paint-brush
Le plus silencieux de la pièce : comment être observateur cultive le succès tout au long de la viepar@benoitmalige
945 lectures
945 lectures

Le plus silencieux de la pièce : comment être observateur cultive le succès tout au long de la vie

par ABrainArchitect10m2024/05/01
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

Découvrez comment l'adoption du silence et de l'observance peut transformer votre communication et ouvrir un monde d'opportunités auparavant éclipsées par le bruit.
featured image - Le plus silencieux de la pièce : comment être observateur cultive le succès tout au long de la vie
ABrainArchitect HackerNoon profile picture
0-item

Imaginez une réalité alternative où les mots étaient une monnaie. Dans cette réalité, chaque mot que vous prononcez épuise les économies de votre vie.


Dès le jour de votre naissance, vous recevez un numéro fixe, et il est le même que celui de tout le monde. Tout comme dans un jeu de société, c'est à vous de choisir comment vous utilisez vos points.


Laisse moi te demander..


Comment utiliseriez-vous vos mots ?


Comment cela influencerait-il votre façon de communiquer et à quelle fréquence vous le faites ?


Comment mesureriez-vous l’importance des mots qui sortent de votre bouche ?


Quand parleriez-vous, quand préféreriez-vous rester silencieux ?


Bien. C'est la réalité dans laquelle j'ai vécu pendant quelques années quand j'avais 6 ans.


Je ne me souviens pas pourquoi j'ai pensé à cela, ni où je l'ai entendu, mais c'était un fait connu. J'ai vécu dans ces paramètres.


Je croyais sincèrement que nous recevions chacun un nombre défini de mots pour la vie. Une fois utilisés, c'était tout, je ne pouvais pas les récupérer.


Cette étrange croyance a façonné la façon dont j’interagissais avec le monde et les gens qui m’entouraient. Cela a fait de moi un auditeur par défaut, m'apprenant le pouvoir silencieux de l'observation.


Aujourd’hui, je suis toujours marqué par cette leçon.


Je le porte toujours dans chaque conversation, négociation et interaction en tant qu'adulte.


C’est devenu une philosophie de vie dont je veux parler aujourd’hui.

1. La culture du bruit

Le monde ne peut pas arrêter de parler. Le silence est confondu avec l'absence.


La culture de l’agitation vous fait croire que vous devez toujours être occupé et bruyant.


Il s’agit d’une quête incessante, déguisée en ambition. Il murmure constamment que pour être vu et réussir, il faut être le plus bruyant, le plus rapide.


Les campagnes marketing comme « Just Do It » de Nike vous poussent à agir sans pause. C’est glorifier le travail par-dessus tout.


Ces slogans deviennent des mantras, ils s'ancrent dans notre culture. Ils vous incitent à continuer d’avancer, de continuer à crier, de continuer à lutter – au détriment d’une réflexion tranquille et des progrès profonds et significatifs qu’elle peut apporter.


Des plateformes comme Instagram et TikTok ont ​​transformé notre perception du succès et de la visibilité. Des voix plus fortes et une création rapide de contenu signifient de plus grandes réussites.


Le rythme rapide des cycles d’actualité vous oblige à rester perpétuellement informé et à vous faire entendre.


La télé-réalité glorifie ceux qui dominent la conversation. Ils promeuvent la valeur de la vitesse et du volume au plus profond de votre conscience culturelle.


Ce changement pousse la société dans un état d’engagement. Le bruit des publications et des partages incessants noie les moments d’introspection tranquille.


Pire encore : on vous dit que le silence est un échec, que le calme est un pas en arrière.


Quel prix paie votre voix dans une course où tout le monde parle mais personne n’écoute ?


Vous pensez : « Je dois faire plus, prendre la parole, me démarquer ».


Vous échangez la profondeur contre le volume, confondant l’écho de votre propre voix avec le progrès.


Cette dynamique ne s'arrête jamais. Cela vous pousse à réagir, à réagir et à avancer. Mais cela se fait souvent au détriment de la compréhension, de la profondeur et d’une véritable connexion.


Et si ce penchant pour l’action vous coûtait plus cher que vous ne le pensez ?


Et si votre manque d’écoute et d’observation était le voleur silencieux de l’innovation, de l’empathie et des progrès significatifs ?

2. Gagner grâce à l'observance

Lorsque vous adoptez le pouvoir discret de l’observation, vous libérez le potentiel d’actions plus précises et plus percutantes.


Le silence devient votre stratégie. Il vous permet de collecter des données et de comprendre le monde d'une manière que le volume sonore ne pourrait jamais permettre.


Il vous offre des avantages inégalés.


L'observation est un don. C'est comme recueillir des renseignements gratuits. Chaque élément de données affine vos décisions. Cela rend vos mouvements non seulement calculés, mais aussi plus percutants.


Voici ce qu'il y a de l'autre côté du volume :



Avantage stratégique : le mouvement de Real G en silence. Comme les joueurs les plus habiles dans le jeu de la vie, vous apprendrez que plus vous observez, plus vos actions deviennent précises.


Communication améliorée : écoutez davantage. Vous parlerez une langue dont tout le monde rêve : la compréhension. Cela améliore non seulement vos compétences en communication, mais rend chaque mot que vous choisissez de prononcer plus puissant. Vous êtes également à l’écoute des signaux non verbaux et comprenez le non-dit. Ne sous-estimez pas le contact visuel, les expressions faciales, le langage corporel et le ton de la voix.


Des connexions plus profondes : les gens sont attirés par ceux qui écoutent vraiment. En donnant la parole aux autres, vous leur offrez le cadeau d'être entendu, favorisant ainsi des liens plus profonds et plus significatifs. Cette attention permet aux gens de se sentir valorisés et compris. Cela les rapproche naturellement de vous.


Compétences améliorées en résolution de problèmes : vous êtes souvent le premier à repérer les problèmes potentiels – vous détectez des indices subtils. Cela vous permet de résoudre les problèmes avant qu’ils ne s’aggravent.


Meilleure prise de décision : obtenir plus d'informations avant de décider conduit à de meilleurs résultats. Cela conduit également à des solutions plus efficaces.


Créativité accrue : Être observateur vous rend plus susceptible de remarquer la beauté et la complexité du monde. Cela alimente la créativité et l’innovation.


Une plus grande conscience de soi : Reconnaître les modèles de comportement permet la croissance personnelle. Cela améliore l’intelligence émotionnelle, vous rendant plus adaptable et empathique.


Vous n’êtes pas obligé de me croire sur parole. À en croire le maître de l'observation et de la stratégie tranquille lui-même : « le loup en cachemire », alias Bernard Arnault .


Il a magistralement démontré le pouvoir de l’observance sur le marché des produits de luxe à la fin des années 90.


En deux petites années, il a surmonté les complexités des négociations entre Louis Vuitton et Moët Hennessy et a réussi à jouer efficacement sur les deux tableaux.


Son silence stratégique et sa fine observation lui ont permis de prendre le contrôle. Cela a conduit à la création de LVMH, le plus grand conglomérat mondial de produits de luxe. Cela l’a propulsé à devenir l’une des personnes les plus riches au monde.


3. L'idée fausse du calme

Vous pensez peut-être « Bernard Arnaud n’est pas comparable. De plus, je dois être le mâle Alpha dans la pièce, sinon les gens penseront que je suis faible.


Ils pensent que tu es faible ?


Bien.


Laissez-les penser cela. C'est comme ça qu'on joue aux échecs.


Être sous-estimé EST votre plus grand avantage.


Les dirigeants les plus efficaces opèrent souvent discrètement, observant et planifiant avant d’agir. Le calme vous permet de


  • Collecter des informations
  • Comprendre la dynamique en jeu
  • Frappez avec précision lorsque le moment est venu.

La véritable force n’a pas besoin d’être constamment validée par le bruit.


Une confiance tranquille impose le respect d’une manière que ne peuvent pas parler constamment. C'est la marque de quelqu'un qui est sûr de ses capacités et qui n'a pas besoin des projecteurs pour connaître sa valeur.


Pendant que les autres sont occupés à parler, vous absorbez, apprenez et obtenez des informations qui leur manquent.


L'écoute vous donne une compréhension plus profonde des personnes et des situations.


Cela fait de vous un ami plus empathique. Un homme d’affaires plus astucieux. Une solution de problèmes plus efficace.


Lorsque vous êtes silencieux, les gens ne peuvent pas prédire votre prochain mouvement. Cela vous donne l’élément de surprise.


Il s’agit d’une tactique puissante dans les domaines personnel et professionnel. Cela vous permet de naviguer dans des situations avec un avantage qu’ils ne voient jamais venir.


Laissez le monde vous sous-estimer.


Cela ne fait qu'amplifier l'impact que vous aurez lorsque vous choisissez de parler avec vos actions et les mots soigneusement choisis qui suivent.


"Je connais des gens silencieux, désengagés et désintéressés."


Vous pensez que le silence est signe de désengagement ?


Détrompez-vous.


Dans le monde de la communication, le silence est souvent mal interprété.


Lorsque vous vous taisez, vous n’êtes pas à l’écart ; vous êtes profondément immergé dans le jeu.


Se taire, c'est simplement s'engager différemment.


On me traitait souvent d’« absent de la conversation », alors qu’en réalité j’étais :


  • Écouter activement et absorber chaque mot.
  • Traiter les informations, établir des liens qu’ils ont négligés.
  • En attendant le moment où ma contribution pourra avoir l’impact le plus significatif.


Les interactions sont réfléchies et non impulsives.


Alors si vous hésitez encore, acceptez le silence.


Cela ne atténue pas votre impact, cela l'amplifie. Cela garantit que lorsque vous parlez, le monde vous écoute.


4. Observations du coin tranquille

Aucune stratégie n’est parfaite.


En observant mes propres croyances d'enfance qui m'ont amené à graviter vers un monde d'observation, je dois aussi admettre que je suis allé un peu trop loin.

Je veux en parler, car vous pourriez être d’un côté ou de l’autre de l’équation. Et cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vous adapter en cours de route.


Laisse-moi expliquer.


Quand j’ai été convaincu que les humains avaient une quantité limitée de parole, je suis allé à l’extrême.


Je me souviens de plusieurs fois où cela s'est produit.


Un exemple serait un désaccord dans la voiture entre ma mère et mon frère, pour lequel j'avais la réponse pour mettre fin à la dispute.

Je me suis demandé : est-ce que cela vaut mes paroles ? La réponse était non, alors je les ai laissés discuter encore et j'ai poursuivi mes réflexions.


Évidemment, à un moment donné, j’ai réalisé que ce n’était ni durable ni exact.


Mais après des années à faire cela, cela a façonné ma façon de voir et d’interagir avec le monde.


Je choisis mes mots avec soin.


J'écoute et parle toujours dans un ratio de 90/10.


Je ne parle que lorsque c'est pertinent ou nécessaire.


Le bon:


Je laisse toujours les gens parler avant moi, que ce soit en groupe ou en tête-à-tête. J'ai généralement plus d'informations sur leurs pensées et leurs intentions. Ils en ont moins sur moi à un moment donné. Cela me donne un effet de levier.


Je suis assez à l'aise avec le silence. J'utilise cet outil pour les négociations, les ventes.


Je rassemble des données avant de prendre des décisions. Cela s’applique à tous les domaines de la vie.


Certains tirent, puis visent.


D'autres visent, le tournage.


Je vise, je prends une profonde inspiration pour me stabiliser. Je suis à l'écoute des signes subtils qui m'entourent. Je remarque le changement du vent, le murmure des feuilles et les sentiers cachés dans les sous-bois. J'aligne ma concentration.


Ensuite, je lance un tir mortel.


Les moins bons :


La peur de parler en public venait de ma conviction que chaque mot que je prononçais devait avoir du poids. Plus il y avait de gens qui écoutaient, plus il devenait crucial que mes paroles trouvent un écho égal auprès de tout le monde.


Cela a amplifié la pression sur chacune de mes déclarations.


Finalement, cette attente que je m’étais fixée est devenue écrasante.


Cela m'a conduit à des moments où j'étais simplement paralysé, incapable de parler.


En résumé, la pression auto-imposée a créé une anxiété sociale.


J’en ai tiré deux leçons :


  1. Lorsque vous croyez suffisamment en quelque chose, cela a le pouvoir de changer votre réalité. Cela change qui vous êtes et comment vous agissez.
  2. S'engager pleinement dans une direction signifie que vous vous éloignez de l'autre côté. La dualité est réelle et il faut parfois s’adapter.


5. Cadres : Cultiver la vie d’observateur

Adopter un style de vie d'observance ne signifie pas que vous devez adopter le silence comme un état permanent. L’objectif est que vous trouviez un équilibre qui améliore votre perception, votre prise de décision et vos interactions.

Il y a un dicton que ma grand-mère partageait :

" Tourne 7 fois la langue dans ta bouche avant de parler ", qui se traduit littéralement par " tourner sept fois la langue dans la bouche avant de parler ".

Ce proverbe français souligne la valeur d’une communication réfléchie.

Il s'agit de donner à vos mots le poids qu'ils méritent, afin de garantir que ce que vous dites compte vraiment.

Maintenant, en entrant dans une salle pleine de voix, vous avez probablement envie de rejoindre immédiatement le chœur. Voici une idée : essayez de vous retenir ; observer d'abord.

La perspicacité que vous obtenez en regardant les autres passer en premier donne un avantage à vos mots.

Ce qui sort de votre bouche résonnera plus profondément parce qu’il est informé.

Aiguiser vos capacités d'observation : un guide personnel

Slow Down : Tout va super vite de nos jours. Essayez d'appuyer sur le bouton pause de temps en temps. Regardez autour de vous, imprégnez-vous de tout. Vous serez surpris de ce qui vous a manqué.


Utilisez tous vos sens : La vie est une expérience multisensorielle. N'oubliez pas de sentir la pluie, de sentir la texture d'un vieux livre, d'écouter l'inflexion de la voix de quelqu'un. Il s’agit d’embrasser le monde dans sa globalité.


Étudiez les détails : les plus petites choses peuvent avoir les plus grandes significations. Faites attention aux nuances, aux légers froncements de sourcils, aux hésitations avant de parler. Ces détails racontent une histoire plus forte que les mots.


Écrivez-le : procurez-vous un cahier. Utilisez-le pour écrire ce que vous voyez, entendez, ressentez. Il ne s’agit pas seulement de se souvenir des choses, mais aussi de reconnaître les schémas de votre vie. Il s'agit de répétitions et de changements.


Regarder et écouter : 70 à 93 % de toutes les communications sont non verbales. Il y a tout un monde de sens dans la façon dont quelqu'un se tient, dans son regard ou dans le ton de sa voix. Commencez à y prêter attention. Vous comprendrez alors ce que les gens disent réellement, bien au-delà de leurs mots.

Faire tout cela ne vous rend pas seulement plus observateur. Cela vous connecte plus profondément à la vie, aux gens et, oui, à vous-même aussi.


6. La révolution tranquille ✊

Le pouvoir de l’observation ne réside pas seulement dans ses avantages stratégiques dans la prise de décision. Cela ajoute également de la profondeur aux relations.


Il s’agit de favoriser une connexion plus profonde avec le monde qui nous entoure et avec nous-mêmes.


Cette révolution tranquille est un appel à embrasser les subtilités de la vie, à trouver la force dans le silence.


Je vous laisse avec ça. Si vous souhaitez nous rejoindre, la mission est simple :


  • Parlez moins, observez davantage.
  • Observez le monde dans tous ses détails.
  • Écoutez avec intention.
  • Choisissez vos mots avec détermination.


Vous constaterez peut-être que la révolution tranquille vous ouvre bien plus d’opportunités qu’auparavant.


Peut-être que ces opportunités ont toujours été là. Vous étiez tout simplement trop occupé et trop bruyant pour les remarquer.


N'oubliez pas : vous ne vous retirez pas du monde ; vous vous y engagez à un niveau plus profond.


Ami, bienvenue dans la révolution tranquille.


C'est tout pour aujourd'hui, merci d'avoir lu.​


Stratégiquement vôtre,


Ben