Le monde derrière la lune by@astoundingstories
532 lectures

Le monde derrière la lune

2022/09/21
27 min
par @astoundingstories 532 lectures
tldt arrow
FR
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

Comme des mâchoires impitoyables, un cratère lointain s'ouvrit pour leur navire. Impuissants, ils se précipitèrent vers elle : impuissants, parce qu'ils étaient encore dans le néant de l'espace, sans aucune résistance atmosphérique sur laquelle leurs gouvernails, ou leurs tubes de poupe ou d'étrave, pourraient prendre appui pour les diriger. Le professeur Dorn Wichter attendait anxieusement la légère vibration qui devait annoncer que l'obus en forme de projectile était entré dans l'atmosphère de la nouvelle planète. Deux hommes de la Terre intrépides s'affrontent avec les horribles monstres des effroyables jungles de Zeud.

People Mentioned

Mention Thumbnail

Companies Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail
featured image - Le monde derrière la lune
Astounding Stories HackerNoon profile picture

@astoundingstories

Astounding Stories

Dare to dream. Dare to go where no other has...

Apprendre encore plus
LEARN MORE ABOUT @ASTOUNDINGSTORIES'S EXPERTISE AND PLACE ON THE INTERNET.
react to story with heart

Histoires étonnantes de super-science Avril 1931, par Histoires étonnantes fait partie de la série de billets de blog de HackerNoon. Vous pouvez sauter à n'importe quel chapitre de ce livre ici . VOL. VI, n° 1 - Le monde derrière la lune

Le monde derrière la lune

Par Paul Ernst

Comme des mâchoires impitoyables, un cratère lointain s'ouvrit pour leur navire. Impuissants, ils se précipitèrent vers elle : impuissants, parce qu'ils étaient encore dans le néant de l'espace, sans aucune résistance atmosphérique sur laquelle leurs gouvernails, ou leurs tubes de poupe ou d'étrave, pourraient prendre appui pour les diriger.

Le professeur Dorn Wichter attendait anxieusement la légère vibration qui devait annoncer que l'obus en forme de projectile était entré dans l'atmosphère de la nouvelle planète.

 Two intrepid Earth-men fight it out with the horrific monsters of Zeud's frightful jungles.

"Avons-nous déjà frappé?" demanda Joyce, un grand jeune homme blond aux épaules d'athlète, au front large et au menton carré de celui qui conjugue rêve et action. Il se dirigea péniblement vers Wichter. C'était la première fois qu'il tentait de se déplacer depuis que l'obus avait dépassé le point neutre – cette ceinture à mi-chemin entre la lune et le monde derrière elle, où l'attraction gravitationnelle de chaque satellite était neutralisée par l'autre. Eux et tous les objets en vrac dans la coquille, avaient flotté inconfortablement au milieu de la chambre pendant environ une demi-heure, se retombant progressivement; jusqu'à présent, il était possible, avec précaution, de marcher.

"Avons-nous frappé?" répéta-t-il, se penchant par-dessus l'épaule du professeur et fixant la jauge de résistance.

"Non." Distraitement, Wichter ôta ses lunettes et les nettoya. "Il n'y a pas encore trace de résistance."

Ils regardaient par le bow-window vers le vaste disque, comme une plaque de glace bleue dentelée et grêlée, qui était la planète Zeud – découverte et nommée par eux. La même pensée était dans l'esprit de chacun. Supposons qu'il n'y ait pas d'atmosphère autour de Zeud pour amortir leur descente dans le cratère de cent milles qui s'ouvrait pour les recevoir ?

"Eh bien," dit Joyce au bout d'un moment, "nous ne prenons pas plus de risques ici que lorsque nous avons pointé notre nez vers la lune. Nous étions presque sûrs qu'il n'y avait pas d'atmosphère là-bas, ce qui signifiait que nous plongerions du nez dans les rochers à cinq mille milles à l'heure. Sur Zeud, il pourrait y avoir n'importe quoi. Ses yeux brillaient. « Comme c'est merveilleux qu'il y ait une telle planète, insoupçonnée depuis tous les siècles que les hommes étudient le ciel !

Wichter hocha la tête. C'était en effet merveilleux. Mais ce qui était plus merveilleux était sa découverte actuelle : car cela ne se serait jamais produit si lui et Joyce n'avaient pas réussi dans leur tentative de voler vers la lune. De là, après avoir suivi le soleil dans son lent voyage vers la face perdue du globe lunaire, cette face que la terre n'a jamais encore observée, ils avaient vu briller dans un proche lointain la grande boule qu'ils avaient baptisée Zeud.

Des calculs astronomiques avaient rapidement décrit le mystérieux satellite caché. C'était presque un jumeau de la lune; un tout petit peu plus petit, et à moins de 80 000 milles. Sa rotation était presque similaire, ce qui faisait que ses jours n'étaient pas tout à fait seize de nos jours terrestres. Il était d'environ le poids, par mile cube, de la Terre. Et là, il tourbillonnait, directement en ligne avec la terre et la lune, se déplaçant au fur et à mesure que la lune se déplaçait de sorte qu'il était toujours hors de vue au-delà d'elle, comme un sou serait hors de vue s'il était placé en ligne directe derrière un sou.

Zeud, le nouveau satellite, le monde au-delà de la lune ! Dans leur excitation à sa découverte, Joyce et Wichter avaient quitté la lune - qu'ils avaient trouvée aussi morte et froide qu'on l'avait supposé être - et étaient retournés sommairement sur Terre. Ils avaient reconstitué leurs réserves et leurs réservoirs d'oxygène, et étaient revenus – pour faire le tour de la lune et pointer la proue pointue de l'obus vers Zeud. Le cadeau de la lune à la Terre était douteux; mais le don d'une planète-colonie possiblement vivante à l'humanité pourrait être la solution aux conditions de surpeuplement de la sphère terrestre !

"Vitesse, trois mille miles à l'heure", a calculé Wichter. "Distance de Zeud, neuf cent quatre-vingts milles. Si nous ne heurtons pas quelques atomes d'hydrogène ou quelque chose bientôt, nous allons forer ce cratère le plus proche un peu plus profondément!"

Joyce hocha la tête d'un air sombre. A deux mille milles de la Terre, il y avait encore assez de traces d'hydrogène dans l'éther pour alimenter les explosions de leur moteur à eau. A six cents milles de la lune, ils s'étaient heurtés à une ceinture gazeuse clairsemée qui leur avait permis de changer de direction et de ralentir leur vitesse. Ils avaient espéré trouver de l'hydrogène à mille ou douze cents milles de Zeud.

« Huit cent trente milles », commenta Wichter, son corps mince et courbé tendu. « Huit cents milles, ah !

Un bruit sourd parvint à leurs oreilles alors que la coquille tremblait, presque imperceptiblement, mais sans erreur possible, au contact d'une faible résistance à l'extérieur dans l'espace.

"Nous l'avons frappé, Joyce. Et il est beaucoup plus dense que celui de la lune, comme nous l'avions espéré. Il y aura de la vie sur Zeud, mon garçon, à moins que je ne me trompe énormément. Tu ferais mieux de regarder le moteur à présent."

Joyce se dirigea vers le moteur à eau. C'était une affaire curieuse, mais extrêmement simple. Il y avait une boîte en verre, nervurée d'acier poli, de la taille et de la forme d'une boîte à cigares, qui était pleine d'eau. Partant de là, à l'avant et à l'arrière de la coque, se trouvaient deux petits tuyaux. Les tuyaux étaient considérablement épaissis sur une période d'environ trois pieds, directement sous le petit réservoir, et étaient renforcés par des plaques d'assise si lourdes qu'elles paraissaient toutes disproportionnées. Autour des parties épaissies des tuyaux se trouvaient des bobines de fil de cuivre lourd et isolé. Il n'y avait ni soupapes ni cylindres, ni pièces tournantes : c'était tout ce qu'il y avait au « moteur ».

Joyce ne comprenait pas encore l'appareil. L'eau s'égouttait du réservoir, goutte à goutte, pour être brusquement désintégrée, transformée en explosif, en étant soumise à un puissant champ magnétique induit dans les bobines par un générateur situé dans la proue de l'obus. Au fur et à mesure que chaque goutte d'eau passait dans les tuyaux et était instantanément brisée, il y avait une explosion violente mais contrôlée - et l'obus était projeté à une centaine de kilomètres plus loin sur son chemin. C'était tout ce que Joyce en savait.

Il a lancé l'interrupteur d'étrave. Il y a eu un léger choc lorsque le moteur s'est épuisé à travers le tube avant, ralentissant sa vitesse.

"Allumez les hélices extérieures du générateur", ordonna Wichter. "Je pense que nos batteries deviennent faibles."

Joyce enclencha les minuscules hélices à pales minces. Ils commencèrent à tourner, lentement d'abord dans l'atmosphère quasi inexistante.

"Quatre cents milles", annonça Wichter. "Comment est la température?"

Joyce s'avança vers le thermomètre qui enregistrait la chaleur du mur extérieur. "Neuf cents degrés," dit-il.

"Réduit à mille milles à l'heure", ordonna Wichter. « Cinq cents dès que le moteur rattrapera ça. Je garderai le cap droit vers ce cratère. C'est dans des puits comme ça, qu'on trouvera de l'air vivable - si on a raison de croire qu'il y a une chose pareille. sur Zeud."

Joyce jeta un coup d'œil au thermomètre. Il enregistrait encore des centaines de degrés, bien que leur vitesse ait été sensiblement réduite.

"Je suppose qu'il y a de l'air vivable, d'accord," dit-il. "Il fait déjà assez épais dehors."

Le professeur sourit. "Une autre théorie s'est confirmée. J'étais sûr que Zeud, se balançant à l'extérieur de la chaîne Terre-Lune-Zeud et donc voyageant à un rythme plus rapide, capterait la majeure partie de l'atmosphère de la Lune sur une période de millions d'années. ont été protégés par la lune, dans une certaine mesure, contre les petites fuites atmosphériques constantes auxquelles la plupart des globes célestes sont soumis. De même, lorsque nous atterrirons, nous testerons les conditions avec un rat ou deux.

Sur un signal de sa part, Joyce vérifia leur vitesse à quatre cents milles à l'heure, puis à deux cents, puis, alors qu'ils descendaient sous le plus haut rebord des falaises circulaires du cratère, ils s'arrêtèrent presque complètement. Ils flottaient vers la surface de Zeud, observant avec un intérêt haletant le panorama qui se déroulait sous eux.

Ils se dirigeaient vers un endroit favorisé par le lever du soleil zeudien. Nets et clairs, les rayons lumineux étaient inclinés vers le bas, illuminant environ la moitié du fond du cratère et laissant la falaise protégée à moitié dans une ombre sombre.

La partie illuminée de la fosse géante était aussi bizarre que le paysage d'un cauchemar. Il y avait des arbres violacés, immenses au-delà de toute croyance. Il y avait de larges flaques lisses de fluide noir d'encre qui était huileux et troublé par endroits comme s'il était dérangé par des choses en mouvement sous la surface. Il y avait des plaques rocheuses nues où les pierres, les longues gouttes d'anciennes coulées de lave, s'étalaient comme des squelettes gris blanchissants de monstres. Et au-dessus de tout, s'élevant des mares, du sol nu et de la jungle, il y avait une fine brume miasmique.

Soutenus par l'échappement lent et régulier du moteur, s'élevant un peu à chaque explosion partiellement étouffée et s'enfonçant un peu plus à chaque intervalle, ils se sont installés vers un endroit nu et parsemé de lave qui a séduit Wichter comme étant un bon lieu d'atterrissage. Avec un dernier sifflement et un pot de broyage, ils s'écrasèrent. Joyce a ouvert l'interrupteur pour couper le générateur.

« Maintenant, voyons à quoi ressemble l'air », dit Wichter en soulevant une petite cage dans laquelle était enfermé un rat actif.

Il ouvrit un double panneau dans la coque de la coque, et libéra le petit animal. Dans une agonie de suspense, ils l'ont regardé alors qu'il sautait sur la lave nue et s'arrêtait un moment...

"Ça a l'air d'aimer ça", dit Joyce en prenant une grande inspiration.

Le rat, comme ivre de sa soudaine liberté, s'enfuit hors de vue, couvrant huit ou dix pieds d'un bond, ses pattes se précipitant ridiculement dans l'air vide pendant ses courts vols.

"Cela signifie que nous pouvons nous passer de casques à oxygène - et que nous ferions mieux de prendre nos armes", a déclaré Wichter, sa voix tendue, ses yeux claquant derrière ses lunettes.

Il s'avança vers le râtelier à fusils. Dans celui-ci se trouvaient une demi-douzaine de canons à air comprimé. Longs et de très petit calibre, ils déchargeaient un minuscule obus d'acier dans lequel se trouvait un liquide de son invention qui, environ une seconde après la chaleur de son passage forcé à travers le canon du fusil, se dilatait instantanément sous forme gazeuse jusqu'à des millions de fois son volume liquide. . C'était l'explosif le plus puissant jamais trouvé, mais celui qui était magnifiquement sûr à transporter dans la mesure où il ne pouvait exploser que par la chaleur.

"Sommes-nous prêts?" dit-il en tendant une arme à Joyce. "Alors c'est parti!"

Mais pendant un souffle ou deux, ils hésitèrent avant d'ouvrir la lourde double porte sur le côté de la coque, savourant pleinement l'immensité du moment.

Le ravissement de l'explorateur qui est le premier à poser le pied sur un vaste nouveau continent était le leur, magnifié au centuple. Car ils ont été les premiers à poser le pied sur une vaste nouvelle planète ! Un tout nouveau monde, contenant le ciel seul savait quelles formes de vie, quelles créatures monstrueuses ou infinitésimales, se trouvaient devant eux. Même la profonde crainte qu'ils avaient ressentie lors de leur atterrissage sur la lune était éclipsée par la solennité de cette occasion ; de même qu'il est moins émouvant de découvrir un continent arctique perpétuellement enveloppé de glaces arides, que de découvrir un continent chaleureusement fécond et, probablement, grouillant de vie.

Toujours muets, trop agités pour parler, ils ouvrirent la porte en forme de voûte et sortirent, dans une chaleur humide qui ressemblait à celle de leurs propres régions tropicales, mais pas si insupportable.

Au cours de leur court séjour sur la lune, au cours duquel ils avaient fait plusieurs promenades dans leurs combinaisons isolantes, ils s'étaient quelque peu habitués à la diminution du poids de leur corps en raison de la moindre gravité, de sorte qu'ici, où leur poids était encore moindre, ils n'a fait aucune gaffe en faisant vingt pieds au lieu d'un mètre.

Marchant prudemment, regardant attentivement dans toutes les directions pour se prémunir contre tout animal étrange qui pourrait se précipiter pour les détruire, ils se dirigèrent vers l'étendue de jungle la plus proche.

La première chose qui retint leur attention fut la taille des arbres dont ils s'approchaient. Ils avaient obtenu une certaine idée de leur énormité à partir de la coquille, mais vus du niveau du sol, ils apparaissaient encore plus gros. Huit cents, mille pieds ils élevaient leurs cimes puissantes, avec des troncs de centaines de pieds de circonférence ; des pyramides vivantes dont les bases se sont entrelacées pour former un plafond impénétrable au-dessus du sol de la jungle. Les feuilles étaient épaisses et gonflées comme des pousses de cactus, et leur couleur était d'une lavande prononcée.

"Nous devons reprendre plusieurs de ces feuilles", a déclaré Wichter, son âme scientifique remplie d'excitation froide.

"Je souhaite que nous puissions reprendre une partie de cet air, aussi." Joyce a rempli ses poumons à pleine capacité. « N'est-ce pas génial ? Comme le vin ! Il neutralise presque les effets de la chaleur.

"Il y a plus d'oxygène dedans que dans le nôtre", a supposé Wichter. "Mon Dieu! Qu'est-ce que c'est?"

Ils s'arrêtèrent un instant. Des profondeurs de la jungle de lavande était venue une oreille fracassante, hurlant un sifflement, comme si un serpent monstrueux était à l'agonie.

Ils ont attendu d'entendre si le bruit allait se répéter. Ce n'était pas le cas. Dubitativement, ils recommencèrent.

"Nous ferions mieux de ne pas aller trop loin", a déclaré Joyce. "Si nous ne revenions pas, cela coûterait à la Terre une nouvelle planète. Personne d'autre ne connaît le secret de votre moteur à eau."

"Oh, rien de vivant ne peut résister à nos armes à feu", a répondu Wichter avec confiance. "Et ce bruit n'a peut-être pas été causé par quoi que ce soit de vivant. C'est peut-être de la vapeur s'échappant d'une crevasse volcanique."

Ils ont commencé prudemment sur un sentier bien défini et compacté à travers un sous-bois épineux de lavande. Au fur et à mesure, Joyce a tracé des marques sur divers troncs d'arbres indiquant la direction du retour à la coquille. Les fibres dures exsudaient un liquide bleuté des coupures qui bouillonnait lentement comme du sang.

À droite et à gauche d'eux se trouvaient des buissons en forme de coupe qui ressemblaient à des pièges ; et que leurs regards n'étaient pas trompeurs était prouvé par un cri étouffé et bêlant qui montait des feuilles comprimées de l'un d'eux qu'ils croisaient. Des choses lentes et aveugles rampant comme des limaces de trois pieds traversaient leur chemin et parmi les troncs d'arbres, laissant derrière elles des traînées visqueuses de boue. Et il y avait des choses plus importantes...

"Attention," dit soudain Wichter, s'arrêtant et regardant dans l'obscurité à leur droite.

"Qu'as-tu vu?" murmura Joyce.

Wicher secoua la tête. La gigantesque silhouette violacée à deux pattes qu'il avait vaguement devinée dans l'obscurité torride s'était éloignée. "Je ne sais pas. Il ressemblait un peu à un singe géant."

Ils s'arrêtèrent et firent le point sur leur situation, essuyant machinalement la sueur de leurs visages ruisselants, et se demandant s'ils devaient ou non rebrousser chemin. Joyce, qui était loin d'être un lâche, pensait qu'il le fallait.

« Dans ce sous-bois, fit-il remarquer, nous risquons d'être précipités avant même de pouvoir tirer avec nos canons. Et nous sommes à près d'un mille de l'obus.

Mais Wichter était comme un enfant impatient.

"Nous allons continuer un peu", a-t-il insisté. "À cet endroit dégagé devant nous." Il pointa le long du sentier vers l'endroit où la lumière du soleil filtrait à travers une ouverture dans les arbres. "Dès que nous verrons ce qu'il y a là-bas, nous y retournerons."

Avec un haussement d'épaules, Joyce suivit le petit homme impatient sur l'étrange sentier sous les lavandes. En quelques instants, ils atteignirent la clairière qui était le but de Wichter. Ils s'arrêtèrent sur son bord, le regardant avec crainte et répulsion.

C'était un bourbier circulaire de boue noire purulente d'environ cent mètres de diamètre. Tout près, ils pouvaient voir la boue se soulever, très lentement, comme si des formes de vie abyssales creusaient un tunnel juste sous la surface. Ils regardèrent vers le centre de la tourbière, qui était occupé par l'un des des flaques noires et lisses, et ont pleuré à haute voix à ce qu'ils ont vu.

Au bord de la mare gisait une créature gigantesque ressemblant à un gros serpent épais - un serpent avec une tête de lézard et une série de pattes écailleuses à plusieurs articulations courant sur sa puissante longueur. Sa bouche était grande ouverte pour révéler des centaines de dents acérées pointant vers l'arrière. Ses pattes et sa queue épaisse et tronquée battaient faiblement dans la boue comme s'il était en détresse ; et ses yeux, si petits qu'ils étaient invisibles dans sa tête repoussante, étaient vitreux et ternes.

"Est-ce que c'est ce que nous avons entendu à l'époque ?" s'est demandé Joyce.

"Probablement," dit Wichter. Ses yeux brillaient alors qu'il regardait la forme cauchemardesque. Impulsivement, il fit un pas vers la boue agitée.

"Ne sois pas complètement fou", a claqué Joyce, attrapant son bras.

"Je dois le voir de plus près", a déclaré Wichter, tirant pour être libre.

"Ensuite, nous grimperons à un arbre et le regarderons de haut. Nous serons probablement plus en sécurité en hauteur de toute façon."

Ils montèrent sur le géant de la jungle le plus proche - dont l'écorce caoutchouteuse était si annelée et rayée qu'il était aussi facile à gravir qu'un escalier - jusqu'à la première grande branche, à environ cinquante pieds du sol, et s'avancèrent jusqu'à ce qu'ils dépassent le bord de la bourbier. De là, à l'aide de leurs jumelles, ils s'attendaient à voir le monstre mourant dans ses moindres détails. Mais quand ils ont regardé vers la piscine, ce n'était pas en vue !

« Étions-nous en train de voir des choses ? s'écria Wichter en frottant ses lunettes. "J'aurais juré qu'il était là !"

"Ça l'était", dit joyeusement Joyce. "Regardez la piscine. Cela vous dira où elle est allée."

La surface noire et secrète bouillonnait et ondulait comme si, dans ses profondeurs, un terrible combat se déroulait.

"Quelque chose est venu et a traîné notre lézard à dix pattes dans sa tanière. Puis les frères de ce quelque chose ont compris qu'un festin avait lieu et se sont précipités. Cette piscine ne serait pas un endroit pour une baignade avant le petit-déjeuner!"

Wichter commença à dire quelque chose en réponse, puis regarda, hypnotisé, le mur opposé de la jungle.

De l'épais écran de feuillage lavande s'étendait un cou luisant et blindé d'écailles, aussi épais que le corps d'un homme à son point le plus mince, qui était juste derrière une tête de crocodilienne à la mâchoire énorme. Il s'est effilé sur une distance d'au moins trente pieds, pour se fondre dans un corps aussi grand que celui d'une baleine terrestre, qui était soutenu par quatre pattes trapues et lourdes.

Se déplaçant avec une rapidité surprenante, l'énorme chose glissa dans la boue et commença à tracer un chemin, jusqu'au ventre, vers la mare. Des formes informes et se tordant lentement furent projetées dans son sillage, pour trembler un instant au soleil, puis fondre à nouveau sous la boue.

L'un des rampants de boue gonflés et informes a été happé par les énormes mâchoires avec un plongeon brusque du long cou, et le monstre a commencé à se nourrir, comme un porc, bavant sur la carcasse répugnante.

Wichter secoua la tête, mi-empressement fanatique, mi-désespoir. "J'aimerais rester et en voir plus," dit-il avec un soupir, "mais si c'est le genre de créatures que nous sommes susceptibles de rencontrer dans la jungle de Zeudian, nous ferions mieux d'y aller tout de suite..."

"Ch-h!" lança Joyce. Puis, dans un murmure à peine audible : "Je pense que la chose a entendu ta voix !"

Le monstre avait brusquement cessé de se nourrir. Sa tête, haute dans les airs, s'agitait curieusement d'un côté à l'autre. Soudain, il expulsa l'air de ses vastes poumons dans une toux rugissante et se dirigea directement vers leur arbre.

"Tirer!" s'écria Wichter en levant son fusil.

Se déplaçant à la vitesse d'un train express, le monstre avait presque atteint leur branche en surplomb avant qu'ils ne puissent appuyer sur la gâchette. Les deux obus s'enfoncèrent dans l'énorme poitrine, juste au moment où le long cou se tendait vers eux. Et aussitôt les choses commencèrent à se produire avec une rapidité cataclysmique.

Presque sous leur impact, les obus ont explosé. Le monstre s'arrêta, avec un grand trou déchiré dans son corps. Puis, mourant sur ses pattes, il dressa sa grosse tête et ses énormes mâchoires s'écrasèrent sur la branche à laquelle s'accrochaient ses deux chétifs destructeurs.

Avec toutes ses dizaines de tonnes de poids, il a secoué dans une agonie gargantuesque. L'arbre, tout énorme qu'il était, trembla avec lui, et la branche elle-même fut secouée comme dans un ouragan.

Il y eut un bruit d'éclatement. Wichter et Joyce laissèrent tomber leurs armes pour s'agripper plus étroitement au tronc de la branche tombante qui était leur seule sécurité. Les canons ont ricoché sur le corps montagneux - et, avec une dernière convulsion des jambes puissantes, ont été balayés en dessous !

Le monstre était enfin immobile, ses mâchoires insensées agrippant encore la branche. Les deux hommes se regardèrent avec une consternation muette. L'obus à un mile de distance à travers la terrible jungle... Eux-mêmes, impuissants sans leurs fusils...

"Eh bien," dit enfin Joyce. "Je suppose que nous ferions mieux d'être en route. Attendre ici, y réfléchir, n'aidera personne. Heureusement, il n'y a pas de nuit, pendant au moins deux semaines, pour nous tomber dessus."

Il s'engagea dans le grand tronc, suivi de près par Wichter. Marchant aussi vite qu'ils le pouvaient, ils se précipitèrent le long du sentier tunnel vers leur coquille.

Ils n'avaient pas parcouru une centaine de mètres lorsqu'ils entendirent un puissant fracas de broussailles derrière eux. Regardant en arrière, ils virent des mâchoires pleines de dents béantes au bout d'un cou de trente pieds - de petits yeux morts qui les fixaient - un corps de cent pieds se frayer un chemin sur les buissons-pièges et à travers les enchevêtrements de vignes et branches tombantes.

"Le compagnon de la chose que nous avons tué là-bas !" Joyce haletait. « Courez, pour l'amour de Dieu !

Wichter n'avait pas besoin d'être pressé. Il n'avait pas une once de peur dans son petit corps de réserve. Mais il avait un désir irrésistible de revenir sur Terre et de délivrer son message. Il tremblait alors qu'il courait après Joyce, à trente pieds d'un bond, baissant la tête pour éviter de heurter l'épais feuillage de lavande qui couvrait le sentier.

"L'un de nous doit passer !" il haletait encore et encore. "L'un de nous doit y arriver !"

Il était rapidement évident qu'ils ne pourraient jamais distancer leur poursuivant. Les mâchoires tendues n'étaient plus qu'à quelques mètres derrière eux maintenant.

"Tu y vas," appela Joyce en sanglotant pour reprendre son souffle. Il ralentit délibérément son rythme.

« Non… vous… » Wichter ralentit également. Dans une frénésie, Joyce le poussa le long du sentier.

"Je vous le dis-"

Il n'allait pas plus loin. Devant eux, là où il semblait y avoir un sol solide, ils virent soudain une fosse béante. Désespérément, ils ont essayé de s'écarter, mais ils étaient trop proches. Leur dernier long saut d'oiseau les emporta par-dessus bord. Ils sont tombés, loin en bas, dans un gouffre profond, éclaboussant dans une mare d'eau peu profonde.

Quelques mottes de terre tombèrent en cascade derrière eux alors que le monstre au-dessus enfonçait ses grands pieds écartés dans le sol et arrêta sa course à temps pour ne pas tomber après eux. Puis le sommet de la fosse s'assombrit lentement tandis qu'une sorte de revêtement glissait dessus. Ils étaient dans une prison aussi profondément silencieuse et complètement noire qu'un tombeau.

« Dorn », cria Joyce. "Est-ce que vous allez bien?"

"Oui," fit une voix dans la quasi-obscurité. "Et tu?"

"Je suis toujours en un seul morceau pour autant que je puisse le sentir." Il y eut un bruit d'éclaboussure. Il pataugea vers elle et en un instant sa main tendue toucha l'épaule du professeur.

"C'est un beau gâchis," observa-t-il d'une voix tremblante. "Nous nous sommes éloignés de ces mâchoires pleines de dents, d'accord, mais je me demande si nous sommes bien mieux lotis que nous ne l'aurions été si nous ne nous étions pas échappés."

"Je me demande la même chose." La voix de Wichter était tendue. "Avez-vous vu la façon dont le sommet de la fosse s'est fermé au-dessus de nous ? Cela signifie que nous sommes dans un piège. Et c'est aussi un piège des plus ingénieux ! Le toit est camouflé jusqu'à ce qu'il ressemble exactement au reste du sentier. L'eau ici est juste assez peu profonde pour permettre aux grands animaux de se casser le cou lorsqu'ils tombent dedans et juste assez profonde pour préserver les petits animaux - comme nous - en vie. Nous sommes entre les mains d'une sorte de raisonnement, d'êtres intelligents, Joyce !"

"Dans ce cas," dit Joyce avec un frisson, "nous ferions mieux de faire de notre mieux pour sortir d'ici!"

Mais cela s'est avéré impossible. Ils ne pouvaient pas grimper hors de la fosse, et nulle part ils ne pouvaient sentir d'ouvertures dans les murs. Seule une pierre lisse et impénétrable rencontrait leurs doigts en quête.

"On dirait que nous allons rester", a finalement déclaré Joyce. "Au moins jusqu'à ce que nos hôtes zeudiens, quel que soit le genre de créatures qu'ils soient, viennent nous éliminer. Qu'allons-nous faire alors ? Naviguer et mourir en combattant ? Ou partir pacifiquement avec eux - en supposant que nous ne soyons pas tués sur le coup. - au cas où nous pourrions faire une pause plus tard ?"

"Je conseillerais ce dernier", répondit Wichter. "Il y a un petit animal sur notre propre planète dont l'exemple pourrait être bon à suivre. C'est le 'possum'." Il s'arrêta brusquement et agrippa le bras de Joyce.

De l'autre côté de la fosse vint un grincement. Une fissure de lumière verdâtre apparut, bas près de l'eau. Celui-ci s'élargit par saccades comme si une porte était soulevée par une sorte de poulie. Les murs de la fosse ont commencé à briller faiblement avec la lumière réfléchie.

« À terre », souffla Wichter.

Sans bruit, ils se laissaient couler dans l'eau jusqu'à flotter, les yeux fermés et immobiles, à la surface. Faisant le mort au mieux de leurs capacités, ils ont attendu ce qui pourrait arriver ensuite.

Ils entendirent des éclaboussures près de la porte en pierre ouverte. Les éclaboussures s'approchèrent d'eux et des syllabes sifflantes et aiguës parvinrent à leurs oreilles - des sons panachés qui ressemblaient à une conversation animée dans une langue inconnue.

Joyce se sentit touché par quelque chose, et c'était tout ce qu'il pouvait faire pour s'empêcher de crier à haute voix et de bondir sur ses pieds au contact.

Il n'avait aucune idée, bien sûr, de la nature de leurs ravisseurs, mais il les avait imaginés comme des hommes, du moins dans une certaine mesure. Et le toucher de sa main, ou de sa nageoire, ou quoi que ce soit, indiquait que ce n'était pas le cas !

C'étaient des choses reptiliennes à sang froid, car la chair qui l'avait touché était froide ; aussi moite et repoussante que le ventre d'un poisson mort. Si repoussante était cette chair que, lorsqu'il se sentit bientôt soulevé haut et rudement porté, il frissonna malgré lui au contact.

Instantanément, la chose qui l'ennuie s'arrêta. Joyce retint son souffle. Il a ressenti une douleur atroce et lancinante dans son bras, après quoi le voyage à travers l'eau a repris. Obstinément, il a maintenu son semblant d'absence de vie.

Les éclaboussures cessèrent et il entendit des pieds plats et mouillés claquer sur la roche sèche, indiquant qu'ils avaient émergé de la fosse. Puis il sombra dans une véritable inconscience.

La prochaine chose qu'il sut, c'est qu'il était allongé sur un rocher lisse et nu dans un parfait chaos de bruits. Des hurlements et des grognements, des toux de reniflement et des grognements battaient ses tympans. C'était comme s'il était tombé dans une vaste cage dans laquelle se trouvaient des centaines d'animaux sauvages et excités - des animaux, cependant, qui, malgré leur excitation et leur férocité, étaient étonnamment immobiles, car il n'entendit aucun grattement de griffes ou rembourrage de pieds. .

Prudemment, il ouvrit les yeux...

Il se trouvait dans une grande grotte dont les parois brillaient d'une lumière verdâtre et phosphorescente. Éparpillés sur le sol, il y avait apparemment des carcasses d'animaux morts. Et quelles carcasses il y avait ! Des choses recouvertes de graisse qui ressemblaient à des têtards géants, des créatures ressemblant à des gazelles avec une seule corne longue et mince poussant à partir de petits crânes délicats, des bêtes à quatre pattes et des bêtes à six pattes, des animaux avec des peaux à fourrure et des chenilles avec des couvertures écailleuses - plusieurs centaines assorties des spécimens de la petite vie de Zeud s'étalaient dans une apparente absence de vie.

Mais ils n'étaient pas morts, ces bêtes bizarres d'un autre monde. Ils vivaient et étaient animés de la peur frénétique des choses prises au piège. Joyce pouvait voir le soulèvement torturé de leurs flancs poilus et écaillés alors qu'ils haletaient de terreur. Et de leur gorge sortaient les bruits étranges qu'il avait entendus. Ils étaient assez vivants, seulement ils semblaient incapables de bouger !

Il n'y avait rien dans son champ de vision qui pourrait être les êtres qui les avaient capturés, alors Joyce a commencé à lever la tête et à regarder autour de lui le reste de la caverne. Il a constaté qu'il ne pouvait pas bouger. Il a essayé à nouveau, et son corps était aussi insensible qu'une bûche. En fait, il ne pouvait pas du tout sentir son corps ! Dans une terreur croissante, il concentrait toute sa volonté sur le mouvement de son bras. Il était aussi mou qu'un chiffon.

Il se détendit momentanément sous l'emprise d'une panique aveugle. Il était aussi impuissant que les hurlements qui l'entouraient ! Il était engourdi, complètement paralysé dans l'immobilité !

La voix du professeur – une voix faible et incertaine – résonna derrière lui. « Joyce ! Joyce !

Il a constaté qu'il pouvait parler, que la paralysie qui agrippait le reste de ses muscles ne s'était pas étendue aux cordes vocales. « Dorn ! Dieu merci, tu es en vie ! Je ne pouvais pas te voir, et j'ai pensé… »

"Je suis en vie, mais c'est à peu près tout", a déclaré Wichter. "Je... je ne peux pas bouger."

"Moi non plus. Nous avons été drogués d'une manière ou d'une autre - tout comme tous les autres animaux ici ont été drogués. J'ai dû prendre ma dose dans la fosse. J'ai été coupé ou poignardé au bras."

Joyce s'arrêta de parler lorsqu'il entendit soudain des pas, comme des pas humains mais étrangement différents - des bruits de battement de battement comme si des nageoires maladroites claquaient le long du sol rocheux vers eux. Les pas s'arrêtèrent à quelques pas d'eux ; puis, après ce qui lui sembla des heures, ils retentirent à nouveau, cette fois devant lui.

Il ouvrit les yeux avec précaution, remuant à peine les paupières, et vit enfin, dans chaque détail hideux, l'une des super-bêtes qui avaient capturé Wichter et lui-même.

C'était une horrible caricature d'un homme, la chose qui se tenait là dans la lueur verdâtre de la grotte. Neuf ou dix pieds de haut, il se dressait ; glabre, avec une peau violacée légèrement irisée. Un tronc épais et cylindrique incliné dans un cou à peine plus petit que le corps lui-même. Sur celle-ci se trouvait une tête osseuse et laide qui était clairement fendue par des mâchoires sans lèvres. Il n'y avait pas de nez, seulement des trous obliques comme les narines d'un animal ; et sur ceux-ci étaient posés des yeux pâles, sans expression, sans pupille. Les bras étaient courts et épais et se terminaient par des morceaux de chair bifurqués comme des mains enflées enveloppées dans des mitaines à l'ancienne. Les jambes étaient aussi grotesquement courtes et les pieds de simples rabats informes.

Il se tenait près d'un des plus petits animaux, le regardant apparemment de près. L'observant lui-même, Joyce vit qu'il bougeait un peu. Comme s'il sortait d'un coma, il levait sa tête bizarre et tentait de se relever.

Tranquillement, le monstre à deux pattes se pencha dessus. Deux longs crocs brillaient dans la bouche sans lèvres. Celles-ci furent enfouies dans le cou de la bête ressuscitée - et instantanément elle retomba dans l'immobilité.

L'ayant réduit à l'impuissance, le monstre l'a mangé ! Les mâchoires sans lèvres s'ouvraient largement. Les mains informes enfoncées dans la tête de l'animal. Les muscles de la gorge se sont énormément dilatés : et en moins d'une minute il avait avalé sa proie vivante comme un boa constrictor avale un singe.

Joyce ferma les yeux, se sentant faible et nauséeuse. Il ne les rouvrit que longtemps après avoir entendu le dernier des pas maladroits et agités.

"Pourriez-vous le voir?" demanda Wichter, qui était couché si près de lui qu'il ne put observer le monstrueux Zeudien. "Qu'est-ce que ça a fait? Comment était-ce?"

Joyce lui raconta comment la créature s'était nourrie. "Nous sommes évidemment dans leur salle de provisions", a-t-il conclu. "Ils gardent une partie de leur nourriture en vie, semble-t-il... Eh bien, c'est une mort rapide."

"Dites-m'en plus sur la façon dont l'autre animal s'est déplacé, juste avant d'être mangé."

"Il n'y a pas grand-chose à dire", a déclaré Joyce avec lassitude. "Il n'a pas bougé longtemps après que ces crocs aient été enfoncés dedans."

« Mais ne voyez-vous pas ! Il y avait un espoir soudain dans la voix de Wichter. "Cela signifie que l'effet du poison, qui est apparemment injecté par ces crocs, s'estompe après un certain temps. Et dans ce cas..."

"Dans ce cas," intervint Joyce, "nous n'aurions qu'une armée inconnue de Zeudians de dix pieds, le problème de retrouver un chemin vers la surface du sol, et le manque d'armes de toute sorte, pour nous garder de s'évader !"

« Nous ne sommes pas tout à fait sans armes, cependant, » chuchota le professeur en retour. "Dans un coin, il y a un tas de longues cornes fines qui sortent de la tête de certaines de ces créatures. Évidemment, les Zeudiens les ont coupées, ou les ont cassées avant de manger ce type particulier d'animal. Elles seraient aussi bonnes comme des lances, si nous pouvions nous en procurer."

Joyce ne dit rien, mais l'espoir commença à battre dans sa propre poitrine. Il avait remarqué un événement important pendant les longues heures passées dans la grotte du commissaire. La plupart des Zeudiens étaient entrés par la direction de la fosse. Mais l'un d'eux était entré par une ouverture du côté opposé. Et celui-ci avait cligné des yeux pâles comme ébloui par un soleil éclatant - et portait de gros tubercules à l'aspect ligneux qui semblaient avoir été fraîchement déracinés ! Il y avait de fortes chances, pensa Joyce, que cette ouverture mène à un tunnel vers le monde d'en haut !

Il prit une profonde inspiration et ressentit une faible douleur dans le dos, causée par la position de crampes dans laquelle il était resté allongé pendant si longtemps.

Il aurait pu crier à haute voix avec le frisson de cette découverte. C'était la première fois qu'il sentait son corps ! Cela signifiait-il que l'effet du poison s'estompait – qu'il ne paralysait pas aussi durablement ses centres nerveux terrestres que ceux des créatures zeudiennes qui les entouraient ? Il a fléchi les muscles de sa jambe. La jambe a bougé d'une fraction de pouce.

« Dorn ! » appela-t-il doucement, "Je peux bouger un peu ! Peux-tu ?"

"Oui," répondit Wichter, "j'ai pu remuer mes doigts pendant plusieurs minutes. Je pense que je pourrais marcher en une heure ou deux."

"Alors priez pour cette heure ou deux. Cela pourrait signifier notre évasion!" Joyce lui a parlé de l'entrée rarement utilisée qui, selon lui, menait à l'air libre. "Je suis sûr que ça remonte à la surface, Dorn. Ces tubercules à l'aspect ligneux avaient été fraîchement cueillis."

Trois des monstres à deux pattes sont arrivés à ce moment-là. Ils retombèrent dans un silence sans vie. Il y eut un moment horrible alors que les trois s'arrêtèrent dessus plus longtemps que n'importe lequel des autres. Était-il évident que les effets de la le poison anesthésiant se dissipait ? Seraient-ils de nouveau mordus ou mangés ?

Les Zeudiens avancèrent finalement, sifflant et cliquetant les uns contre les autres. Finalement, les choses à sang froid se sont nourries et ont été traînées léthargiquement hors de la grotte en direction de la fosse.

À chaque minute qui passait, Joyce pouvait sentir la vie revenir dans son corps engourdi. Ses muscles contractés étaient à l'agonie maintenant - une douleur qui lui procurait un plaisir féroce. Enfin, risquant d'être observé, il leva la tête, puis se mit en position assise et regarda autour de lui.

Aucun Zeudien n'était en vue. De toute évidence, ils étaient trop sûrs de leurs glandes à venin pour les surveiller. Il écoutait attentivement et n'entendait aucun bruit de pas traînant. Il se tourna vers Wichter, qui avait suivi son exemple et était assis, se frottant faiblement le corps pour rétablir la circulation.

"Maintenant c'est notre chance," murmura-t-il. « Levez-vous et marchez un peu pour stabiliser vos jambes, pendant que je vais nous chercher quelques-unes de ces cornes acérées. Ensuite, nous verrons où va mon entrée !

Il se dirigea vers le tas d'os et de cornes dans le coin et choisit deux des plus longues et des plus minces choses ressemblant à de l'ivoire. Juste au moment où il avait rejoint Wichter, il entendit le bruit avec lequel il était maintenant si sinistrement familier – des pas agités et maladroits. Sauvagement, il fit signe au professeur. Ils tombèrent sur leurs traces, juste au moment où le monstre qui s'approchait se précipitait dans la grotte.

Pendant un instant, il osa espérer que leur mouvement était passé inaperçu, mais son espoir fut brutalement brisé. Il entendit un sifflement aigu : entendit le battement Zeudien vers eux en un temps record. Abandonnant toute prétention, il sauta sur ses pieds juste au moment où la chose l'atteignit, ses crocs brillant méchamment dans la lumière verdâtre.

Il sauta sur le côté, parcourant vingt pieds ou plus avec la pression de ses muscles terrestres contre la gravité réduite. La créature se précipita vers le professeur. Ce petit homme de jeu s'est accroupi et a attendu son assaut. Mais Joyce était revenue avant que les deux ne puissent s'affronter.

Il leva la longue corne et la plongea dans le dos lisse et violacé. Encore et encore, il l'a ramené à la maison, alors que le monstre se tordait sous lui. Il avait une vitalité énorme. Entaillé et dégoulinant, il luttait encore, tentant d'encercler Joyce avec ses bras trapus. Une fois qu'il réussit, il sentit ses côtes se fissurer alors qu'il contractait son corps puissant. Mais un dernier coup acheva le combat sauvage. Il se leva et, avec un cri incohérent à Wichter, courut vers l'ouverture sur laquelle ils plaçaient leurs espoirs d'atteindre l'air supérieur.

Des sifflements et des bruits de pas leur parvinrent juste au moment où ils atteignirent l'embouchure voûtée du passage. Mais les cris et le charivari incessant des animaux paralysés mouraient derrière eux alors qu'ils bondissaient le long du tunnel.

Ils émergèrent enfin dans la lumière du soleil qu'ils n'avaient jamais imaginé revoir, à côté d'un des grands lavandes. Ils s'arrêtèrent un instant pour essayer de se repérer.

« Par ici », haleta Joyce en apercevant, sur un chemin difficile devant eux, l'un des repères qu'il avait tracés.

Sur la piste, ils ont couru, vers leur coquille spatiale. Heureusement, ils ne rencontrèrent aucun des animaux formidables qui infestaient les jungles ; et leur voyage jusqu'à la clairière où reposait l'obus s'accomplit sans accident.

"Nous sommes en sécurité maintenant", haleta Wichter, alors qu'ils arrivaient en vue de la plaque de lave nue. « Nous pouvons les distancer à cinq pieds du leur ! »

Ils firent irruption dans la clairière et s'arrêtèrent brusquement. Autour du coquillage, s'agitant curieusement et le touchant de leurs mains informes, se trouvaient des dizaines de Zeudiens.

"Mon Dieu!" gémit Joyce. "Là il doit y en avoir au moins une centaine ! Nous sommes définitivement perdus maintenant !"

Ils regardaient avec un désir désespéré le véhicule qui, s'ils pouvaient l'atteindre, pourrait les ramener sur Terre. Puis ils se tournèrent l'un vers l'autre et se serrèrent la main, sans un mot. La même pensée était dans l'esprit de chacun - se précipiter sur les monstres grouillants et se battre jusqu'à ce qu'ils soient tués. Il n'y avait absolument aucune chance de gagner jusqu'à l'obus, mais il valait infiniment mieux mourir en combattant que d'être avalé vivant.

Les Zeudiens étaient si absorbés par l'étrange chose qui était tombée dans leur province, que Joyce et Wichter s'approchèrent d'eux à cent pieds avant de tourner leurs yeux pâles dans leur direction. Puis, montrant leurs crocs, ils se précipitèrent vers les hommes de la Terre, juste au moment où les Zeudiens poursuivants pénétraient dans la clairière depuis le sentier de la jungle.

Les deux se sont préparés à mourir aussi efficacement que possible. Chacun serrait fermement sa corne en forme de dentelle. Le professeur ajusta machinalement ses lunettes plus fermement sur son nez...

Avec son mouvement, le cercle rétréci des Zeudiens s'est arrêté. Une clameur violente éclata parmi eux. Ils regardèrent les deux, mais ne firent aucun autre pas vers eux.

"Qu'est-ce que dans le monde..." commença Wichter abasourdi.

"Vos lunettes!" cria Joyce en agrippant son épaule. "Quand vous les avez déplacés, ils se sont tous arrêtés ! Ils doivent avoir peur d'eux, d'une manière ou d'une autre. Emmenez-les et voyez ce qui se passe."

Wichter enleva ses lunettes et les balança dans sa main, scrutant d'un air myope les Zeudiens qui se pressaient.

Leur réaction à son simple geste a été remarquable ! Des sifflements de consternation sortaient de leurs bouches sans lèvres. Ils se faisaient face avec inquiétude, agitant leurs bras trapus et se couvrant les yeux comme s'ils avaient soudainement peur de les perdre.

Profitant de leur indécision, Joyce et Wichter s'avancèrent hardiment vers eux. Ils s'écartèrent, formant une voie réticente. Certains des Zeudiens à l'arrière se sont bousculés pour se rapprocher d'eux, mais ceux de devant les ont retenus. Ce ne fut que lorsque les deux hommes eurent presque fini que la voie recommença à former un cercle menaçant autour d'eux. Les Zeudiens étaient évidemment rassurés par le fait que Wichter continuait à bien voir malgré l'acte alarmant de la petite créature étrange de retirer ses yeux.

"Recommencez", souffla Joyce, la sueur perlant sur son front alors que les géants se rapprochaient, leurs crocs provisoirement découverts pour le coup de poison engourdissant.

Wichter enfila ses lunettes, puis les retira avec un cri, comme s'il souffrait intensément. Une fois de plus, les Zeudiens hésitèrent et reculèrent, tâtonnant à leurs propres yeux.

"Courir!" s'écria Joyce. Et ils ont couru vers le refuge de la coquille.

Les Zeudiens les suivirent en grognant et en sifflant. À peine devant le plus proche, Joyce et Wichter ont plongé dans le panneau ouvert. Ils la refermèrent brutalement au moment où un bras puissant et trapu se tendait vers eux. Il y eut un sifflement hurlant et un morceau de chair froide et cartilagineuse tomba sur le sol de la coque – la moitié de la main du monstre, coupée entre le bord tranchant de la porte et la coque métallique.

Joyce a activé l'interrupteur du générateur. Avec un doux rugissement, le moteur à eau explosa en action, envoyant l'obus loin dans le ciel.

"Quand nous reviendrons", dit Joyce, ajoutant un dernier millier de miles à l'heure à leur vitesse avant qu'ils ne volent hors de l'atmosphère de Zeud, "je pense que nous ferions mieux de venir à la tête d'une armée, équipée de canons à air et des bombes explosives."

« Et avec des lunettes », ajouta le professeur en ôtant ses lunettes et en les regardant comme s'il les voyait pour la première fois.

À propos de la série de livres HackerNoon : nous vous proposons les livres techniques, scientifiques et perspicaces les plus importants du domaine public. Ce livre fait partie du domaine public.

Divers. 2009. Histoires étonnantes de super-science, avril 1931. Urbana, Illinois : Projet Gutenberg. Extrait en mai 2022 de https://www.gutenberg.org/files/30452/30452-h/30452-h.htm#Page_64

Cet eBook est destiné à être utilisé par n'importe qui, n'importe où, sans frais et avec presque aucune restriction. Vous pouvez le copier, le donner ou le réutiliser selon les termes de la licence Project Gutenberg incluse avec cet eBook ou en ligne sur www.gutenberg.org , situé à https://www.gutenberg.org/policy/license. html .

HISTOIRES CONNEXES

L O A D I N G
. . . comments & more!
Hackernoon hq - po box 2206, edwards, colorado 81632, usa