir des syndicats ?

2022/05/22
1 min
par @lijin 415 lectures
tldt arrow
FR
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

En octobre 2019, deux chauffeurs DoorDash – Dave Levy et Nikos Kanelopoulos – ont lancé le groupe Facebook #DeclineNow. Le duo avait découvert que lorsqu'un chauffeur DoorDash refuse une livraison, l'application propose cette livraison à un autre chauffeur pour un salaire plus élevé. Dans le groupe Facebook, qui compte désormais plus de 30 000 membres, ils ont exhorté leurs pairs à rejeter toute livraison qui ne paie pas au moins 7 dollars, soit plus du double du tarif de base de 3 dollars. "L'objectif de chaque entreprise basée sur des applications et à la demande est de transférer constamment les bénéfices du conducteur vers l'entreprise", a expliqué Levy. "Notre objectif est l'inverse de cela." Le 1er septembre 2021, de nombreux streamers Twitch ont participé à une manifestation coordonnée - prenant une journée de congé en réponse à l'inaction perçue de la plateforme contre le harcèlement des créateurs marginalisés.

Companies Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail

Coins Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail
featured image - Les plateformes en ligne devraient-elles avoir des syndicats ?
Li Jin HackerNoon profile picture

@lijin

Li Jin

Sur @lijin
LEARN MORE ABOUT @LIJIN'S EXPERTISE AND PLACE ON THE INTERNET.
react to story with heart

En octobre 2019, deux chauffeurs DoorDash – Dave Levy et Nikos Kanelopoulos – ont lancé le groupe Facebook #DeclineNow .

Le duo avait découvert que lorsqu'un chauffeur DoorDash refuse une livraison, l'application propose cette livraison à un autre chauffeur pour un salaire plus élevé. Dans le groupe Facebook, qui compte désormais plus de 30 000 membres, ils ont exhorté leurs pairs à rejeter toute livraison qui ne paie pas au moins 7 dollars, soit plus du double du tarif de base de 3 dollars.

"L'objectif de chaque entreprise basée sur des applications et à la demande est de transférer constamment les bénéfices du conducteur vers l'entreprise", a expliqué Levy. "Notre objectif est l'inverse de cela."

Le 1er septembre 2021, de nombreux streamers Twitch ont participé à une manifestation coordonnée - prenant une journée de congé en réponse à l'inaction perçue de la plateforme contre le harcèlement des créateurs marginalisés.

L'audience de la plate-forme a chuté d'environ 5 % à 15 % . Bien que la manifestation n'ait duré qu'une journée, elle a suscité une large attention : de nombreux organes de presse ont signalé le problème du harcèlement et #ADayOffTwitch est devenu l'un des 10 hashtags les plus populaires sur Twitter.

Ces deux manifestations révèlent une vérité méconnue sur l'économie des plateformes : malgré de réelles différences dans leurs emplois, les travailleurs des concerts et les créateurs de contenu tiennent compte du fait que leurs moyens de subsistance dépendent des actions et des algorithmes des plateformes qu'ils ont peu ou pas de capacité à influencer. . De plus, ils ont peu recours à des politiques sous-optimales, à des décisions de produits insatisfaisantes et à d'autres expériences négatives.

Face à cela, une nouvelle forme d'activisme collectif du travail adaptée aux économies des petits boulots et des créateurs est en train d'émerger - ce que nous appelons l'action collective décentralisée (DCA). Cela englobe les mouvements dirigés par les travailleurs, des pools d'assurance créés par les chauffeurs de covoiturage de Jakarta à un syndicat informel de musiciens et de travailleurs de la musique du monde entier.

Ces efforts ont tendance à être plus ascendants et diffus que les syndicats historiques. Les travailleurs se trouvent et font équipe les uns avec les autres de manière pair à pair ; exprimer son opposition sur les réseaux sociaux, par le biais de forums en ligne et aux médias ; saper ou remettre en cause les opérations normales d'une plateforme ; tirer parti de la puissance de leur public ou de leurs clients ; et parfois, quittez complètement les plates-formes pour des alternatives plus conviviales pour les travailleurs.

Bien que les actions individuelles aient obtenu un succès modéré, DCA a largement lutté pour avoir un impact durable. Parce que les travailleurs des plateformes ne sont souvent pas en contact direct les uns avec les autres, il leur est difficile de se coordonner et les plateformes peuvent induire une dynamique concurrentielle entre eux.

De plus, les travailleurs des plateformes ont généralement peu de poids en raison des faibles barrières à l'entrée et d'un excès de participants volontaires du côté de l'offre. Ces problèmes renforcent la nécessité d'une approche plus raffinée de la part des travailleurs et d'une voie à suivre plus durable.

Cet essai décrit les stratégies que les travailleurs des plateformes utilisent aujourd'hui pour exprimer leurs préoccupations via DCA, et présente une feuille de route pour obtenir des résultats qui servent mieux les intérêts de toutes les parties prenantes : participants, plateformes et utilisateurs finaux.

Un nouveau contrat social entre travailleurs et plateformes

Le monde du travail sur les plateformes est en principe un bien net : les marchés des plateformes peuvent considérablement améliorer le bien-être social en permettant des transactions nouvelles ou améliorées .

Cela conduit à de nouvelles formes d'activité professionnelle, élargissant les options des travailleurs. Ceux dont les intérêts et les compétences de niche auraient rendu difficile le fait de gagner leur vie avec des clients locaux peuvent désormais se tourner vers un marché mondial. Quelqu'un dont la compétence principale est le travail du bois, par exemple, peut développer une audience mondiale de fans via YouTube, puis vendre ses créations sur Etsy.

Mais cela ne signifie pas que les travailleurs des plateformes n'ont pas de griefs – ou que le contrat entre les plateformes et leurs travailleurs ne peut pas être amélioré. Le statut liminal des travailleurs des plateformes les rend beaucoup plus vulnérables à l'exploitation. Aux États-Unis, la plupart des travailleurs et créateurs de concerts sont classés comme «  entrepreneurs indépendants », une catégorisation que l'IRS définit comme « des personnes qui offrent leurs services au grand public » dans un commerce, une entreprise ou une profession indépendants.

Concrètement, cette classification dispense les entreprises d'avoir à fournir à ces travailleurs des avantages, des protections et des garanties dont bénéficient les employés traditionnels - même si les travailleurs et les créateurs de plateformes dépendent des plateformes pour atteindre le public, se connecter avec des clients potentiels et gagner un revenu.

Dans un monde idéal, la durabilité à long terme des plateformes remplacerait les incitations au profit à court terme, motivant les plateformes à s'aligner sur les travailleurs pour les aider à développer leurs entreprises et, éventuellement, à obtenir un niveau de vie et une réussite significatifs .

Les plateformes pourraient même fixer les prix et la politique pour transférer plus de valeur vers les travailleurs et leur permettre d' investir dans un service de meilleure qualité , ce qui tend à accroître l'engagement et à créer plus de valeur pour les travailleurs et la plateforme à long terme.

Pourtant, la plupart des plateformes recherchent plutôt des gains à court terme pour stimuler la croissance et attirer des investissements extérieurs. Alors que les effets de réseau des plateformes se sont intensifiés et ont abouti à un pouvoir de marché important - appelé pouvoir de monopsone dans le contexte des marchés du travail - leurs travailleurs ont eu du mal à trouver un recours.

Historiquement, l'action collective a émergé pour résoudre ce désalignement des incitations. Ces mouvements se sont concentrés sur les travailleurs qui s'organisent et négocient directement avec les entreprises ou travaillent pour promouvoir un changement social plus large. En Amérique, les syndicats sont nés de la révolution industrielle de la fin des années 1800 : les syndicats se sont battus pour de meilleurs salaires, des heures plus courtes et des conditions de travail plus sûres.

Au tournant du XXe siècle, ces mouvements ouvriers ont abouti à de nombreuses protections juridiques dont bénéficient aujourd'hui les travailleurs, notamment la loi nationale sur les relations de travail de 1935 , qui prévoit le droit pour les travailleurs de se syndiquer, et la loi sur les normes de travail équitables de 1938 , qui a créé le droit au salaire minimum et à la rémunération des heures supplémentaires et a établi la semaine de travail de 40 heures.

Mais avec les plateformes, l'action collective est plus difficile.

Non seulement les travailleurs basés sur des plateformes d'aujourd'hui existent dans une catégorie de travail naissante, mais leur participation est décentralisée, ce qui rend plus difficile pour eux de se connecter les uns aux autres. Alors que l'industrie a mûri et que la consolidation a conduit à un pouvoir de monopsone, le travail des plateformes a atteint un tournant.

Les plateformes régissent de plus en plus les opportunités et les moyens de subsistance des participants, ce qui entraîne la nécessité d'une responsabilité mutuelle et d'une évolution des protections et des responsabilités. Il est temps de revisiter le pacte social entre les plateformes et leurs travailleurs — et de découvrir une nouvelle forme d'action collective pour y parvenir.

Pourquoi les travailleurs ont-ils besoin d'une action collective décentralisée ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les travailleurs se tournent maintenant vers l'action collective décentralisée : à l'heure actuelle, les tensions entre les travailleurs et les plateformes sont centrées sur certaines questions de travail familières telles que le droit de se syndiquer, ainsi que sur des questions plus spécifiques aux plateformes telles que la propriété des données, la modération du contenu, la capacité à atteindre les clients, le harcèlement dans les « lieux de travail » virtuels et les politiques de monétisation.

Verrouillage de la plate-forme et effet de levier sur les travailleurs individuels

Les travailleurs des plateformes sont souvent confrontés à un blocage important, dû aux effets de réseau et au manque de portabilité des données . Les plates-formes assurent l'intermédiaire des transactions et, par conséquent, elles collectent des données sur le marché et contrôlent souvent les relations avec les clients.

Ce type de capital ne peut pas être facilement transféré vers d'autres plates-formes ou propriétés appartenant aux travailleurs, ce qui signifie que le travail des plates-formes dépend des plates-formes de travail, ce qui entraîne l'insatisfaction des travailleurs à l'égard des taux de rémunération et des modèles de monétisation, l'instabilité des revenus, l'anxiété et l'épuisement professionnel.

En d'autres termes : étant donné qu'un chauffeur DoorDash ne peut pas trouver d'opportunités de livraison par lui-même et qu'un utilisateur de Twitter ne peut pas exporter les e-mails de ses abonnés, DoorDash et Twitter ont un pouvoir de marché.

La classification des travailleurs ne reflète pas la nature évolutive du travail et les entrepreneurs indépendants ne peuvent pas se syndiquer

La classification « entrepreneur indépendant » empêche non seulement les travailleurs de la plate-forme d'obtenir des avantages et des protections, mais signifie également que les travailleurs de la plate-forme ne sont pas couverts par la loi nationale sur les relations de travail et n'ont donc pas le droit de se syndiquer.

Pourtant, les plateformes exercent néanmoins un contrôle important sur certains aspects du travail des travailleurs, notamment en déterminant combien les travailleurs sont payés, ce qu'ils font et comment ils exécutent leur travail. Cela a conduit à des débats controversés et à des batailles réglementaires autour de la classification des travailleurs de plateforme.

Les plateformes ont souvent une incitation à marchandiser leurs travailleurs autant que possible

Du point de vue de la plateforme, la banalisation des travailleurs est souhaitable, car elle permet à la plateforme de fournir une expérience client uniforme et de rester au centre de la relation client. Par exemple, la conception de l'application TikTok réduit la valeur d'une relation d'abonné et place les utilisateurs par défaut sur la page "Pour vous" - un flux de contenu généré par algorithme qui, selon la plate-forme, plairait aux utilisateurs.

Sur les applications de covoiturage, la banalisation des chauffeurs garantit un niveau de service constant, mais signifie également que les utilisateurs reviennent sur l'application pour demander des trajets, plutôt que de rechercher directement un chauffeur en particulier. La banalisation des fournisseurs sur une plate-forme érode la capacité des travailleurs à créer leur propre entreprise ou à opérer en dehors d'une poignée de plates-formes.

L'hétérogénéité des travailleurs rend difficile l'organisation pour tous

Pour les plateformes de créateurs, la distribution du succès selon la loi de puissance signifie que les meilleurs créateurs ont un pouvoir de négociation disproportionné avec les plateformes.

Souvent, cela se traduit par un traitement spécial des plateformes pour les meilleurs créateurs, sous la forme d'un meilleur accès au financement, de taux de participation plus favorables, d'un placement de premier plan dans les canaux de découverte, de la participation aux processus de rétroaction sur les produits et de l'inclusion dans les programmes de financement et de monétisation.

Au fil du temps, les plates-formes peuvent avoir tendance à s'adresser à un petit segment de créateurs de premier plan, qui sont peu incités à demander de meilleures conditions pour tous les créateurs, car ils bénéficient eux-mêmes de la conception et des politiques de la plate-forme.

En d'autres termes, la nature hétérogène des créateurs fait qu'il est difficile pour les créateurs les plus puissants d'avoir la motivation ou la cohésion nécessaires pour s'organiser. En revanche, les mouvements ouvriers exploitent généralement le pouvoir collectif d'une main-d'œuvre nombreuse qui partage des expériences similaires.

Voix et sortie : stratégies d'action collective décentralisée

Alors, quelles options les travailleurs de la plateforme ont-ils ? Le cadre Exit-Voice-Loyalty , décrit pour la première fois par l'économiste Albert O. Hirschman , décrit comment les individus réagissent face à l'insatisfaction dans les entreprises, les organisations et les États.

Dans les environnements de travail traditionnels, les employés insatisfaits peuvent exprimer leurs inquiétudes dans le but de changer leur situation, partir chercher de nouvelles opportunités d'emploi, ou attendre passivement, par loyauté ou négligence, que la situation se résolve :

image
Une première étude examinant les options de la main-d'œuvre de la plate-forme face à l'insatisfaction au travail était une étude de 2015 d'Amazon Mechanical Turk, un marché pour les tâches à la demande. En appliquant le cadre de sortie-voix-fidélité, les chercheurs ont constaté que :

... les participants ont des possibilités de loyauté et de sortie (par exemple, des pétitions, des boycotts), mais pas de voix. En d'autres termes : ils peuvent choisir de signer une pétition ou de partir s'ils ne sont pas d'accord [avec la politique de la plateforme]. Mais, il y a peu de place pour le discours lorsque le problème, sa source et sa solution ne sont pas clairs.

Depuis lors, nous avons vu de nombreux exemples de voix d'employés de plateforme émerger - bien qu'exprimées différemment des commentaires directs aux gestionnaires ou du dépôt d'une plainte auprès d'un service des ressources humaines.

Les exemples de voix des travailleurs de la plateforme incluent la communication travailleur à travailleur, travailleur à algorithme et travailleur à public – tout cela se produit de manière ascendante et décentralisée.

Ce qui suit représente un échantillon des différentes stratégies vocales DCA de Platform Worker que nous avons observées :

1. La syndicalisation informelle (travailleur à travailleur) se produit lorsque les travailleurs adoptent un comportement de type syndical, par exemple en coordonnant et en soumettant une liste de revendications à une plate-forme.

Les exemples incluent la manifestation Twitch mentionnée ci-dessus; la grève des créateurs noirs de TikTok ; l' Union of Musicians and Allied Workers' ( UMAW ), qui mobilise les travailleurs de la musique pour lutter pour des accords plus équitables avec les services de streaming et les maisons de disques ; l' Instagram Meme Union , composée d'un groupe de créateurs de mèmes exigeant une plus grande transparence dans la communication avec Instagram ; et le Freelancers Union , une organisation à but non lucratif qui défend les droits des travailleurs indépendants.

2. L'entraide (travailleur à travailleur) se produit lorsque les travailleurs s'engagent dans un soutien réciproque entre eux.

Les exemples incluent les modules Instagram qui acceptent mutuellement d'aimer, de commenter, de partager ou de s'engager d'une autre manière avec les publications de l'autre ; des chauffeurs de covoiturage à Jakarta qui ont formé des camps de base physiques (" stations d'aide mutuelle ") et des pools d'assurance informels.

3. L'amélioration des produits tiers (travailleur à travailleur) fait référence à la conception et à la création d'outils numériques qui améliorent l'expérience des travailleurs.

Par exemple, Driver's Seat Cooperative aide les conducteurs à suivre et à optimiser leur kilométrage par rapport à leurs paiements.

4. Le nivellement des informations (travailleur à travailleur) se produit lorsque les travailleurs mettent en commun leurs apprentissages ou déverrouillent des informations nouvelles ou cachées pour s'aider mutuellement à mieux naviguer dans des environnements de travail opaques.

Les exemples incluent FYPM (pour les créateurs) et Turkopticon (pour Mechanical Turkers), qui sont tous deux des exemples de plates-formes de type Glassdoor qui ont été lancées indépendamment par les travailleurs pour regrouper les avis des employeurs en l'absence d'une alternative native de la plate-forme.

5. L'algoactivisme (worker-to-algorithm), un terme inventé par des chercheurs de Stanford et du MIT, fait référence à un ensemble croissant de tactiques utilisées par les travailleurs pour résister au contrôle managérial de plus en plus exercé par les algorithmes.

Les exemples incluent le mouvement DoorDash #DeclineNow , ainsi que des tentatives similaires de subvertir le contrôle algorithmique qui ont été observées sur des plateformes comme TikTok, Uber, Airbnb, Fiverr et TaskRabbit.

6. Les campagnes médiatiques publiques (travailleur à public) se produisent lorsque des travailleurs individuels partagent des cas de mauvais traitements ou de frustration sur les réseaux sociaux.

Les exemples incluent lorsque @deliveryguy100 est devenu viral sur TikTok début juin 2021, recevant 1,2 million de vues sur sa vidéo décrivant les réalités d'être un chauffeur-livreur. De même, le vlogger populaire Hank Green a partagé une vidéo TikTok exprimant des questions sur la rémunération des créateurs par TikTok.

Bien que ces stratégies de voix décentralisée des travailleurs puissent avoir un impact à court terme, le manque d'évolution de la politique des plateformes au cours des dernières années indique qu'il s'agit de méthodes inefficaces pour susciter des changements durables et significatifs.

Comme l'a expliqué Dawn Gearhart, coordinatrice des politiques de la section locale 117 des Teamsters et organisatrice syndicale de Seattle : "Les syndicats ne peuvent pas négocier collectivement avec un algorithme, ils ne peuvent pas faire appel à une plate-forme et ils ne peuvent pas négocier avec une équation."

Les campagnes médiatiques ont des cycles de vie limités et les réponses des plateformes sont souvent performatives plutôt que substantielles. L'algoactivisme ne fournit qu'une solution temporaire jusqu'à ce que les plateformes modifient leurs bases de code et comblent les failles .

La création de nouveaux outils pour aider les travailleurs dans le contexte de leurs plates-formes existantes nécessite beaucoup de temps et d'efforts, et est à nouveau sujette à des perturbations dues aux modifications de la conception de la plate-forme. Et les syndicats informels manquent de l'échelle et de l'organisation nécessaires pour catalyser un changement durable.

Cela ne signifie pas que l'action collective décentralisée ne peut pas être efficace ; au contraire, l'efficacité de l'action par la voix au sein de l'écosystème de plate-forme existant est limitée .

Pour en revenir au cadre sortie-voix-fidélité, l'alternative à la voix est de sortir. Si la voix implique de prendre des mesures pour améliorer les conditions dans l'environnement existant, la sortie se produit lorsque des individus ou des groupes décident que les conditions ne peuvent pas être améliorées, qu'il est préférable de rompre avec les systèmes existants et de chercher du travail ailleurs. Le mouvement syndical des plateformes peut alors avoir plus de succès en utilisant DCA pour construire un ensemble de plateformes plus conviviales pour les travailleurs qui perturbent l'écosystème existant - et permettent ainsi d'en sortir.

L'avenir : propriété des travailleurs et émancipation

C'est finalement par une combinaison de réglementation et de restructuration organisationnelle que les travailleurs modifient durablement l'équilibre des pouvoirs. Voici quelques efforts émergents dans cette direction :

Plateformes coopératives qui institutionnalisent la voix des travailleurs

Les plateformes coopératives sont la version tech-native des organisations coopératives : des plateformes qui s'appuient sur une prise de décision démocratique et appartiennent à leurs travailleurs et utilisateurs. The Driver's Cooperative , une application de covoiturage basée à New York qui est entièrement détenue et régie par les travailleurs, en est un exemple.

Fondée en 2020, elle compte plus de 3 000 chauffeurs et 30 000 utilisateurs. Stocksy est un marché coopératif pour la photographie et la vidéo, qui verse plus de la moitié de ses revenus sous forme de redevances à ses contributeurs.

S'inspirant des principes de coopératives hors ligne telles que Mondragon (la plus grande coopérative détenue par des travailleurs au monde, avec 81 000 travailleurs et 12 milliards d'euros de revenus en 2015) et REI (une coopérative de consommateurs avec 20 millions de membres et 2,75 milliards de dollars de revenus en 2020), la plateforme les coopératives sont souvent financées par une combinaison de leurs membres et d'un financement extérieur par emprunt, les bénéfices étant distribués selon les souhaits des membres-propriétaires.

Cependant, cette structure de propriété et cette gouvernance centrée sur les membres ont rendu difficile pour eux d'attirer des capitaux extérieurs , ce qui a nui à la capacité des plateformes coopératives, et des coopératives en général, à être compétitives avec les sociétés traditionnelles.

Les réseaux cryptographiques et les organisations autonomes décentralisées (DAO) comme l'avenir des coopératives natives d'Internet

Les réseaux cryptographiques offrent une alternative prometteuse : des organisations décentralisées qu'aucune entité ne contrôle, ce qui facilite la confiance entre les participants grâce à des règles codées en dur. Dans ces réseaux, la propriété est distribuée à toutes les parties prenantes via une crypto-monnaie native ou des « jetons », qui récompensent les actions qui contribuent au succès du réseau.

De tels réseaux répondent à deux problèmes majeurs qui ont empêché les entreprises coopératives traditionnelles de devenir omniprésentes : l'accès au capital et la complexité de la gouvernance. Avec l'émission d'un jeton, les réseaux cryptographiques peuvent bénéficier de la spéculation du marché et lever des capitaux qui leur permettent d'être compétitifs par rapport aux sociétés traditionnelles.

L'expérimentation autour d'efforts de gouvernance natifs d'Internet permet également à diverses bases de membres de coordonner la prise de décision à grande échelle : le vote basé sur des jetons, par exemple, permet aux membres de voter proportionnellement à leur propriété de la plate-forme, de la même manière que les droits de vote traditionnels des actionnaires. existent aujourd'hui dans les entreprises.

Le vote de réputation, quant à lui, permet aux utilisateurs de participer à la gouvernance en fonction de leur valeur perçue en tant que membres de la communauté plutôt que de leurs avoirs économiques

Le marché de l'art numérique SuperRare a récemment lancé un jeton pour décentraliser la conservation et superviser une trésorerie collectée à partir des commissions et des frais de la plateforme.

Decentraland est un monde virtuel appartenant à ses utilisateurs, qui peuvent prendre des décisions collectives sur l'avenir du monde virtuel. Yield Guild Games – une guilde de jeu qui forme et intègre les joueurs dans des jeux vidéo ludiques – peut être considérée comme la version crypto-native d'un syndicat de travailleurs; son important contingent de joueurs lui permet de négocier de meilleures politiques et conceptions de plate-forme.

Législation du travail pour protéger les droits des travailleurs de la plateforme

Parallèlement aux solutions technologiques telles que les réseaux cryptographiques, la législation du travail peut évoluer pour répondre aux besoins uniques des travailleurs des plateformes. La réglementation, historiquement, a codifié et fait progresser les droits des travailleurs.

De manière analogue aux réglementations existantes concernant le salaire minimum et la rémunération des heures supplémentaires, il pourrait y avoir une réglementation des taux de partage des revenus et des revenus pour les créateurs et les travailleurs à la demande dans l'économie des plateformes.

Il y a eu beaucoup de débats autour de la classification de l'emploi des travailleurs à la demande et de la question de savoir s'ils ont droit à un salaire minimum. La proposition 22 de la Californie, qui empêchait les travailleurs en covoiturage d'être classés comme employés, a récemment été jugée inconstitutionnelle pour avoir limité la capacité des travailleurs à s'organiser et à avoir accès à l'indemnisation des accidents du travail.

Il pourrait également y avoir une réglementation pour promouvoir la portabilité et la propriété des données : la capacité des créateurs et des utilisateurs à transférer les données signifierait qu'ils pourraient migrer plus facilement entre les plates-formes ou créer leurs propres propriétés indépendantes.

Comme l'un d'entre nous (Jin) l' a expliqué dans un récent article de blog : "La propriété des créateurs et des utilisateurs sur les données, les relations, le contenu, les identités et les interactions affaiblirait le verrouillage des plateformes et entraînerait un transfert de pouvoir des plateformes vers leurs participants, permettant leur permettre d'opérer en dehors d'une poignée de plateformes.

Nous sommes toutefois conscients que la réglementation peut avoir et a souvent des conséquences imprévues, renforçant potentiellement la position des opérateurs historiques sur le marché. Les réglementations concernant les taux de paiement et la rémunération des créateurs pourraient favoriser les plates-formes technologiques géantes qui ont des poches profondes par rapport aux nouvelles startups.

La réglementation sur la protection des données, telle que le règlement général sur la protection des données (RGPD) , a été critiquée comme entravant l'innovation et la concurrence en rendant plus difficile pour les nouveaux entrants la collecte et le partage de données qui permettraient aux travailleurs et aux consommateurs d'avoir plus d'options.

Construire le pouvoir des travailleurs

Dans les exemples susmentionnés, les utilisateurs - de manière décentralisée - prennent des mesures pour déplacer leur utilisation vers de nouveaux réseaux entièrement de leur propre gré, motivés par les avantages par rapport aux alternatives centralisées (plateformes de médias sociaux, institutions financières traditionnelles).

La participation des utilisateurs aux cryptoréseaux n'est pas seulement motivée par le désir de plus de gouvernance et d'émancipation, mais aussi par l'intérêt financier personnel, compte tenu de l'avantage potentiel des jetons.

Cela souligne une vérité fondamentale : les nouvelles alternatives ne réussiront à grande échelle que lorsqu'elles pourront être véritablement - et globalement - meilleures pour les travailleurs. Et cela, à son tour, met en mouvement un volant d'inertie macro positif, faisant pression sur les opérateurs historiques pour qu'ils fassent évoluer leurs politiques et leurs produits afin de favoriser les participants à la plateforme.

À long terme, les plateformes ont beaucoup à gagner à devenir plus conviviales pour les travailleurs. Comme l'un d'entre nous (Kominers) l'a récemment soutenu dans le contexte des marchés de la livraison et du logement à court terme , en investissant dans l'amélioration des opérations et des résultats de leurs fournisseurs, les plateformes améliorent la qualité de leurs réseaux à long terme et augmentent l'opportunité globale pour les transactions basées sur le marché.

L'action collective décentralisée nous aide à aller dans la bonne direction - à la fois en influençant les plateformes actuelles et en forgeant la prochaine génération de réseaux perturbateurs plus alignés avec leurs participants.

Dans les mois et les années à venir, à mesure que les créateurs et les travailleurs prendront conscience de leur pouvoir collectif, ces mouvements se multiplieront. Et comme l'a démontré tout au long de l'histoire - de la Révolution française à la croissance de Wikipédia - le pouvoir de la multitude distribuée peut largement surpasser le pouvoir de la minorité hiérarchique.


HISTOIRES CONNEXES

L O A D I N G
. . . comments & more!
Hackernoon hq - po box 2206, edwards, colorado 81632, usa