Lisez gratuitement Le cadavre sur la grille en ligne by@astoundingstories
395 lectures

Lisez gratuitement Le cadavre sur la grille en ligne

2022/06/13
21 min
par @astoundingstories 395 lectures
tldt arrow
FR
Read on Terminal Reader

Trop long; Pour lire

C'était un cadavre, debout devant moi comme une chose étayée de la tombe. Il était dix heures du matin du 5 décembre lorsque M. S. et moi avons quitté le bureau du professeur Daimler. Vous connaissez peut-être M. S. Son nom apparaît constamment dans les pages des Nouvelles Illustrées, en conjonction avec un article très technique sur la psychanalyse ou avec une étude approfondie du cerveau humain et de ses fonctions. Il est plus ou moins un psycho-fanatique et a passé une vie entière d'environ soixante-dix ans à séparer des crânes humains à des fins d'enquête. Belle poursuite ! Dans les profondeurs sombres du vieil entrepôt, Dale vit une chose qui fit monter un cri d'horreur sur ses lèvres sèches. C'était un cadavre – la moisissure de ses traits morts depuis longtemps – et pourtant il était vivant ! Pendant une vingtaine d'années, je me suis moqué de lui, amicalement et sans conviction. Je suis médecin et ma propre profession est une profession qui ne sympathise pas avec les radicaux.

People Mentioned

Mention Thumbnail

Companies Mentioned

Mention Thumbnail
Mention Thumbnail

Coin Mentioned

Mention Thumbnail
featured image - Lisez gratuitement Le cadavre sur la grille en ligne
Astounding Stories HackerNoon profile picture

@astoundingstories

Astounding Stories

Dare to dream. Dare to go where no other has...

Apprendre encore plus
LEARN MORE ABOUT @ASTOUNDINGSTORIES'S EXPERTISE AND PLACE ON THE INTERNET.
react to story with heart

Astounding Stories of Super-Science, février 1930, par Astounding Stories fait partie de la série Book Blog Post de HackerNoon. Vous pouvez sauter à n'importe quel chapitre de ce livre ici . VOL. I, n° 2 - Le cadavre sur la grille

Le cadavre sur la grille

Par Hugh B.Cave

image

C'était un cadavre, debout devant moi comme une chose étayée de la tombe.

Il était dix heures du matin le 5 décembre lorsque MS et moi quittâmes le bureau du professeur Daimler. Vous connaissez peut-être MS. Son nom apparaît constamment dans les pages des Illustrated News, en conjonction avec un article très technique sur la psychanalyse ou avec une étude approfondie du cerveau humain et de ses fonctions. Il est plus ou moins un psycho-fanatique et a passé une vie entière d'environ soixante-dix ans à séparer des crânes humains à des fins d'enquête. Belle poursuite !

 In the gloomy depths of the old warehouse Dale saw a thing that drew a scream of horror to his dry lips. It was a corpse—the mold of decay on its long-dead features—and yet it was alive!

Pendant une vingtaine d'années, je me suis moqué de lui, amicalement et sans conviction. Je suis médecin et ma propre profession est une profession qui ne sympathise pas avec les radicaux.

Quant au professeur Daimler, le troisième membre de notre triangle - peut-être, si je prends un moment pour exposer les événements de cette soirée, le rôle du professeur dans ce qui suit sera moins obscur. Nous avions fait appel à lui, MS et moi, à sa demande urgente. Ses appartements se trouvaient dans une rue étroite et non éclairée juste à côté de la place, et Daimler lui-même nous a ouvert la porte. C'était un grand type lâche, debout dans l'embrasure de la porte comme un singe immobile, les bras à demi tendus.

"Je vous ai convoqués, messieurs", dit-il calmement, "parce que vous deux, de tous Londres, sont les seules personnes qui connaissent la nature de mes récentes expériences. Je voudrais vous informer des résultats !"

Il ouvrit le chemin de son bureau, puis ferma la porte d'un coup de pied, me saisissant par le bras. Tranquillement, il m'a traîné jusqu'à la table qui se tenait contre le mur le plus éloigné. Du même ton égal et sans émotion d'homme complètement sûr de lui, il m'ordonna de l'inspecter.

Pendant un instant, dans la pénombre de la pièce, je n'ai rien vu. À la longue, cependant, le contenu de la table se révéla, et je distinguai une collection hétéroclite de tubes à essai, chacun rempli d'un liquide. Les tubes étaient reliés les uns aux autres par un arrangement ingénieux de chardons, et au bout de la table, où un coup de chance ne pouvait l'écarter, se trouvait une petite fiole du sérum obtenu. Dès l'apparition de la table, Daimler avait évidemment tiré une certaine quantité de gaz de chacun des petits tubes, les distillant à travers l'acide dans la minuscule fiole à la fin. Pourtant, même maintenant, alors que je regardais le fantastique attirail devant moi, je ne pouvais sentir aucune raison concluante de son existence.

Je me tournai vers le professeur avec un regard calme et perplexe. Il a souri.

"L'expérience est terminée", a-t-il déclaré. "Quant à sa conclusion, vous, Dale, en tant que médecin, serez sceptique. Et vous" - se tournant vers MS - "en tant que scientifique, vous serez étonné. Moi, n'étant ni médecin ni scientifique, je suis simplement émerveillé ! "


Il s'avança vers une longue structure carrée en forme de table au centre de la pièce. Debout au-dessus, il jeta un coup d'œil interrogateur à MS, puis à moi.

« Pendant deux semaines, poursuivit-il, j'ai gardé ici sur la table le corps d'un homme mort depuis plus d'un mois. J'ai essayé, messieurs, avec des combinaisons acides de ma propre origine. , pour ramener ce corps à la vie Et... j'ai... échoué !

"Mais," ajouta-t-il rapidement, notant le sourire qui se glissa sur mon visage, "cet échec valait en soi plus que la plus grande réussite d'un scientifique moyen ! Tu sais, Dale, cette chaleur, si un homme n'est pas vraiment mort, Dans un cas d'épilepsie, par exemple, des victimes ont été déclarées mortes pour revenir à la vie, parfois dans la tombe.

"Je dis 'si un homme n'est pas vraiment mort.' Mais que se passe-t-il si cet homme est vraiment mort ? Le remède se modifie-t-il de quelque manière que ce soit ? Le moteur de votre voiture meurt - l'enterrez-vous ? Vous ne le faites pas ; vous localisez la pièce défectueuse, la corrigez et insufflez une nouvelle vie. Et ainsi , messieurs, après avoir remédié au cœur déchiré de ce mort, par une opération, j'ai procédé à le ramener à la vie.

"J'ai utilisé de la chaleur. Une chaleur formidable peut parfois donner une étincelle de vie à quelque chose de mort depuis longtemps. Messieurs, le quatrième jour de mes tests, après une application continue de chaleur électrique et acide, le patient..."

Daimler se pencha sur la table et prit une cigarette. L'allumant, il laissa tomber l'allumette et reprit son monologue.

"Le patient s'est soudainement retourné et a passé faiblement son bras sur ses yeux. Je me suis précipité à ses côtés. Quand je l'ai atteint, le corps était de nouveau raide et sans vie. Et... il est resté ainsi."

Le professeur nous regarda tranquillement, attendant un commentaire. Je lui ai répondu, aussi négligemment que possible, en haussant les épaules.

« Professeur, avez-vous déjà joué avec le cadavre d'une grenouille ? dis-je doucement.

IL secoua la tête en silence.

« Tu trouverais ce sport intéressant », lui ai-je dit. "Prenez une pile sèche ordinaire avec suffisamment de tension pour produire un choc violent. Ensuite, appliquez vos fils sur diverses parties de l'anatomie de la grenouille. Si vous avez de la chance et que vous frappez le bon groupe de muscles, vous aura le plaisir de voir une grenouille morte bondir brusquement en avant. Comprenez, il ne retrouvera pas la vie. Vous avez simplement relâché ses muscles morts par le choc et l'avez envoyé s'enfuir."

Le professeur ne répondit pas. Je pouvais sentir ses yeux sur moi, et si je m'étais retourné, j'aurais probablement dû trouver MS me fixant avec haine. Ces hommes étaient des étudiants en mesmérisme, en spiritisme, et ma contradiction banale n'était pas la bienvenue.

"Tu es cynique, Dale," dit froidement MS, "parce que tu ne comprends pas !"

« Compris ? Je suis un médecin, pas un fantôme !

Mais MS s'était tourné avec empressement vers le professeur.

« Où est ce corps, cette expérience ? » il a ordonné.

Daimler secoua la tête. De toute évidence, il avait reconnu son échec et n'avait pas l'intention de traîner son mort sous nos yeux, à moins qu'il ne puisse le ramener vivant, debout et prêt à se joindre à notre conversation !

"Je l'ai rangé," dit-il d'un air distant. "Il n'y a plus rien à faire, maintenant que notre révérend docteur a insisté pour faire de notre expérience une chose de fait. Vous comprenez, je n'avais pas l'intention de me lancer dans une résurrection totale, même si j'avais rencontré le succès. C'était ma conviction qu'un corps mort, comme un mécanisme mort, peut être ramené à la vie, à condition que nous soyons assez intelligents pour découvrir le secret. Et par Dieu, c'est toujours ma conviction !

C'était alors la situation lorsque MS et moi reculions lentement le long de la rue étroite qui contenait la demeure du professeur. Mon compagnon était étrangement silencieux. Plus d'une fois, j'ai senti ses yeux sur moi dans un regard mal à l'aise, mais il n'a rien dit. Rien, c'est-à-dire, jusqu'à ce que j'aie ouvert la conversation par une remarque désinvolte sur la folie de l'homme que nous venions de quitter.

"Vous avez tort de vous moquer de lui, Dale," répondit amèrement MS. « Daimler est un homme de science. Ce n'est pas un enfant qui expérimente un jouet ; c'est un adulte qui a le courage de croire en ses pouvoirs. Un de ces jours... »

Il avait eu l'intention de dire qu'un jour je respecterais les efforts du professeur. Un de ces jours! L'intervalle de temps était bien plus court que tout ce qui était aussi indéfini. Le premier événement, avec sa série d'horreurs successives, s'est produit dans les trois minutes suivantes.

Nous avions atteint une partie plus déserte de la place, une rue noire et inhabitée qui s'étendait comme une bande de ténèbres ombragée entre de hauts murs décharnés. J'avais remarqué depuis un certain temps que la structure de pierre à côté de nous semblait n'être interrompue ni par une porte ni par une fenêtre - qu'elle semblait être un seul bâtiment gigantesque, noir et menaçant. J'ai mentionné le fait à MS

"L'entrepôt," dit-il simplement. "Un endroit solitaire, abandonné de Dieu. Nous verrons probablement le scintillement de la lumière du gardien dans l'une des interstices supérieures."

A ses mots, je levai les yeux. Il est vrai que la partie supérieure de la sombre structure était percée d'étroites ouvertures barrées. Des voûtes de sécurité, probablement. Mais la lumière, à moins que sa petite lueur ne fût quelque part dans les recoins intérieurs de l'entrepôt, était morte. Le grand édifice ressemblait à un immense caveau funéraire, à un tombeau, silencieux et sans vie.

Nous avions atteint la section la plus rébarbative de la rue étroite, où une seule lampe à arc au-dessus de la tête projetait un halo de lumière jaune épouvantable sur le trottoir. Tout au bord du cercle d'illumination, là où les ombres étaient plus profondes et plus silencieuses, je distinguais les moulures noires d'une lourde grille de fer. Les barres de métal ont été conçues, je crois, pour sceller l'entrée latérale du grand entrepôt des maraudeurs de la nuit. Il était boulonné en place et sécurisé avec un ensemble d'immenses chaînes, inamovibles.

Ce que j'ai vu comme mon regard attentif balayé le mur devant moi. Cet immense tombeau de silence exerçait sur moi une fascination particulière, et tandis que je marchais à côté de mon sombre compagnon, je regardais droit devant moi dans l'obscurité de la rue. Je souhaite à Dieu que mes yeux aient été fermés ou aveuglés!

IL était suspendu à la grille. Suspendu là, avec des mains blanches et tordues agrippant les barres de fer rigides, s'efforçant de les séparer. Tout son corps déformé était plaqué contre la barrière, comme la forme d'un fou luttant pour s'échapper de sa cage. Son visage - son image me hante encore chaque fois que je vois des barres de fer dans l'obscurité d'un passage - était le visage d'un homme qui est mort d'une horreur totale et absolue. Il était figé dans un cri silencieux d'agonie, me fixant avec une méchanceté diabolique. Lèvres écartées. Des dents blanches qui brillent à la lumière. Yeux sanglants, avec un horrible éclat de pigment incolore. Et mort.

Je crois que MS l'a vu à l'instant même où j'ai reculé. J'ai senti une prise soudaine sur mon bras; puis, alors qu'une exclamation s'échappait âprement des lèvres de mon compagnon, je fus brutalement tiré en avant. Je me suis retrouvé à regarder droit dans les yeux morts de cette chose effrayante devant moi, je me suis retrouvé debout, rigide, immobile, devant le cadavre qui pendait à portée de mon bras.

Et puis, à travers ce sens accablant de l'horrible, est venue la voix calme de mon camarade - la voix d'un homme qui considère la mort comme rien de plus qu'une opportunité de recherche.

"Le type a été effrayé à mort, Dale. Effrayé le plus horriblement. Notez l'expression de sa bouche, la lutte évidente pour forcer ces barreaux à s'écarter et s'échapper. Quelque chose a semé la peur dans son âme, l'a tué."

Je me souviens vaguement des mots. Lorsque MS a fini de parler, je n'ai pas répondu. Ce n'est que lorsqu'il s'est avancé et s'est penché sur le visage déformé de la chose devant moi que j'ai essayé de parler. Quand je l'ai fait, mes pensées étaient un jargon.

« Qu'est-ce qui, au nom de Dieu, m'écriai-je, a pu causer une telle horreur à un homme fort ?

"La solitude, peut-être," suggéra MS avec un sourire. "Ce type est évidemment le gardien. Il est seul, dans une immense fosse de ténèbres déserte, pendant des heures d'affilée. Sa lumière n'est qu'un rayon d'illumination fantomatique, à peine suffisant pour faire plus qu'augmenter l'obscurité. J'ai entendu de tels cas auparavant."

Il haussa les épaules. Alors même qu'il parlait, je sentais l'évasion dans ses paroles. Quand j'ai répondu, il a à peine entendu ma réponse, car il s'était soudainement avancé, d'où il pouvait regarder directement dans ces yeux tordus par la peur.

« Dale, dit-il enfin en se tournant lentement vers moi, tu demandes une explication à cette horreur ? Il y a une explication. reviendra à ton ancien scepticisme - ta maudite habitude d'incrédulité !"

Je l'ai regardé tranquillement. J'avais entendu MS affirmer, à d'autres moments, qu'il pouvait lire les pensées d'un homme mort par l'image mentale qui se trouvait sur le cerveau de cet homme. Je m'étais moqué de lui. Évidemment, dans le moment présent, il se rappelait ces rires. Néanmoins, il m'a fait face sérieusement.

"Je peux voir deux choses, Dale," dit-il délibérément. "L'un d'eux est une pièce sombre et étroite - une pièce remplie de boîtes et de caisses indistinctes, et avec une porte ouverte portant le numéro noir 4167. Et dans cette porte ouverte, s'avançant à pas lents - vivant, les bras étendus et un l'effrayant visage de la passion... est une forme humaine déchue. Un cadavre, Dale. Un homme qui est mort depuis plusieurs jours et qui est maintenant... vivant !

MS se tourna lentement et pointa de la main levée le cadavre sur la grille.

"C'est pourquoi," dit-il simplement, "ce type est mort d'horreur."

Ses paroles sont mortes dans le vide. Pendant un moment, je le fixai. Alors, malgré ce qui nous entourait, malgré l'heure tardive, la solitude de la rue, la chose affreuse à côté de nous, j'ai ri.

Il se tourna vers moi avec un grognement. Pour la première fois de ma vie, j'ai vu MS se convulser de rage. Son vieux visage ridé était soudain devenu sauvage avec intensité.

"Tu te moques de moi, Dale," tonna-t-il. « Par Dieu, vous tournez en dérision une science que j'ai passée plus que ma vie à étudier ! Vous vous appelez médecin, et vous n'êtes pas fait pour porter ce nom ! n'est pas soutenue par le courage !"

Je suis tombé loin de lui. Si je m'étais tenu à portée de main, je suis sûr qu'il m'aurait frappé. M'a frappé! Et j'ai été plus proche de la SEP ces dix dernières années que n'importe quel homme à Londres. Et alors que je me retirais de son humeur, il tendit la main pour saisir mon bras. Je ne pouvais pas m'empêcher d'être impressionné par sa sinistre détermination.

« Écoute, Dale, dit-il amèrement, je te parie cent livres que tu ne passeras pas le reste de cette nuit dans l'entrepôt au-dessus de toi ! Je parie cent livres contre ton propre courage que tu ne reculeras pas. votre rire en traversant ce que cet homme a traversé. Que vous ne rôderez pas dans les couloirs de cette grande structure jusqu'à ce que vous ayez trouvé la chambre 4167 - et que vous restiez dans cette chambre jusqu'à l'aube !"

IL n'y avait pas le choix. J'ai jeté un coup d'œil au mort, au visage de peur et aux mains crispées et tordues, et une terreur froide m'a rempli. Mais refuser le pari de mon ami aurait été me qualifier de lâche lâche. Je m'étais moqué de lui. Maintenant, quel qu'en soit le prix, je dois être prêt à payer pour cette moquerie.

« Chambre 4167 ? » répondis-je tranquillement, d'une voix que je m'efforçai de maîtriser, de peur qu'il n'en découvrît le tremblement. "Très bien, je vais le faire !"

Il était presque minuit lorsque je me retrouvai seul, escaladant une rampe sinueuse et moisie entre le premier et le deuxième étage de l'immeuble désert. Pas un bruit, à l'exception de la forte inspiration de ma respiration et du grincement lugubre des escaliers en bois, ne résonnait dans cette tombe de la mort. Il n'y avait pas de lumière, pas même la faible lueur habituelle qui reste pour éclairer un couloir inutilisé. De plus, je n'avais emporté avec moi aucun moyen d'éclairage, rien qu'une boîte à moitié vide d'allumettes de sécurité que, par quelque impie prémonition, je m'étais forcé à conserver pour un moment futur. Les escaliers étaient noirs et difficiles, et je les montai lentement, en tâtonnant des deux mains le long du mur rugueux.

J'avais quitté la SP quelques instants auparavant. De sa manière décisive habituelle, il m'avait aidé à escalader la grille de fer et à descendre jusqu'à l'allée scellée de l'autre côté. Puis, le laissant sans un mot, car j'étais amer contre le ton triomphal de ses paroles d'adieu, j'avançai dans l'obscurité, tâtonnant jusqu'à ce que j'eusse découvert la porte ouverte dans la partie inférieure de l'entrepôt.

Et puis la rampe, serpentant follement vers le haut – vers le haut – vers le haut, apparemment sans fin. Je cherchais aveuglément cette chambre particulière qui devait être ma destination. La chambre 4167, avec son numéro élevé, pouvait difficilement être aux étages inférieurs, et j'avais donc trébuché vers le haut....

C'est à l'entrée du couloir du deuxième étage que j'ai frappé la première de mes allumettes décousues, et à sa lumière j'ai découvert une affiche clouée au mur. La chose était jaune avec l'âge et à peine lisible. Dans la lumière terne du match, j'ai eu du mal à le lire - mais, autant que je m'en souvienne, l'avis ressemblait à ceci :

RÈGLES D'ENTREPÔT

  1. Aucune lumière ne sera autorisée dans une pièce ou un couloir, par mesure de prévention contre les incendies.
  2. Nul ne sera admis dans les chambres ou les corridors sans être accompagné d'un employé.
  3. Un gardien doit être présent sur les lieux de 19 heures à 6 heures. Il doit faire le tour des couloirs toutes les heures pendant cet intervalle, à une heure et quart.
  4. Les chambres sont localisées par leurs numéros : le premier chiffre du numéro de chambre indiquant son emplacement à l'étage.

Je n'ai pas pu lire plus loin. L'allumette entre mes doigts brûla en un fil noir et tomba. Puis, avec la souche brûlée toujours dans ma main, j'ai tâtonné dans l'obscurité jusqu'au bas de la deuxième rampe.

La chambre 4167 se trouvait donc au quatrième étage, le dernier étage de la structure. Je dois avouer que la connaissance n'a apporté aucun regain de courage ! Le dernier étage! Trois cages d'escalier noires se trouveraient entre moi et la sécurité de l'évasion. Il n'y aurait pas d'échappatoire ! Aucun être humain en proie à la peur ne pouvait espérer découvrir cette issue torturée, espérer se frayer un chemin à tâtons dans l'obscurité stygienne par une triple rampe d'escaliers noirs. Et même s'il réussit à atteindre les couloirs inférieurs, il restait une impasse, fermée à l'extrémité extérieure par une haute grille de barreaux de fer...

ÉCHAPPER! La moquerie de celui-ci m'a fait arrêter brusquement dans mon ascension et me tenir raide, tout mon corps tremblant violemment.

Mais dehors, dans l'obscurité de la rue, MS attendait, attendait avec cet éclat diabolique de triomphe qui ferait de moi un homme sans courage. Je ne pouvais pas retourner lui faire face, même si toutes les horreurs de l'enfer habitaient cet horrible lieu de mystère. Et les horreurs doivent sûrement l'habiter, sinon comment pourrait-on expliquer cette chose effrayante sur la grille en dessous ? Mais j'avais déjà traversé l'horreur. J'avais vu un homme, soi-disant mort sur la table d'opération, se relever brusquement et crier. J'avais vu une jeune fille, peu de temps auparavant, réveillée en pleine opération, le couteau déjà dans son corps frêle. Sûrement, après ces horreurs définitives, aucun danger inconnu ne me ferait reculer vers l'homme qui attendait si amèrement mon retour.

Telles étaient les pensées prégnantes dans mon esprit alors que je tâtonnais lentement, prudemment le long du couloir de l'étage supérieur, cherchant dans chaque porte fermée le nombre indistinct 4167. L'endroit était comme le centre d'un immense labyrinthe, une toile d'araignée noire, passages repoussants, menant à une chambre centrale de silence et de noirceur absolus. J'avançai d'un pas traînant, repoussant la peur qui m'étreignait tandis que je m'éloignais de plus en plus de l'issue de secours. Et puis, après m'être complètement perdu dans l'obscurité, j'ai mis de côté toute pensée de retour et j'ai continué avec une bravade superficielle et insouciante, et j'ai ri à haute voix.

AINSI, longuement, j'ai atteint cette salle d'horreur, sécrétée haut dans les recoins les plus profonds de l'entrepôt désert. Le numéro – que Dieu veuille que je ne le revoie plus jamais ! – était griffonné à la craie noire sur la porte : 4167. Je poussai en grand la barrière entr'ouverte et entrai.

C'était une petite pièce, même si MS m'avait prévenu - ou comme l'esprit mort de cette chose sur la grille l'avait prévenu. . Révélèrent également le couloir noir au-delà de l'entrée et une petite table droite devant moi.

Ce fut la table, et le tabouret à côté, qui attira mon attention et fit sortir une exclamation étouffée de mes lèvres. La chose avait été chassée de son place habituelle, repoussée comme si une forme forcenée s'y était précipitée. Je pouvais distinguer son ancienne position par les marques sur le sol poussiéreux à mes pieds. Maintenant, il était plus près du centre de la pièce, et avait été arraché latéralement de ses possessions. Un frisson me saisit en le regardant. Une personne vivante, assise sur le tabouret devant moi, fixant la porte, aurait arraché la table de cette manière dans sa frénésie pour s'échapper de la pièce !

LA lumière de l'allumette s'éteignit, me plongeant dans un gouffre de ténèbres. J'en frappai un autre et m'approchai de la table. Et là, sur le sol, j'ai trouvé deux autres choses qui ont semé la peur dans mon âme. L'un d'eux était une lourde lampe-flash, une lampe de guet, là où elle avait manifestement été lâchée. A été largué en vol ! Mais quelle terreur affreuse a dû s'emparer du bonhomme pour lui faire renoncer à son seul moyen de s'échapper par ces passages noirs ? Et la deuxième chose - une copie usée d'un livre relié en cuir, ouverte sur les planches sous le tabouret !

La lampe-flash, Dieu merci ! n'avait pas été brisé. Je l'ai allumé, dirigeant son cercle de lumière blanche sur la pièce. Cette fois, dans l'éclat vif, la pièce devint encore plus irréelle. Murs noirs, ombres maladroites et déformées sur le mur, projetées par ces énormes piles de caisses en bois. Des ombres qui ressemblaient à des hommes accroupis, tâtonnant vers moi. Et au-delà, là où l'unique porte s'ouvrait sur un passage de ténèbres stygiennes, cette entrée béante était projetée dans des détails hideux. Si une figure debout s'était tenue là, la lumière en aurait fait un spectre phosphorescent impie.

J'ai rassemblé assez de courage pour traverser la pièce et fermer la porte. Il n'y avait aucun moyen de le verrouiller. Si j'avais pu l'attacher, je l'aurais sûrement fait ; mais la pièce était évidemment une chambre inutilisée, remplie d'ordures vides. C'était sans doute la raison pour laquelle le veilleur s'en était servi comme d'une retraite dans les intervalles entre ses rondes.

Mais je n'avais aucune envie de réfléchir à la sordidité de mon environnement. Je suis retourné à mon tabouret en silence, et me baissant, j'ai ramassé le livre tombé par terre. Soigneusement, j'ai placé la lampe sur la table, où sa lumière brillerait sur la page ouverte. Puis, tournant la couverture, je commençai à jeter un coup d'œil à la chose que l'homme devant moi avait manifestement étudié.

Et avant que j'aie lu deux lignes, l'explication de toute cette horrible chose m'a frappé. J'ai regardé bêtement le petit livre et j'ai ri. J'ai ri durement, si bien que le son de mon caquetage fou a résonné en mille réverbérations affreuses dans les couloirs morts de l'immeuble.

C'était un livre d'horreur, de fantasy. Une collection de contes étranges, terrifiants, surnaturels avec des illustrations grotesques en noir et blanc funèbre. Et la ligne même vers laquelle je m'étais tourné, la ligne qui avait probablement semé la terreur dans l'âme de ce malchanceux démon, expliquait la "forme humaine décomposée de MS, debout dans l'embrasure de la porte avec les bras étendus et un visage effroyable de passion!" La description – la même description – était devant moi, presque dans les mots de mon ami. Rien d'étonnant à ce que le type sur la grille en dessous, après avoir lu cette orgie d'horreur, soit soudainement devenu fou de peur. Rien d'étonnant à ce que l'image gravée dans son esprit mort soit celle d'un cadavre se tenant devant la porte de la chambre 4167 !

J'ai jeté un coup d'œil à cette porte et j'ai ri. Sans aucun doute, c'était cette horrible description dans le langage intempestif de MS qui m'avait fait redouter mon environnement, pas la solitude et le silence des couloirs autour de moi. Maintenant, tandis que je fixais la pièce, la porte fermée, les ombres sur le mur, je ne pus réprimer un sourire.

Mais le sourire n'a pas duré longtemps. Un siège de six heures m'attendait avant que je puisse entendre le bruit des humains voix à nouveau - six heures de silence et de tristesse. Je n'ai pas apprécié. Dieu merci, le gars avant moi avait eu assez de prévoyance pour laisser son livre de fantasy pour mon amusement !

Je me suis tourné vers le début de l'histoire. C'était un beau début, décrivant en détail comment un certain Jack Fulton, aventurier anglais, s'était soudainement retrouvé emprisonné (par une mystérieuse bande de moines noirs, ou quelque chose du genre) dans une cellule oubliée du monastère d'El Toro. La cellule, selon les pages avant moi, était située dans les "fosses vides et hantées sous les sols en pierre de la structure...." Cadre charmant ! Et le brave Fulton avait été fermement attaché à un énorme anneau de métal fixé dans le mur le plus éloigné, en face de l'entrée.

J'ai lu la description deux fois. À la fin, je n'ai pas pu m'empêcher de lever la tête pour regarder mon propre environnement. À l'exception de l'emplacement de la cellule, j'aurais pu être dans le même décor. La même obscurité, le même silence, la même solitude. Singulière ressemblance !

Et puis : « Fulton était allongé tranquillement, sans essayer de se débattre. Dans l'obscurité, l'immobilité des voûtes devenait insupportable, terrifiante. Pas une suggestion de son, excepté le grattement de rats invisibles… »

J'ai laissé tomber le livre en sursaut. De l'autre bout de la pièce dans laquelle j'étais assis vint un bruit de bagarre à moitié inaudible - le bruit de rongeurs cachés se précipitant à travers le grand tas de cartons. Imagination? Je ne suis pas sûr. Sur le moment, j'aurais juré que le son était certain, que je l'avais entendu distinctement. Maintenant, alors que je raconte cette histoire d'horreur, je n'en suis pas sûr.

Mais je suis sûr de ceci : il n'y avait aucun sourire sur mes lèvres lorsque je repris le livre avec des doigts tremblants et continuai.

"Le son mourut dans le silence. Pendant une éternité, le prisonnier resta raide, fixant la porte ouverte de sa cellule. L'ouverture était noire, déserte, comme la bouche d'un tunnel profond, menant à l'enfer. Et puis, soudain, de l'obscurité au-delà de cette ouverture, est venu un pas presque silencieux et rembourré !"

CETTE fois, il n'y avait aucun doute. Le livre tomba de mes doigts, tomba sur le sol avec un claquement. Pourtant, même à travers le bruit de sa chute, j'ai entendu ce bruit effrayant - le battement d'un pied vivant ! Je me suis assis immobile, fixant avec le visage exsangue la porte de la chambre 4167. Et pendant que je regardais, le son est revenu encore et encore - le pas lent de pas traînants, s'approchant le long du couloir noir sans !

Je me levai comme un automate, me balançant lourdement. Chaque goutte de courage refluait de mon âme alors que je me tenais là, une main agrippant la table, attendant...

Et puis, avec un effort, j'ai avancé. Ma main était tendue pour saisir la poignée en bois de la porte. Et... je n'ai pas eu le courage. Comme une bête intimidée, je retournai à ma place et m'affaissai sur le tabouret, mes yeux toujours pétrifiés dans un regard muet de terreur.

J'ai attendu. Pendant plus d'une demi-heure j'ai attendu, immobile. Pas un bruit ne remua dans le passage au-delà de cette barrière fermée. Aucune suggestion de présence vivante ne m'est venue. Puis, m'adossant contre le mur avec un rire dur, j'essuyai l'humidité froide qui avait coulé de mon front jusque dans mes yeux.

Il fallut encore cinq minutes avant que je ne reprenne le livre. Tu me traites d'imbécile pour avoir continué ? Un fou? Je vous le dis, même une histoire d'horreur est plus réconfortante qu'une chambre d'ombres grotesques et de silence. Même une page imprimée vaut mieux que la triste réalité !

ET donc j'ai lu la suite. L'histoire était pleine de suspense, de folie. Pendant les deux pages suivantes, j'ai lu une description astucieuse de la réaction mentale du prisonnier. Curieusement, elle correspondait exactement à la mienne.

"La tête de Fulton était tombée sur sa poitrine", disait le script. "Pendant un temps interminable, il n'a pas bougé, n'a pas osé lever les yeux. Et puis, après plus d'une heure d'agonie silencieuse et de suspense, la tête du garçon s'est relevée mécaniquement. Elle s'est relevée - et s'est soudainement raidie. Un cri horrible éclata de ses lèvres sèches alors qu'il fixait - fixait comme un homme mort - l'entrée noire de sa cellule. Là, debout sans bouger dans l'ouverture, se tenait une figure de la mort enveloppée. Des yeux vides, brillants d'une haine terrible, s'ennuyaient dans son De grands bras, osseux et pourris, tendus vers lui. De la chair pourrie...

Je n'ai plus lu. Alors même que je me levais d'un bond, avec ce livre fou toujours serré dans ma main, j'entendis la porte de ma chambre s'ouvrir brusquement. J'ai crié, j'ai crié d'horreur totale à la chose que j'ai vue là-bas. Morte? Bon Dieu, je ne sais pas. C'était un cadavre, un corps humain mort, se tenant devant moi comme une chose étayée de la tombe. Un visage à moitié rongé, terrible dans son sourire moqueur. Bouche tordue, avec seulement une suggestion de lèvres, retroussée sur des dents cassées. Des cheveux – tordus, déformés – comme une masse de bobines sanglantes en mouvement. Et ses bras, d'une blancheur affreuse, exsangues, étaient tendus vers moi, les mains ouvertes et serrées.

C'était vivant ! Vivant! Même pendant que je restais là, accroupi contre le mur, il s'avança vers moi. J'ai vu passer un lourd frisson au-dessus de lui, et le bruit de ses pieds grattants s'est frayé un chemin jusque dans mon âme. Et puis, avec son deuxième pas, la chose effrayante tomba à genoux. Les bras blancs et luisants, lancés en filets de feu vif par la lumière de ma lampe, s'élancèrent violemment vers le haut, se tordant vers le plafond. J'ai vu le sourire se transformer en une expression d'agonie, de tourment. Et puis la chose s'est écrasée sur moi – mort.

Avec un grand cri de peur, j'ai trébuché jusqu'à la porte. Je suis sorti à tâtons de cette chambre de l'horreur, j'ai trébuché dans le couloir. Pas de lumière. Je l'ai laissé derrière moi, sur la table, pour jeter un cercle de lumière blanche sur l'intrus mort-vivant pourri qui m'avait rendu fou.

Mon retour sur ces rampes sinueuses jusqu'au rez-de-chaussée a été un cauchemar de peur. Je me souviens que j'ai trébuché, que j'ai plongé dans les ténèbres comme un fou devenu fou. Je n'avais aucune pensée de prudence, aucune pensée à autre chose que la fuite.

Et puis la porte du bas, et l'allée des ténèbres. J'ai atteint la grille, je me suis jeté dessus et j'ai appuyé mon visage contre les barreaux dans un vain effort pour m'échapper. Le même – que l'homme torturé par la peur – qui était – venu avant – moi.

Je sentis des mains fortes me soulever. Une bouffée d'air frais, puis le crépitement rafraîchissant de la pluie qui tombe.

C'était l'après-midi du jour suivant, le 6 décembre, lorsque MS s'est assis en face de moi dans mon propre bureau. J'avais fait une tentative assez hésitante pour lui raconter, sans dramatiser et sans m'appesantir sur mon propre manque de courage, les événements de la nuit précédente.

« Tu le méritais, Dale, » dit-il calmement. « Vous êtes un médecin, rien de plus, et pourtant vous vous moquez des croyances d'un scientifique aussi grand que Daimler. Je me demande… vous moquez-vous toujours des croyances du professeur ?

« Qu'il peut ramener un mort à la vie ? Je souris, un peu dubitatif.

"Je vais te dire quelque chose, Dale," dit délibérément MS. Il était penché sur la table et me regardait. "Le professeur n'a commis qu'une seule erreur dans sa grande expérience. Il n'a pas attendu assez longtemps pour que l'effet de ses étranges acides agisse. Il a reconnu l'échec trop tôt et s'est débarrassé du corps." Il s'arrêta.

"Quand le professeur a rangé son patient, Dale," dit-il calmement, "il l'a rangé dans la chambre 4170, dans le grand entrepôt. Si vous connaissez l'endroit, vous saurez que la chambre 4170 est directement en face du 4167. ."

À propos de la série de livres HackerNoon : nous vous proposons les livres techniques, scientifiques et perspicaces les plus importants du domaine public. Ce livre fait partie du domaine public.

Divers. 2009. Histoires étonnantes de super-science, février 1930. Urbana, Illinois : Projet Gutenberg. Extrait en mai 2022 de https://www.gutenberg.org/files/28617/28617-h/28617-h.htm#The_Corpse_on_the_Grating

Cet eBook est destiné à être utilisé par n'importe qui, n'importe où, sans frais et avec presque aucune restriction. Vous pouvez le copier, le donner ou le réutiliser selon les termes de la licence Project Gutenberg incluse avec cet eBook ou en ligne sur www.gutenberg.org , situé à https://www.gutenberg.org/policy/license. html .

HISTOIRES CONNEXES

L O A D I N G
. . . comments & more!
Hackernoon hq - po box 2206, edwards, colorado 81632, usa